Comment utiliser le matériel présenté sur ce site web

 

Introduction

Téléchargez l’Introduction PDF icon ici!

Téléchargez les cartes-éclair PDF icon ici!

 

Fondement philosophique :

Dans ARCHITECTURE PLAYSHOP, nous considérons que les enfants sont des intervenants culturels compétents et créatifs, et de puissants acteurs du changement. Dans ces ateliers, notre approche est la suivante :

  • favoriser le développement du langage et des concepts chez les jeunes apprenants en ce qui concerne le rôle de l’architecture et l’action climatique.
  • amener les enfants à se reconnaître comme bâtisseurs et concepteurs, et à se voir comme de futurs architectes pouvant proposer des solutions créatives et durables dans la lutte contre le changement climatique.
  • encourager l’apprentissage social et émotionnel des enfants en leur faisant faire le lien entre les problèmes et leur propre vie, et susciter leur empathie et leur intérêt pour ceux et celles qui, dans le monde entier, doivent également gérer le changement climatique.

 

Favoriser la pratique artistique en architecture (dessin/construction) :

Lorsque les enfants participent à des activités artistiques ou de conception, les adultes mettent parfois l’accent sur la nécessité de « bien faire les choses » plutôt que d’encourager leur pratique individuelle et créative. Nous demandons aux enseignants de présenter des principes de construction et de design, tout en respectant la culture, les connaissances et les moyens d’expression des enfants et de les encourager à dévoiler leurs nombreuses manières différentes de penser et de faire.

 

I. Comment utiliser les guides d’activités et les guides pédagogiques

Les ateliers encouragent à la fois l’apprentissage guidé et l’apprentissage par le jeu. Les guides d’activités et guides pédagogiques sont conçus pour présenter des concepts complexes aussi simplement que possible, afin de toucher un large public de jeunes. En tant qu’éducateurs, vous êtes les mieux placés pour décider quels concepts de chaque séance sont les mieux adaptés à vos élèves : par exemple, pour un public plus jeune, vous pouvez travailler sur 2 à 4 idées lors d’une séance (par exemple, sur l’architecture, sur le changement climatique, sur les différentes formes des bâtiments ou sur les villes denses).

Les guides d’activités peuvent être utilisés indépendamment les uns des autres ou consécutivement, afin de développer les connaissances relatives à l’architecture et au changement climatique. S’ils sont utilisés successivement, nous recommandons aux enseignants de faire à nouvelle séance un récapitulatif des concepts/du vocabulaire/des rapports qu’ils ont établis dans la séance précédente.

Exemple pour la Séance 2 : Dans la séance N° 1, nous avons discuté de la façon dont les constructeurs et les concepteurs (architectes) peuvent aider à lutter contre le changement climatique. Nous avons également vu comment l’utilisation d’énergies propres et la construction de villes denses peuvent aussi aider. Cependant, il ne s’agit pas seulement de ce que l’on construit, mais aussi de la manière de le faire : quels sont les matériaux de construction que l’on peut utiliser sans avoir un impact négatif sur la planète ?

 

Suggestions pour le développement du langage et des concepts

Afin d’atteindre le plus grand nombre de participants possible, chaque guide d’activités comprend à la fois des explications des concepts en langage clair pour les plus jeunes et des termes entre parenthèses en gras que les enseignants peuvent utiliser avec des apprenants plus âgés (par exemple, Séance N° 1 : la façon dont les humains construisent (architecture)).

Cartes-éclair : Imprimez, découpez et utilisez les cartes-éclair fournies (ou créez les vôtres avec les participants !) qui accompagnent chaque séance afin d’aider les enfants à explorer le vocabulaire et les images clés. Ces cartes peuvent être utilisées pour aider les plus jeunes à mieux comprendre le langage et les concepts (par exemple, de la maternelle à la deuxième année). Elles peuvent également aider les élèves plus vieux qui ont des difficultés de langage et d’alphabétisation, et sont utiles pour les élèves dont la première langue n’est pas l’anglais ou le français. Les participants peuvent les utiliser pour enrichir leur vocabulaire et/ou faire un jeu de mémoire avec eux pour relier et organiser les concepts (par exemple, matériaux à faible impact = bambou). (Disponibles pour le téléchargement en haut de cette page).

 

Préparation des discussions difficiles : jeunes apprenants, écoanxiété et pratique sensible au traumatisme

De nombreux parents, éducateurs et médecins ont constaté des niveaux accrus d’écoanxiété chez les jeunes autour du thème du changement climatique. À chaque séance, il est possible que les élèves posent des questions délicates (p. ex., concernant le changement climatique, la montée des eaux, l’extinction massive d’animaux, les migrants climatiques, la perte d’habitat). Il est important de signaler également que les éducateurs peuvent avoir dans leurs classes des élèves qui ont subi des traumatismes liés au changement climatique (par exemple, des phénomènes météorologiques dangereux, des catastrophes naturelles, des déplacements). Pour ces séances, nous recommandons aux enseignants d’appliquer ici le concept de pratique sensible au traumatisme :

  • Planifiez la discussion: définissez à l’avance vos objectifs pour les discussions de chaque séance (que souhaitez-vous que les élèves connaissent/apprennent/soient capables d’exprimer), et ayez des ressources (multilittérature, adaptées à l’âge) à portée de main. Pensez aux types de questions que les enfants pourraient poser et préparez-vous à y répondre.
  • Informez : prévenez les parents que vous discuterez de ces problèmes et distribuez le matériel de ARCHITECTURE PLAYSHOP afin qu’ils puissent assurer le suivi avec les enfants à la maison.
  • Créez un environnement d’apprentissage sécuritaire : si possible, veillez à ce que les élèves puissent se voir pendant les discussions, et proposez-leur différents moyens d’explorer/de discuter des idées (par exemple, en binômes, en petits groupes, en groupes entiers). Établissez un signal de sécurité que les élèves peuvent utiliser pour vous dire s’ils sont mal à l’aise pendant une discussion (il peut s’agir d’un signal silencieux : un doigt sur les lèvres ; une main levée ; les mains sur les oreilles). Donnez la possibilité aux enfants qui utilisent ce signal de poser une question, de faire une pause (par exemple, dans un coin calme avec un livre, un objet de manipulation ou un objet d’apaisement, ou lui donner une tâche qui aide à gérer les émotions comme le dessin ou l’écriture) et poursuivez avec eux quand vous le pouvez pour discuter de leurs sentiments/préoccupations.

  • Commencez la discussion en sollicitant d’abord les connaissances des enfants : que savent-ils du sujet abordé ? Que veulent-ils savoir ? Évitez de submerger les élèves avec trop d’informations qui pourraient être bouleversantes ou qui vont au-delà de ce qu’ils ont besoin de savoir sur le sujet.
  • Faites des retours en arrière : reconnaissez que les discussions difficiles doivent être souvent répétées au cours de nombreuses séances d’apprentissage pour valider les émotions des enfants, renforcer les idées et permettre aux jeunes apprenants d’explorer et d’assimiler des concepts difficiles.

 

Dans l’atelier : J’écoute la lecture, Je lis et je dessine, À toi de jouer 

Chaque séance peut se dérouler en un bloc pour les apprenants plus âgés (par exemple, plus d’une heure et demie avec des pauses), ou être divisée en plus petites séances sur une période de plusieurs jours/semaines pour les apprenants plus jeunes (par exemple, une ou deux séances de 30 minutes par jour). Les éducateurs doivent choisir la formule qui convient le mieux à leurs participants (en fonction de la tranche d’âge, de leurs capacités, de la taille de la classe).

A. J’ÉCOUTE LA LECTURE (Durée : environ 30 minutes)

Les enseignants peuvent encourager les réactions et les discussions sur différents types de livres illustrés pour aider les enfants à comprendre les idées relatives à chaque séance. Consultez les guides pour chaque séance pour obtenir des suggestions sur la manière de démarrer la discussion sur la base des textes exemples fournis. 

B. JE LIS ET JE DESSINE (Durée : environ 30 minutes)

  • Lisez à haute voix ou demandez aux élèves de lire le guide d’activités pour la séance (p. ex., seul, par deux ou en groupe).

  • En fonction de la tranche d’âge avec laquelle vous travaillez et de la connaissance que vous avez de vos élèves, choisissez d’utiliser les explications simples (p. ex., concevoir et construire) ou d’introduire le vocabulaire en gras, plus complexe, mis entre parenthèses dans le texte pour les apprenants plus âgés (p. ex., architecture).

  • Lorsque cela est mentionné dans le guide, demandez aux élèves de faire une pause, de réfléchir et de dessiner.

C. À TOI DE JOUER ! (Durée : environ 30 minutes):

Suivez les instructions fournies par les guides d’activités pour faire participer les élèves à des travaux pratiques de construction qui permettent d’explorer les concepts de la séance.

 

À la fin de l’atelier :

Documentation

À la fin de chaque séance, rassemblez des exemples (p. ex., 10 créations par groupe) de dessins et de constructions effectués par les participants, et faites-en des copies numériques (p. ex., des photos prises avec un téléphone cellulaire). Ces exemples peuvent être utilisés pour créer votre propre « galerie » locale ou en ligne. Il est recommandé de soumettre les travaux des élèves à l’exposition en ligne du site web de ARCHITECTURE PLAYSHOP.

Exposition

Si vous choisissez d’organiser les séances de l’atelier de manière indépendantes l’une de l’autre, assurez-vous de terminer les activités en reconnaissant, complimentant et partageant le travail fourni par les élèves au sein du groupe et/ou avec d’autres personnes. Si vous décidez d’organiser les séances de manière consécutive, rassemblez et documentez les dessins et les structures des participants tout au long des séances pour créer à la fin une grande exposition.

Veuillez consulter la dernière séance (N° 5) à la fin de ce guide pour plus d’informations sur les expositions.

 

Pour aller plus loin : suggestions d’activités supplémentaires pour prolonger l’apprentissage

Chaque guide pédagogique suggère des activités supplémentaires que les éducateurs peuvent réaliser en dehors des ateliers s’ils souhaitent renforcer ou approfondir les concepts présentés lors des séances. Ces activités favorisent les apprentissages multilittéraire et multimodal (p. ex., par la lecture, l’expression orale, le spectacle, le dessin, la construction, l’écriture), reconnaissent et soutiennent les divers types d’apprenants et peuvent enfin également aider les éducateurs à offrir un enseignement différencié. Cependant, chaque enseignant connaît ses élèves mieux que quiconque et nous les encourageons donc à utiliser ce qui leur semble utile pour compléter leurs pratiques individuelles.

 

Glossaire

apprentissage par le jeu : type d’apprentissage caractérisé par des jeux ouverts, libres et non structurés, dirigés par l’enfant, qui l’aident à développer ses compétences sociales, son imagination et sa curiosité.

apprentissage social et émotionnel : type d’apprentissage qui permet aux jeunes de reconnaître, de comprendre et de gérer leurs émotions, de ressentir et montrer de l’empathie envers les autres, et de développer et maintenir des relations sociales positives.

culture enfantine : ensemble des créations artistiques (par exemple, le dessin, l’écriture, la construction), des artefacts, des jeux, du langage et de la littérature que les enfants produisent et avec lesquels ils interagissent, et qui reflètent leurs connaissances et leur recherche de sens.

divers types d’apprenants : personnes qui n’apprennent pas d’une seule manière ; les apprenants sont issus de milieux raciaux, ethniques, culturels et linguistiques différents et sont neurodivers (par exemple, des différences neurologiques dans l’apprentissage sont normales).

écoanxiété : peurs profondes et persistantes en relation avec la destruction environnementale, le déclin des espèces, les catastrophes écologiques et le changement climatique provoqué par l’homme.

enseignement différencié : manière d’enseigner qui met l’accent sur l’inclusion et s’efforce de fournir aux divers apprenants un éventail de moyens pour participer et pour exprimer leurs connaissances.

multilittératie : ensemble des connaissances générées dans différents contextes sociaux et culturels (influencés par la culture, le genre et l’expérience de vie) et reconnaissance que la littératie ne se limite pas au décodage de textes imprimés (par exemple, littératie visuelle, littératie multimédia).

multimodalité : capacité d’appliquer de multiples littératies au sein d’un média (par exemple, dans le cadre de l’Architecture Playshop, les participants comprennent le langage parlé, le langage écrit, le langage visuel et explorent des concepts en écoutant, parlant, dessinant, construisant).

pratique (enseignement) sensible au traumatisme : pratique qui reconnaît le fait que les jeunes sont victimes de nombreuses formes de traumatismes et d’épreuves dans leur vie qui ont un impact sur leur bien-être physiologique, social, émotionnel et scolaire, et qui prend activement des mesures pour éviter d’aggraver ces traumatismes.

réaction du lecteur (dans l’enseignement) : solliciter une réaction du lecteur signifie encourager les lecteurs à s’approprier activement le sens du texte qu’ils lisent. Les lecteurs sont invités à réfléchir à la façon dont des éléments textuels spécifiques les incitent à établir des liens avec leurs propres expériences, connaissances, émotions et préoccupations.

Back to top