Boursières 2019-2020

Lysandre Champagne

Boursière doctorale BMO | Université McGill | lysandre.champagne [at] mail.mcgill.ca (Courriel)

Étudiante au doctorat en sociologie à l’Université McGill, Lysandre Champagne s’intéresse à la reconnaissance des compétences et du talent en fonction du genre dans les milieux artistiques montréalais. Favorisant les méthodes ethnographiques, sa recherche doctorale examine les modalités organisationnelles et institutionnelles permettant l’inclusion, ou non, des femmes au sein des scènes musicales émergentes. Ainsi, elle construit un pont entre les réalités complexes et peu étudiées des artisans en musique et les différentes traditions sociologiques : travail, culture et genre.

Tout en poursuivant sa carrière musicale professionnelle, Lysandre Champagne a effectué son baccalauréat et sa maîtrise à l’Université du Québec à Montréal. Son mémoire s’est concentré sur les rapports de genre dans l’improvisation jazz. Ayant entamé ses études doctorales en 2018 sous la supervision de Jan Doering, elle élargit maintenant le cadre de ses recherches à l’ensemble des scènes émergentes en territoire montréalais et à ses dynamiques avec l’industrie musicale.


Crédit Jean-Sébastien DénomméJulie Ravary-Pilon

Boursière postdoctorale BMO | julieravary [at] hotmail.com (Courriel)

Julie Ravary-Pilon a récemment complété une recherche postdoctorale sur les pratiques artistiques des vidéastes féministes dans l’espace socionumérique, financée par le CRSH au sein du Centre de recherche interuniversitaire sur la culture et la littérature québécoises et en partenariat avec l’Institut de recherche et d’études féministes à l’UQAM. Elle détient un doctorat en études cinématographiques de l’Université de Montréal. Sa thèse, portant sur les mises en images des corps féminins dans l’histoire du cinéma québécois, a été publiée aux Presses de l’Université de Montréal à l’automne 2018 sous le titre Femmes, nation et nature dans le cinéma québécois. Elle a récemment organisé la conférence Être femmes dans les médias audiovisuels au Québec : cinéma, télévision, jeux vidéo et web à la Cinémathèque québécoise et publié de nombreux articles portant sur le cinéma, la télévision, la littérature, le web et l’histoire des femmes au Québec.

Le projet de recherche postdoctorale CRIEM-BMO 2019-2020 de la Dr. Julie Ravary-Pilon sous la supervision de la professeure Marion Froger, soulève le problème de la sous-représentativité des femmes dans la toponymie de Montréal, et plus particulièrement dans celle du métro.

En 2016, les femmes représentaient 6 % du panorama toponymique de Montréal contre 50 % pour les hommes (44 % sont des toponymies qui ne sont pas en lien avec des personnages historiques) et le métro de Montréal se distingue particulièrement avec ses 28 noms de station sur 68 qui n’honorent que des hommes de descendance européenne. Par son projet de recherche-action intitulé Pour des récits montréalais inclusifs : recherche-action féministe du métro de Montréal, Dr. Julie Ravary-Pilon vise à proposer une carte revisitée du métro de Montréal via une toponymie féministe intersectionnelle à partir de récits qui mettent en lumière la contribution des femmes à l’histoire de la ville.

Par sa recherche-action au CRIEM, Dr. Ravary-Pilon compte produire, en collaboration avec les actrices et acteurs du milieu, une carte revisitée du métro qui fera l’objet d’une exposition à même l’espace urbain. Au moment où prospèrent les études mettant en évidence les différentes modalités de la représentation de la pluralité des identités et des appartenances dans l’espace public, une étude féministe des récits historiques mis en exposition dans le réseau de transport en commun d’une métropole visera également à rendre le réseau en transport en commun du métro de Montréal plus inclusif et égalitaire pour les citoyens et citoyennes qui le fréquentent.