Le lait de soya, meilleur lait végétal sur le plan nutritionnel

Nouvelles

Par son contenu nutritionnel, c’est celui qui se rapproche le plus du lait de vache

Vous ne jurez plus que par le lait d’amande, mais… est-ce vraiment un choix santé? Vous le trouvez agréable au goût, et il ne provoque pas chez vous les effets désagréables du lait de vache, soit. Bien que les boissons végétales de ce type soient sur le marché depuis quelques décennies et qu’on les présente comme des options saines et indiquées en cas d’intolérance au lactose, on a peu étudié leurs avantages et leurs désavantages respectifs. Or, dans une nouvelle étude, des chercheurs de l’Université McGill ont comparé la valeur nutritionnelle des quatre boissons lactées d’origine végétale les plus populaires dans le monde – les laits d’amande, de soya, de riz et de coco – à celle du lait de vache. Leur constat : le lait de vache demeure le plus nutritif de tous, mais le lait de soya arrive bon deuxième et se distingue nettement des autres boissons végétales.

Dans tous les cas, les chercheurs ont comparé le lait de vache à la version non sucrée du lait végétal. Les chiffres ci-après sont valables pour une portion de 240 mL.

Lait de soya – Profil nutritionnel le plus équilibré

·        Les bienfaits du lait de soya pour la santé sont largement reconnus : la présence de phytonutriments, appelés « isoflavones », confère à ce lait des propriétés anticancérigènes.

·        On l’utilise depuis 40 ans comme substitut du lait de vache.

·        Son goût ne fait toutefois pas l’unanimité, et la présence dans ce lait de facteurs antinutritionnels dérange (ces substances réduisent l’absorption des nutriments sur le plan digestif ou métabolique).

Lait de riz – Goût sucré, faible valeur nutritive

·        Exempte de lactose, cette boisson peut répondre aux besoins des personnes allergiques au soya et aux amandes.

·        Le lait de riz possède une forte teneur en glucides; de plus, faute de vigilance, sa consommation peut conduire à la malnutrition, surtout chez les nourrissons.

Lait de coco – Absence de protéines, peu de calories, la plupart provenant toutefois des lipides

·        L’Asie et l’Amérique du Sud sont de grands consommateurs de lait de coco.

·        Ce lait peut réduire le taux des lipoprotéines de basse densité (le mauvais cholestérol), associées aux maladies cardiovasculaires.

·        La valeur nutritive du lait de coco diminue s’il est conservé plus de deux mois.

Lait d’amande – Complément alimentaire indispensable à l’obtention des nutriments essentiels

·        Les amandes sont riches en acides gras monoinsaturés qui, croit-on, favorisent la perte de poids et la gestion du poids. En outre, ces acides gras diminuent le taux des lipoprotéines de basse densité (le mauvais cholestérol).

 

Type de lait

Calories

LIPIDES

Proteins

GLUCIDES

Calcium

Lait de vache 158 9.05 g 8.11 g 11.5 g 294.2 mg
LAIT de soya 95 4.5 g 8 g 4 g 330 mg
Lait de riz 130 2.5 g 1 g 26 g 315 mg
Lait de Coco 45 4.25 g 0 g 1 g 220 mg

Lait d'amande

35

2.5 g

1 g

1 g

330 mg

Lait de vache : le pour et le contre

·        Le lait de vache est un aliment sain et complet qui renferme les principaux nutriments, à savoir des lipides, des glucides et des protéines.

·        Il peut être favorable à l’être humain en lui procurant une vaste gamme de protéines de défense, les laits humain et bovin ayant divers bienfaits antimicrobiens. Ainsi, dans une étude, la consommation de lait de vache a considérablement réduit le risque de fièvre et d’infections respiratoires chez le nourrisson.

·        On sait que la présence de divers agents pathogènes – tels que des espèces des genres Bacillus, Listeria et Salmonella de même que la souche O157:H7 d’Escherichia coli – dans le lait et les produits laitiers a été associée à des maladies d’origine alimentaire et à des maladies diarrhéiques dans le monde, surtout lorsque le lait était cru, non pasteurisé.

Allergie au lait de vache et intolérance au lactose

·        L’allergie au lait de vache est l’une des allergies les plus fréquentes chez les nourrissons et les enfants. Elle touche de 2,2 à 3,5 % des enfants, soit davantage que les allergies aux arachides et aux noix. Un pourcentage assez élevé de nourrissons, soit 35 %, ne seront plus allergiques au lait de vache vers l’âge de 5 ou 6 ans, et à 16 ans, cette proportion pourra atteindre 80 %.

·        Provoquée par l’absence ou l’insuffisance de lactase, enzyme de l’appareil digestif, l’intolérance au lactose touche de 15 à 75 % de la population adulte; la fréquence varie selon la race, les habitudes alimentaires et la santé intestinale.

·        Selon certaines études, 80 % des personnes d’origine africaine et 100 % des personnes d’origine asiatique et amérindienne sont intolérantes au lactose.

On devra approfondir la recherche, précisent les chercheurs, pour comprendre les effets de diverses méthodes de transformation, tant traditionnelles que novatrices, sur le profil nutritionnel, la saveur et la texture de ces substituts du lait de vache.

Rédigé par Sai Kranthi Vanga, doctorant, et son superviseur, Vijaya Raghavan, du Département de génie des bioressources de l’Université McGill, le compte rendu de l’étude a été publié récemment dans la revue Journal of Food Science and Technology.

Cette étude a été financée par le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

L’article « How well do plant based alternatives fare nutritionally compared to cow’s milk? », par Sai Kranthi Vanga et Vijaya Raghavan, a été publié dans le Journal of Food Science and Technology : https://link.springer.com/content/pdf/10.1007%2Fs13197-017-2915-y.pdf.

 

Coordonnées

Contact: 
Vijaya Raghavan,
Organisation: 
Département de génie des bioressources
Courriel: 
Vijaya.raghavan [at] mcgill.ca

Secondary Contact Information

Contact: 
Katherine Gombay, , McGill University
Organisation: 
Relations avec les médias
Secondary Email: 
katherine.gombay [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
5143982189