Spring 2019 Convocation – Honorary Degree Recipients

Health Sciences – May 28 at 10 am
Alfred Sommer, Doctor of Science, honoris causa

School of Continuing Studies – May 28 at 6 pm
Giuliana Elena Garzone, Doctor of Letters, honoris causa

Engineering - May 29 at 10 am
Dame Ann Dowling, Doctor of Science, honoris causa

Music – May 29 at 3 pm
Pat Metheny, Doctor of Music, honoris causa

Management – May 30 at 10 am
Alain Bouchard, Doctor of Laws, honoris causa

Law – May 30 at 3 pm
The Honourable Irwin Cotler, Doctor of Laws, honoris causa

Science A – May 31 at 10 am
Emmanuelle Charpentier, Doctor of Science, honoris causa

Science B – May 31 at 3 pm
John Michael Kosterlitz, Doctor of Science, honoris causa

Arts A – June 3 at 10 am
Michael Harris, Doctor of Letters, honoris causa

Arts B – June 3 at 3 pm
Margaret MacMillan, Doctor of Letters, honoris causa

Arts C – June 4 at 10 am
Paul Farmer, Doctor of Laws, honoris causa

Education – June 4 at 3 pm
Michel de la Chenelière, Doctor of Letters, honoris causa

Agricultural and Environmental Sciences A – June 5 at 10 am
Agnes Kalibata, Doctor of Science, honoris causa

Agricultural and Environmental Sciences B – June 5 at 2:30 pm
Charles Mulli, Doctor of Science, honoris causa

 


Health Sciences – May 28 at 10 am
Doctor of Science, honoris causa
Alfred Sommer, M.D., M.H.S.
B.Sc. (Union College), M.D. (Harvard University), M.H.S. (Johns Hopkins University)

A prominent ophthalmologist, epidemiologist, and Dean Emeritus at the Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, Dr. Alfred Sommer is a global leader in public health.

After obtaining his medical degree at Harvard Medical School in 1967, followed by a Master of Health Science in Epidemiology from the Johns Hopkins School of Public Health in 1973, Dr. Sommer began his career with the Epidemic Intelligence Service of the Centers for Disease Control and Prevention (CDC) in Atlanta. Shortly thereafter, he joined a research team of CDC employees whose focus was cholera in East Pakistan. Alfred Sommer was also involved in several projects in Bangladesh, including the Cholera Research Laboratory, the United Nations Relief Operations, and the World Health Organization (WHO) Smallpox Eradication Program. It was in Bangladesh where Dr. Sommer learned the value of studying the impact of disease on groups of people.

His pioneering work in studying vitamin A deficiency has helped save millions of children’s lives and eyesight. During a series of complex studies conducted in Indonesia beginning in the mid-1970s, Dr. Sommer and his research team discovered that vitamin A deficiency was far more common than previously recognized. They also found that children with even mild vitamin A deficiency were at a greater risk of death and blindness, primarily because this deficiency decreases resistance to infectious diseases such as measles. Dr. Sommer further observed that acute therapy with vitamin A, given to children with measles, a life-threatening infection in developing countries, reduced their risk of blindness and death by 50 percent.

Putting science into practice, and despite intense skepticism among his peers, Dr. Sommer demonstrated that the debilitating consequences of vitamin A deficiency could be quickly, effectively, and inexpensively prevented with oral high-dose vitamin A supplementation twice a year. As a result, the World Development Report (World Bank) declared this treatment one of the most cost-effective of all health interventions. The WHO, UNICEF, and their partners now provide annually more than half a billion vitamin A supplements to children globally, saving hundreds of thousands of lives each year.

For his work on vitamin A deficiency, Dr. Sommer was awarded the Albert Lasker Award for Clinical Research in 1997, known as America’s most prestigious biomedical research award.

Alfred Sommer continues an illustrious career in other areas of epidemiology and ophthalmology, including changing the semantics of glaucoma. With over 300 papers and multiple textbooks, his contributions to the field of medicine are extraordinary. Dr. Sommer’s groundbreaking research has won him numerous awards and honours, including the Warren Alpert Foundation Prize, the Fries Prize for Improving Health, and the Helen Keller Foundation Prize for Vision Research. He is a member of both the National Academy of Sciences and the National Academy of Medicine.

Faculté des sciences de la santé
Docteur ès sciences honoris causa
Alfred Sommer, M.D., M.H.S.
B. Sc. (Union College), M.D. (Université Harvard), M.H.S. (Université Johns Hopkins)

Éminent ophtalmologiste et épidémiologiste et doyen émérite de la Bloomberg School of Public Health de l’Université Johns Hopkins, le Dr Alfred Sommer est une sommité mondiale en matière de santé publique.

Après avoir obtenu son diplôme en médecine à la Harvard Medical School en 1967, puis une maîtrise en sciences de la santé spécialisée en épidémiologie à la Johns Hopkins School of Public Health en 1973, le Dr Sommer a amorcé sa carrière au sein du service de renseignement sur les épidémies des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), à Atlanta. Il s’est peu après joint à l’équipe de recherche des CDC chargée d’étudier l’épidémie de choléra au Pakistan oriental. Il a aussi participé à plusieurs projets au Bangladesh, notamment au Laboratoire de recherche sur le choléra, à des opérations de secours des Nations Unies et au Programme d’éradication de la variole de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). C’est au Bangladesh que le Dr Sommer a compris l’importance d’étudier les répercussions de la maladie sur des groupes de personnes.

Ses travaux de recherche novateurs sur la carence en vitamine A ont contribué à sauver la vie et la vue de millions d’enfants. Dans le cadre d’une série d’études complexes menées en Indonésie à compter du milieu des années 1970, le Dr Sommer et son équipe de recherche ont découvert que l’incidence de la carence en vitamine A était beaucoup plus élevée qu’on ne le croyait à l’époque. Ils ont aussi établi que chez les enfants, une carence en vitamine A, même légère, était associée à un risque accru de décès et de cécité, principalement parce qu’une telle déficience diminue la résistance aux maladies infectieuses comme la rougeole. Le Dr Sommer a en outre observé que la vitamine A réduit de moitié le risque de cécité et de décès lorsqu’elle est administrée en traitement intensif aux enfants atteints de rougeole, une infection extrêmement grave dans les pays en développement.

En mettant la science en pratique et en faisant fi du grand scepticisme de ses pairs, le Dr Sommer a démontré qu’il était possible de prévenir rapidement, efficacement et à peu de frais les conséquences dévastatrices d’une carence en vitamine A grâce à l’administration par voie orale d’une forte dose de vitamine A deux fois par année. Par la suite, le Groupe de la Banque mondiale a déclaré dans son Rapport sur le développement dans le monde que ce traitement était l’une des mesures les plus économiques et efficaces en matière de santé. L’OMS, l’UNICEF et leurs partenaires fournissent aujourd’hui chaque année à des enfants de partout sur la planète plus d’un demi-million de suppléments de vitamine A, un geste qui sauve des centaines de milliers de vies tous les ans.

En reconnaissance de ses travaux sur la déficience en vitamine A, le Dr Sommer a reçu le prix Albert-Lasker pour la recherche médicale clinique en 1997, l’une des récompenses en recherche biomédicale les plus prestigieuses en Amérique.

Alfred Sommer poursuit en outre une brillante carrière dans d’autres branches de l’épidémiologie et de l’ophtalmologie; il s’emploie notamment à changer la sémantique du glaucome. Auteur de plus de 300 articles scientifiques et de nombreux traités, le Dr Sommer a contribué de manière phénoménale à la médecine. Ses travaux de recherche novateurs lui ont valu de nombreux prix et distinctions, notamment le prix de la Fondation Warren Alpert, le prix Fries pour l’amélioration de la santé et le prix de la Fondation Helen Keller pour la recherche en santé de la vision. Il est membre de la National Academy of Sciences et de la National Academy of Medicine.

 


 

School of Continuing Studies – May 28 at 6 pm
Doctor of Letters, honoris causa
Giuliana Elena GarzoneM.A. (Università degli Studi di Milano), M.A. (Università di Lingue e Comunicazione – I.U.L.M.)

Giuliana Elena Garzone has distinguished herself as a dynamic force in Italy and beyond in the promotion of intercultural understanding and cultural and linguistic diversity.

Well-known for her groundbreaking writings, Professor Garzone is currently a full professor of translation and interpreting at IULM University in Milan. She has enjoyed a rewarding professional career as an accredited translator and interpreter, academic, and researcher. A prolific author, she has published over 140 essays and book chapters, and has (co-)edited or (co-)authored more than 45 volumes.

Having started her academic career in translation and interpreting at Milan’s Scuola Superiore per Interpreti e Traduttori, she accepted an appointment as Associate Professor of English and Translation at the University of Bologna in 1998. In 2001, she moved to the University of Milan as a Full Professor, where she taught English, translation, and intercultural studies in the Department of Studies in Language Meditation and Intercultural Communication. In 2005, she was appointed Chair and Director of postgraduate programs and research in that Department, where she supervised the PhD program in Linguistic, Literary, and Intercultural Studies. She currently directs the postgraduate program in Specialized Translation and Conference Interpreting.

Founder and Editor-in-Chief of Lingue Culture Mediazioni - Languages Cultures Mediation – a peer-reviewed, open-access journal that publishes up-to-date research on multidisciplinary approaches to linguistic and cultural mediation in English, French, Spanish, and Italian – Professor Garzone has to her credit publications comprising a wide range of subjects, including scientific discourse, legal language, business communication, political discourse, and translation and interpreting. Over the years, these publications have informed and, in many cases, fundamentally influenced the study and practice of specialized communication in Italy and abroad.

She has been involved with several international and national associations and research groups in linguistics, translation, and intercultural studies, including the US-based Association for Business Communication, from which she received the Francis W. Weeks Award of Merit in 2018. For her activity in the promotion of English studies in higher education in Italy, she was appointed to the executive committee of the Associazione Italiana di Anglistica.

Giuliana Garzone has played a key role in the organization of the DICOEN (Discourse, Communication and the Enterprise) conferences, a series of biennial events gathering scholars interested in the relevance of discourse and communication to the world of business and organization. In 2013, Professor Garzone was asked to lead the Italian translation of the Montreal Charter of Rights and Responsibilities.

Giuliana Garzone’s publications and the challenging direction given to her students and fellow researchers have served to highlight the growing importance of international English, while at the same time respecting the specificity of national languages. Her insight into the evolution of communication and discourse practices makes her a leader of excellence in communication.

École d’éducation permanente
Doctorat ès Lettres, honoris causa
Giuliana Elena Garzone
M.A. (Università degli Studi di Milano), M.A. (Università di Lingue e Comunicazione – I.U.L.M.)

Giuliana Elena Garzone s’est illustrée par son dynamisme dans la promotion de la compréhension interculturelle et de la diversité culturelle et linguistique, tant en Italie qu’ailleurs dans le monde.

Bien connue pour ses écrits révolutionnaires, Giuliana Garzone est actuellement professeure titulaire de traduction et d’interprétation à l’Université I.U.L.M. de Milan. Sa carrière professionnelle en tant que traductrice et interprète agréée, professeure et chercheuse a été des plus satisfaisantes. Auteure prolifique, elle a publié plus de 140 essais et chapitres de livres et a écrit ou édité, seule ou en collaboration avec d’autres auteurs, au-delà de 45 volumes.

Après un début de carrière universitaire en traduction et interprétation à la Scuola Superiore per Interpreti e Traduttori de Milan, elle a accepté en 1998 un poste de professeure agrégée d’anglais et de traduction à l’Université de Bologne. En 2001, elle est devenue professeure titulaire à l’Université de Milan, où elle a enseigné l’anglais, la traduction et les études interculturelles au Département d’études en réflexion sur le langage et en communication interculturelle. En 2005, elle a été nommée présidente et directrice des programmes d’études supérieures et de la recherche de ce département, où elle a supervisé le programme de doctorat en études linguistiques, littéraires et interculturelles. Elle dirige actuellement le programme d’études supérieures en traduction spécialisée et en interprétation de conférences.

Fondatrice et éditrice en chef de Lingue Culture Mediazioni - Languages Cultures Mediation, une revue en libre accès révisée par un comité de lecture qui publie les derniers articles de la recherche sur les approches multidisciplinaires de la linguistique et de la médiation culturelle en anglais, français, espagnol et italien, la professeure Garzone a à son actif des publications sur un vaste éventail de sujets, allant du discours scientifique à la langue juridique en passant par la communication d’entreprise, le discours politique ainsi que la traduction et l’interprétation. Au fil des ans, ces publications ont non seulement permis de soutenir l’étude et la pratique de la communication spécialisée, mais aussi, dans bien des cas, elles ont exercé une influence majeure, tant en Italie qu’ailleurs dans le monde.

La professeure Garzone s’est investie au sein de plusieurs associations nationales et internationales ainsi que dans des groupes de recherche en linguistique, en traduction et en études interculturelles, dont l’Association for Business Communication, aux États-Unis, qui lui a décerné le prix du mérite Francis W. Weeks en 2018. En reconnaissance de son travail pour la promotion des études anglaises dans l’éducation supérieure en Italie, elle a été nommée au comité de direction de l’Associazione Italiana di Anglistica.

Giuliana Garzone a joué un rôle capital dans l’organisation des conférences DICOEN (Discourse, Communication and the Enterprise), une série d’événements biennaux rassemblant des érudits intéressés par la pertinence du discours et la communication dans le monde des affaires et de l’entreprise. En 2013, on a demandé à la professeure Garzone de prendre en charge la traduction italienne de la Charte montréalaise des droits et responsabilités.

Les publications de Giuliana Garzone ainsi que l’orientation pleine d’exigence dans laquelle elle a dirigé tant ses étudiants que ses collègues chercheurs ont permis de mettre en lumière l’importance croissante de l’anglais international tout en respectant, du même coup, la spécificité des langues nationales. Sa vision de l’évolution de la communication et des pratiques du discours fait d’elle une véritable chef de file de l’excellence en communication.

 


 

Engineering - May 29 at 10 am
Doctor of Science, honoris causa
Ann Dowling, O.M., D.B.E., F.R.S., F.R.Eng.
B.A., M.A., M.Math, Ph.D. (University of Cambridge)

A world authority on combustion and acoustics, Dame Ann Dowling is an internationally respected leader in engineering research and the practical application of new technology in industry.

After completing a degree in mathematics at the University of Cambridge, Professor Dowling achieved a PhD in engineering. She began a research fellowship at Cambridge in 1977, becoming the first female professor in the university’s Engineering Department in 1993. She was the Department’s Head from 2009 to 2014, and has also held posts at MIT and Caltech. She is currently a Professor of Mechanical Engineering at Cambridge. Professor Dowling is an authority on aircraft noise, and has been active over the last 30 years in the fields of acoustics, vibration, and combustion, with an emphasis on sustainable applications.

Ann Dowling led the Cambridge-MIT Silent Aircraft project, which published its radical new design concept in 2006 with the aim of developing aircraft whose noise would be almost imperceptible outside the perimeter of an urban airport, thus raising aircraft industry aspirations. Professor Dowling has also worked at Rolls-Royce Bristol, as well as serving on several high-impact government advisory committees and on business-university research collaborations.

In 2002, Dame Ann was appointed Commander of the Order of the British Empire for services to Mechanical Engineering. This was followed by her appointment as Dame Commander for services to Sciences in 2007, and to the Order of Merit by Queen Elizabeth II in December 2015, of which there is a maximum of only 24 living members.

Dame Ann is a strong advocate for women in Science and Engineering and a powerful role model for women engineers. She has been the President of the Royal Academy of Engineering since 2014, serving as its first female president. Her work in aeronautics and energy has been recognized by fellowships of the Royal Society and the Royal Academy of Engineering, as well as by foreign associate membership of both the US National Academy of Engineering and the French Academy of Sciences.

Ann Dowling has led an exemplary career in academic and engineering leadership positions, and her contributions to the field of engineering are immeasurable.

Faculté de génie
Docteure ès sciences honoris causa
Ann Dowling, O.M., D.B.E., F.R.S., F.R. Ing.
B.A., M.A., M. Math, Ph. D. (Université de Cambridge)

Autorité mondiale dans les domaines de la combustion et de l’acoustique, Dame Ann Dowling jouit d’une renommée internationale en matière de recherche en génie et d’application pratique des nouvelles technologies dans l’industrie.

Après avoir obtenu son diplôme en mathématiques à l’Université de Cambridge, la Pre Anne Dowling a achevé un doctorat en génie. Elle a ensuite obtenu une bourse de recherche en 1977, toujours à Cambridge; en 1993, elle est devenue la première femme professeure au Département de génie. Elle a dirigé le département de 2009 à 2014, et a aussi détenu des postes au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et au California Institute of Technology (Caltech). Actuellement professeure de génie mécanique à Cambridge, Mme Dowling est une sommité en matière de bruit des aéronefs et contribue activement depuis 30 ans à l’étude de l’acoustique, des vibrations et de la combustion; ses travaux sont axés sur les applications durables.

Mme Dowling a notamment dirigé le projet SAI (Silent Aircraft Initiative, initiative de fabrication d’un aéronef silencieux) mené conjointement par l’Université de Cambridge et le MIT, qui a débouché sur un nouveau concept de design révolutionnaire annoncé en 2006. L’objectif était de mettre au point un avion dont le bruit serait à peine perceptible en dehors du périmètre d’un aéroport urbain, ce qui a permis à l’industrie de l’aviation d’accroître ses aspirations. Elle a aussi travaillé chez Rolls-Royce à Bristol, siégé à plusieurs comités consultatifs gouvernementaux influents et participé à divers projets de recherche dans le cadre de collaborations entreprise-université.

En 2002, elle a été nommée Commandeur de l’Ordre de l’Empire britannique en reconnaissance de sa contribution au domaine du génie mécanique, puis Dame commandeur en 2007 pour son apport en sciences; en décembre 2015, Sa Majesté la Reine Élisabeth II l’a également nommée membre de l’Ordre du Mérite, qui ne peut compter que 24 membres vivants.

Mme Dowling défend aussi avec ardeur la place des femmes en sciences et en génie et est devenue un modèle inspirant pour les ingénieures. Depuis 2014, elle est la première femme présidente de la Royal Academy of Engineering. Ses travaux en aéronautique et en énergie lui ont en outre valu d’être admise à la Royal Society et à la Royal Academy of Engineering, ainsi qu’à la National Academy of Engineering (États-Unis) et à l’Académie des sciences (France) à titre de membre étranger associé.

Ann Dowling a mené une carrière exemplaire d’ingénieure dans le milieu universitaire et à différents postes de direction; ses contributions au domaine du génie sont innombrables.

 


 

Music – May 29 at 3 pm
Doctor of Music, honoris causa
Pat Metheny

An accomplished musician and pioneer in the realm of modern improvised music, Pat Metheny has reinvented the traditional jazz guitar sound for a new generation of players.

Born into a musical family in Kansas City, Mr. Metheny started his musical career on the trumpet at age 8, switching to guitar at age 12. By the time he was 15, Pat Metheny was working regularly with the best jazz musicians in Kansas City, receiving valuable experience at an unusually young age. It was not long before Mr. Metheny burst onto the international jazz scene, demonstrating his soon-to-become trademarked playing style. His style blended the loose and flexible articulation customarily reserved for horn players with an advanced harmonic and rhythmic sensibility – a way of playing and improvising that, while modern in conception, was deeply grounded in the jazz tradition of melody, swing, and the blues.

In addition to his accomplishments as a musician, Pat Metheny has served as a music educator. He became the youngest teacher in history at the University of Miami at only 18 years of age, followed by a teaching position at the Berklee College of Music the year after. Mr. Metheny has also taught music workshops all over the world, including at the Dutch Royal Conservatory, the Thelonius Monk Institute of Jazz, and clinics in Asia and South America.

Throughout his career, Pat Metheny has continuously re-defined the jazz genre by utilizing new technology and constantly working to evolve the improvisational and sonic potential of his instrument. Over the years, Mr. Metheny has performed with a diverse range of artists, including Steve Reich, David Bowie, and Joni Mitchell. His body of work includes compositions for solo guitar, small ensembles, electric and acoustic instruments and even robotic and mechanical ensembles, large orchestras, and ballet pieces, with stylistic settings ranging from modern jazz to rock to classical.

Over his 45-year career as a performer and composer, Pat Metheny has produced 44 recordings and won 20 Grammy Awards in 12 different categories, including Best Rock Instrumental, Best Contemporary Jazz Recording, and Best Instrumental Composition. The Pat Metheny Group won an unprecedented seven consecutive Grammies for seven consecutive albums. Not only has Mr. Metheny sold millions of records worldwide, achieving three Gold Records, he has also garnered international acclaim from critics and peers, having been named Best Guitarist in countless polls over four decades. With his induction in 2013 as the youngest member of the DownBeat Hall of Fame, Pat Metheny becomes only the fourth jazz guitarist ever chosen for this honour.

Pat Metheny’s ability to bridge musical genres and his crafting of an original and influential voice is an inspiration to all musicians and performers.

Faculté de musique
Docteur en musique, honoris causa
Pat Metheny

Musicien accompli et pionnier de la musique improvisée moderne, Pat Metheny a réinventé le son traditionnel de la guitare jazz pour toute une génération de musiciens.

Né dans une famille de musiciens à Kansas City, M. Metheny amorce sa carrière musicale à la trompette à l’âge de 8 ans pour passer à la guitare à 12 ans. À 15 ans, Pat Metheny travaille régulièrement avec les meilleurs musiciens de jazz de Kansas City pour acquérir ainsi une expérience précieuse à un très jeune âge. Pat Metheny émerge rapidement sur la scène mondiale du jazz où il dévoile un style qui devient bientôt sa marque de commerce. Ce style allie l’articulation souple et relâchée, généralement l’apanage des cornistes, et sensibilité harmonique et rythmique avancée, soit un style de jeu et d’improvisation qui, bien de conception moderne, est profondément ancré dans la tradition du jazz appliquée à la mélodie, au swing et au blues.

En plus de ses réalisations comme musicien, Pat Metheny a enseigné la musique. Il devient à 18 ans le plus jeune professeur de l’histoire de l’Université de Miami et décroche l’année suivante un poste d’enseignant au Collège de musique Berklee. M. Metheny enseigne également dans des ateliers de musique tenus dans le monde entier, notamment au Conservatoire royal néerlandais, à l’Institut de jazz Thelonious Monk et dans des écoles en Asie et en Amérique du Sud.

Pat Metheny redéfinit sans cesse le jazz en mettant à contribution de nouvelles technologies. Il cherche constamment à faire évoluer le potentiel qu’offre son instrument au chapitre de l’improvisation et du son. M. Metheny se produit au fil des ans avec divers artistes, dont Steve Reich, David Bowie et Joni Mitchell. Inspirée du jazz moderne, du rock et de la musique classique, son œuvre recèle des compositions pour guitare solo, petits ensembles, instruments électriques et acoustiques, ensembles robotiques et mécaniques, grands orchestres et ballets.

Au cours de ses 45 ans de carrière en tant qu’interprète et compositeur, Pat Metheny a produit 44 enregistrements et a remporté 20 prix Grammy dans 12 catégories, dont celles de la meilleure pièce instrumentale rock, du meilleur enregistrement de jazz contemporain et de la meilleure composition instrumentale. Le Pat Metheny Group crée un précédent en produisant sept albums consécutifs qui raflent autant de prix Grammy. Non seulement M. Metheny a-t-il vendu des millions de disques dans le monde entier et décroché trois disques d’or, mais il a récolté les louanges tant des critiques que de ses pairs et occupe la place du meilleur guitariste dans nombre de sondages depuis plus de quatre décennies. En 2013, à son intronisation comme plus jeune membre du DownBeat Hall of Fame, il devient le quatrième guitariste de jazz seulement à recevoir cet honneur.

Grâce à sa capacité à faire le pont entre les genres musicaux et la création d’une voix originale et influente, Pat Metheny est une source d’inspiration pour l’ensemble des musiciens et des interprètes.

 


 

Management – May 30 at 10 am
Doctor of Laws, honoris causa
Alain Bouchard, O.C., O.Q.

With vision and determination, Alain Bouchard has distinguished himself as a successful entrepreneur and community leader.

From an early age, Alain Bouchard was inspired by his father, an entrepreneur from Chicoutimi, Quebec. His father’s company encountered financial difficulties but despite his father’s misfortune, he knew that one day, he would like to establish his own enterprise. In 1969, he began working at a local Perrette convenience store in Quebec, a franchise managed by his brother. He observed the customers and developed the ability to understand their needs. This in turn realized his interest in convenience stores. At just 19, he became interim store manager at a local Perrette. His responsibilities increased over the years and he also oversaw the opening of 80 new Perrette stores. He joined Provi-Soir in 1973, a division of Provigo (now part of Loblaws) and opened 70 stores across Quebec. Three years later, he was responsible for the entire Provi-Soir franchise network.

Alain Bouchard opened his first convenience store in 1980, and founded the companies that grew into Alimentation Couche-Tard. Through hard work, perseverance, and a clever approach to acquisitions, he has spent more than 40 years growing his one-shop operation into a globe-spanning 16,000-store retail empire that includes the Quebec brand Couche-Tard, as well as Circle K in Canada, the United States and 23 other countries and regions worldwide.

Mr. Bouchard served as the President and CEO of Alimentation Couche-Tard until 2014, when he stepped down to become the company’s Executive Chairman. Throughout the years, he has sat on the boards of several companies, including Quebecor and Atrium Innovations. He is currently on the Board of Directors of CGI Group Inc. Alain Bouchard further serves on the Advisory Board of the Bensadoun School of Retail Management at McGill University.

While Mr. Bouchard’s entrepreneurial accomplishments are extraordinary, he also makes it a priority to give back to the community. A passionate philanthropist, Alain Bouchard has been involved in an impressive number of fundraising campaigns and philanthropic activities. In 2012, he and his wife established the Sandra and Alain Bouchard Foundation, which supports various causes associated with people living with intellectual disabilities, as well as artistic and cultural projects. The Québec Chapter of the Association of Fundraising Professionals awarded the Outstanding Philanthropists of the Year to Mr. Bouchard and his wife Sandra in 2015.

Alain Bouchard was inducted into the Canadian Business Hall of Fame in 2017, and the same year was awarded the International Horatio Alger Award, which honours the achievements of Canadians who have succeeded in spite of adversity and who encourage young people to pursue their dreams through higher education. Mr. Bouchard is also an Officier de l’Ordre National du Québec, the province’s highest honour, and an Officer of the Order of Canada.

Faculté de gestion
Docteure en droit, honoris causa
Alain Bouchard, O.C., O.Q.

Grâce à sa vision et à sa détermination, Alain Bouchard s’est distingué en tant qu’entrepreneur prospère et leader au sein de la collectivité.

Dès son plus jeune âge, M. Bouchard a été inspiré par son père, un entrepreneur de Chicoutimi. Malgré les difficultés financières qu’a connues l’entreprise paternelle, le jeune Alain avait la conviction qu’un jour, il allait fonder sa propre entreprise. En 1969, il a commencé à travailler dans un dépanneur Perrette de Québec, un établissement franchisé géré par son frère. C’est là qu’il a appris à comprendre les besoins des clients en observant ceux qu’il servait et qu’il a commencé à véritablement s’intéresser aux dépanneurs. Alors qu’il avait tout juste 19 ans, on lui a confié le poste de gérant par intérim d’un magasin Perrette local. Au fil des ans, il a assumé des responsabilités de plus en plus importantes; il a notamment supervisé l’ouverture de 80 nouveaux magasins Perrette. En 1973, il s’est joint à Provi-Soir, une division de Provigo (qui appartient aujourd’hui à Loblaws) et a ouvert 70 magasins partout au Québec. Trois ans plus tard, il était responsable de l’ensemble du réseau de franchises Provi-Soir.

Alain Bouchard a ouvert son premier dépanneur en 1980, pour ensuite fonder les entreprises qui ont grandi et sont devenues Alimentation Couche-Tard. Grâce à son travail acharné, à sa persévérance et à son approche intelligente des achats, il a réussi en un peu plus de 40 ans à transformer son unique magasin en un empire mondial de quelque 16 000 commerces de détail qui comprend les magasins Couche-Tard au Québec ainsi que la chaîne Circle K au Canada, aux États-Unis et dans 23 autres pays et régions du monde.

M. Bouchard a été président et chef de la direction d’Alimentation Couche-Tard jusqu’en 2014, année où il s’est retiré pour devenir président exécutif du conseil. Au fil des ans, il a siégé au conseil d’administration de plusieurs entreprises, notamment Québecor et Atrium Innovations. Il est actuellement administrateur au sein du conseil du Groupe CGI inc. Alain Bouchard siège également au comité consultatif de l’École Bensadoun de commerce au détail de l’Université McGill.

Outre ses extraordinaires réalisations entrepreneuriales, M. Bouchard se fait un point d’honneur de redonner à la collectivité. Ardent philanthrope, il a participé à un nombre impressionnant de campagnes de financement et d’événements philanthropiques. En 2012, son épouse et lui ont mis sur pied la Fondation Sandra et Alain Bouchard, qui soutient divers organismes qui viennent en aide aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle et d’autres organismes du milieu des arts et de la culture. En 2015, la section du Québec de l’Association des professionnels en philanthropie a remis à M. Bouchard et à son épouse Sandra le prix Philanthropes par excellence de l’année.

Alain Bouchard a été intronisé au Panthéon des personnalités canadiennes des affaires en 2017; la même année, il a reçu le Prix international Horatio Alger, qui rend hommage aux Canadiens qui ont réussi en dépit de l’adversité et qui encourage les jeunes à poursuivre leurs rêves grâce aux études supérieures. M. Bouchard est aussi officier de l’Ordre national du Québec, la plus prestigieuse distinction de la province, et officier de l’Ordre du Canada.

 


 

Law – May 30 at 3 pm
Doctor of Laws, honoris causa
Irwin Cotler, P.C., O.C., O.Q.
B.A., B.C.L. (McGill University), LL.M. (Yale University)

A prominent and respected figure on both the national and international stages, Irwin Cotler’s willingness to stand by his principles and help those in need serves as inspiration for all Canadians.

He completed his undergraduate and law degrees at McGill University, where he was a University Scholar, a member of the Student Executive Council (SEC), and President of the McGill Law Students’ Association. He then went on to complete his Master of Laws at Yale University. Shortly thereafter, he joined the academic staff at McGill University as a Professor of Law, serving as the Director of McGill’s Human Rights Program from 1973 to 1999.

In 1999, Irwin Cotler was elected to represent his Montreal community as the Member of Parliament for Mont-Royal, a post he served until 2015. Appointed to the post of Minister of Justice and Attorney General of Canada in 2003 by former Prime Minister Paul Martin, Mr. Cotler has been an influential force in legislation that has defined Canadian life. His legal successes include passing legislation granting same-sex couples the right to marry in Canada, named the Civil Marriage Act; initiating the first-ever comprehensive reform of the Supreme Court appointment process and helping make it the most gender-representative Supreme Court in the world; initiating the first-ever law on human trafficking; quashing more wrongful convictions in a single year than any prior Minister; and making the pursuit of international justice a government priority.

Throughout his distinguished career, Mr. Cotler has represented some of the most notable political prisoners and activists of the 20th century. As a human rights lawyer, he has represented imprisoned Saudi blogger Raif Badawi, Nelson Mandela, Russian Nobel Peace Prize Laureate Andrei Sakharov, Nathan Sharansky, who became the deputy prime minister of Israel, Chinese activist and Nobel Laureate Liu Xiaobo, and Egyptian academic, Professor Saad Eddin Ibrahim.

For his efforts as a human rights activist and a pioneer in the development of peace law, the Honourable Irwin Cotler was appointed to the Order of Canada in 1992. He has received both the Queen Elizabeth II’s Golden and Diamond Jubilee Medals in 2002 and 2012, was the first recipient of the Law Society of Upper Canada’s Human Rights Award in 2015, and that same year, was awarded the Sergei Magnitsky Human Rights Award. In 2017, he was named an Officier de l’Ordre National du Québec.

As the Founder and Chair of the Raoul Wallenberg Centre for Human Rights in Montreal, Mr. Cotler strives to unite individuals in the pursuit of justice and is a true role model, leader and inspiration for future generations.

Faculté de droit
Docteure en droit, honoris causa
Irwin Cotler, c.p., O.C., O.Q.
B.A., B.C.L. (Université McGill), LL. M. (Université Yale)

Personnalité éminente et respectée tant sur la scène nationale que mondiale, Irwin Cotler représente un modèle pour tous les Canadiens à travers sa volonté de respecter ses principes et son désir d’aider les personnes dans le besoin.

M. Cotler a obtenu son baccalauréat et son diplôme en droit à l’Université McGill, où il a été boursier de l’Université, membre du comité exécutif des étudiants et président de l’Association des étudiants en droit de McGill. Peu après sa maîtrise en droit à l’Université Yale, il s’est joint à l’Université McGill à titre de professeur en droit; il a aussi dirigé le programme de défense des droits de la personne de McGill de 1973 à 1999.

En 1999, Irwin Cotler a été élu député pour représenter sa communauté montréalaise de Mont-Royal, poste qu’il a occupé jusqu’en 2015. Nommé ministre de la Justice et procureur général du Canada en 2003 par l’ancien premier ministre Paul Martin, M. Cotler a exercé une grande influence sur la législation qui définit aujourd’hui la vie au Canada. Parmi ses grandes réussites en droit, citons l’adoption de la Loi sur le mariage civil, qui reconnaît aux couples de même sexe le droit de se marier au Canada; la mise en branle de la toute première réforme exhaustive du processus des nominations à la Cour suprême, qui a contribué à en faire la Cour suprême respectant le mieux les principes de parité entre les sexes dans le monde; l’instauration de la toute première loi sur la traite de personnes; la prévention d’un plus grand nombre de condamnations injustifiées en une seule année que n’importe lequel de ses prédécesseurs au poste de ministre; et la promotion de la justice internationale en tant que priorité du gouvernement.

Tout au long de sa brillante carrière, M. Cotler a représenté certains des prisonniers politiques et des militants les plus connus du XXe siècle. En sa qualité d’avocat spécialisé dans les droits de la personne, il a représenté Raif Badawi, blogueur saoudien emprisonné; Nelson Mandela; le russe Andrei Sakharov, lauréat d’un prix Nobel de la paix; Nathan Sharansky, par la suite devenu vice-premier ministre d’Israël; Liu Xiaobo, activiste chinois et également lauréat d’un prix Nobel de la paix; et Saad Eddin Ibrahim, universitaire égyptien.

En reconnaissance de ses efforts en tant que militant des droits de l’homme et pionnier du développement du droit pour la paix, l’honorable Irwin Cotler a été investi de l’Ordre du Canada en 1992. Il a également reçu la Médaille du jubilé d’or de la Reine Elizabeth II en 2002, et la Médaille du jubilé de diamant en 2012; il a aussi été le premier récipiendaire du Prix des droits de la personne du Barreau de l’Ontario (alors la Société du barreau du Haut-Canada) en 2015, année où il a également reçu le prix Sergei Magnitsky pour la protection des droits de la personne. Il a été nommé officier de l’Ordre national du Québec en 2017.

En tant que fondateur et président du Centre Raoul Wallenberg pour les droits de la personne à Montréal, M. Cotler s’emploie à rassembler les gens dans la poursuite de la justice et constitue un véritable modèle et un leader qui a tout pour inspirer les générations futures.

 


 

Science A – May 31 at 10 am
Doctor of Science, honoris causa
Emmanuelle Charpentier
B.Sc., M.Sc., Ph.D. (University Pierre and Marie Curie – UPMC; Institut Pasteur)

Emmanuelle Charpentier is recognized as a leading world expert in regulatory mechanisms underlying processes of infection and immunity in bacterial pathogens.

She began her studies in France in biochemistry, microbiology, and genetics at the University Pierre and Marie Curie, continuing her research at the Pasteur Institute and obtaining her Ph.D. in 1995. Professor Charpentier pursued her work in the United States at The Rockefeller University, New York University Langone Medical Center, the Skirball Institute of Biomolecular Medicine, and St. Jude Children’s Research Hospital. She later returned to Europe to establish her own research group as Assistant and Associate Professor at the Max F. Perutz Laboratories at the University of Vienna in the field of microbiology.

In 2009, she was appointed Associate Professor at the Laboratory for Molecular Infection Medicine Sweden at Umeå University in Sweden, and then Head of the Department of Regulation in Infection Biology at the Helmholtz Centre for Infection Research in Germany from 2013 to 2015. In 2015, Professor Charpentier was appointed Director of the Department of Regulation in Infection Biology at the Max Planck Institute for Infection Biology. She is an Honorary Professor at Humboldt University and, since 2018, is Founding and Acting Director of the Max Planck Unit for the Science of Pathogens, in Germany.

Professor Charpentier’s work has led to several groundbreaking discoveries and insights into pathways governing antibiotic resistance and virulence of bacterial pathogens. She is best known for her role in deciphering the molecular mechanisms of the bacterial CRISPR-Cas9 immune system and repurposing it into a tool for genome editing. In collaboration with Dr. Jennifer Doudna's laboratory, Professor Charpentier's laboratory showed that Cas9 could be used to make cuts in any DNA sequence desired. Researchers worldwide have employed this method successfully to edit the DNA sequences of plants, animals, and laboratory cell lines. This has revolutionized life sciences research, and is opening new opportunities in biomedical gene therapies. CRISPR-Cas9 quickly developed from a specialised field of scientific research to a major topic in global affairs, with exciting new discoveries emerging at dazzling speed.

Emmanuelle Charpentier has received over 70 prestigious international awards and distinctions for her revolutionary discovery, including the Kavli Prize in Nanoscience, The Japan Prize, the Tang Prize for Biopharmaceutical Science, the Breakthrough Prize in Life Sciences, and the Massry Prize. She is an elected member of national and international academies, as well as the co-founder of CRISPR Therapeutics and ERS Genomics.

Faculté des sciences « A »
Docteure ès sciences, honoris causa
Emmanuelle Charpentier
B. Sc. M. Sc. et Ph. D. (Université Pierre-et-Marie-Curie (UPMC) et Institut Pasteur)

Emmanuelle Charpentier est reconnue dans le monde à titre d’experte des mécanismes régulateurs des infections et de l’immunité chez les pathogènes bactériens.

Elle amorce ses études en biochimie, en microbiologie et en génétique à l’Université Pierre-et-Marie-Curie, en France, et poursuit ses recherches à l’Institut Pasteur pour décrocher son doctorat en 1995. La professeure Charpentier continue son travail aux États-Unis à l’Université Rockefeller, au Centre médical Langone de l’Université de New York, à l’Institut de médecine biomoléculaire Skirball et à l’Hôpital de recherche pour enfants St. Jude. Elle retourne ensuite en Europe pour mettre sur pied son propre groupe de recherche en microbiologie en qualité de professeure adjointe et de professeure agrégée aux Laboratoires Max F. Perutz de l’Université de Vienne.

En 2009, Emmanuelle Charpentier est nommée professeure agrégée au Laboratoire d’infectiologie moléculaire de l’Université Umeå, en Suède, puis, de 2013 à 2015, directrice du Département de régulation en biologie infectieuse au Centre de recherche en infectiologie Helmholtz en Allemagne. En 2015, la professeure Charpentier est nommée directrice du Département de régulation en biologie infectieuse à l’Institut Max Planck de recherche sur les maladies infectieuses. Elle est professeure honoraire à l’Université Humboldt et, depuis 2018, directrice fondatrice et suppléante du Centre de recherche Max Planck pour la Science des pathogènes, en Allemagne.

Les travaux de la professeure Charpentier ont mené à plusieurs découvertes révolutionnaires et permis de mieux connaître les voies qui régissent l’antibiorésistance et la virulence des pathogènes bactériens. Elle est particulièrement reconnue pour son rôle dans le déchiffrement des mécanismes moléculaires du système immunitaire bactérien CRISPR-Cas9 et pour l’avoir transposé en outil de modification du génome. Le laboratoire de la professeure Charpentier, en collaboration avec celui de Jennifer Doudna, Ph. D., a démontré que la protéine Cas9 peut servir à découper n’importe quelle séquence d’ADN. Des chercheurs du monde entier ont appliqué cette méthode pour modifier les séquences d’ADN de plantes, d’animaux et de lignées cellulaires créées en laboratoire. Cette découverte a révolutionné la recherche dans les sciences de la vie et offre de nouvelles avenues dans les thérapies géniques. La technique CRISPR-Cas9 est rapidement passée de découverte scientifique dans un champ spécialisé en objet commercial de portée mondiale grâce aux nouvelles découvertes qui surviennent à une vitesse vertigineuse.

Cette découverte révolutionnaire a valu à Emmanuelle Charpentier plus de 70 distinctions internationales prestigieuses, dont le prix Kavli en neurosciences, le prix japonais (Japan Prize), le prix Tang de biopharmacie, le Prix des avancées capitales dans les sciences de la vie (Breakthrough Prize in Life Sciences) et le prix Massry. Elle est membre élue d’universités au Canada et ailleurs dans le monde et cofondatrice de CRISPR Therapeutics et d’ERS Genomics.

 


 

Science B – May 31 at 3 pm
Doctor of Science, honoris causa
John Michael Kosterlitz
B.A., M.A. (Cambridge University), D.Phil. (Oxford University)

Theoretical physicist and Nobel Laureate John Michael Kosterlitz is a pioneer of abstract mathematics and its real-world applications in physics.

Born in Aberdeen, Scotland, Professor Kosterlitz obtained his undergraduate and master’s degrees at Cambridge University, followed by his doctorate degree in high energy physics at Oxford University in 1969. After an appointment as a postdoctoral researcher at Torino University in Italy, he became a research fellow at the University of Birmingham in 1970. Professor Kosterlitz joined the academic staff in the Department of Physics at Brown University in 1982, where he remains the Harrison E. Farnsworth Professor of Physics.

In the early 1970s, Michael Kosterlitz worked with Dr. David Thouless using topology, a mathematical study of the properties that are preserved through deformations, twistings, and stretchings of objects. Using topology as a tool, they were able to show how very thin, two-dimensional materials could transition in and out of these exotic states, overturning the then current theory that superconductivity or suprafluidity could not occur in thin layers, which astounded experts at the time. Their work showed that 2-D materials, though not ordered in the same way that crystalline 3-D materials are, have a quasi-order at low temperatures generated by paired, tightly bound vortices and anti-vortices. As these materials are heated, the vortices become unbound and scatter apart, disrupting the quasi-order. The unbinding of these vortices and the resulting loss of order are now known as the Kosterlitz-Thouless transition, a phase change in 2-D materials that had not previously been explained. This discovery revolutionized knowledge about phase transitions.

Over the last decade, this area has boosted frontline research in condensed matter physics, with the hope that topological materials could be used in new generations of electronics and superconductors, or in future quantum computers.

For his exceptional early contributions to theoretical physics, Professor Kosterlitz received the Maxwell Medal from the Institute of Physics in 1981. In 2000, he was awarded the Lars Onsager Prize by the American Physical Society. Michael Kosterlitz is also a fellow of the American Physical Society, and was inducted into the American Academy of Arts and Sciences as a fellow in 2007.

In 2016, the Royal Swedish Academy of Sciences awarded Michael Kosterlitz, along with Dr. David Thouless and Dr. Duncan Haldane, the Nobel Prize in Physics “for theoretical discoveries of topological phase transitions and topological phases of matter”. Thanks to this pioneering work, current research is revealing the secrets of matter in these exotic worlds, with hopeful future applications in materials science and electronics.

Faculté des sciences « B »
Docteur ès sciences honoris causa (D. Sc.)
John Michael Kosterlitz
B.A., M.A. (Université de Cambridge), D. Phil. (Université d’Oxford)

Physicien théoricien et lauréat d’un prix Nobel, John Michael Kosterlitz est un pionnier en matière de mathématiques abstraites et de leurs applications concrètes en physique.

Né à Aberdeen, en Écosse, Le Pr Kosterlitz est titulaire d’un baccalauréat et d’une maîtrise de l’Université de Cambridge, ainsi que d’un doctorat en physique des hautes énergies de l’Université d’Oxford, obtenu en 1969. Après un séjour à titre de chercheur postdoctoral à l’Université de Turin, en Italie, il a occupé un poste de chercheur universitaire à l’Université de Birmingham en 1970. M. Kosterlitz s’est ensuite joint au corps professoral du Département de physique de l’Université Brown en 1982, où il détient toujours le titre de professeur de physique Harrison E. Farnsworth.

Au début des années 1970, Michael Kosterlitz a travaillé avec David Thouless sur la topologie, une branche des mathématiques qui étudie les propriétés des objets qui sont conservées malgré les déformations, les torsions et les étirements qu’ils peuvent subir. En se servant de la topologie comme outil, ils ont été en mesure de montrer comment des matériaux bidimensionnels très fins pouvaient passer d’un de ces états « exotiques » à l’autre, remettant ainsi en cause, à la grande stupéfaction des spécialistes de l’époque, la théorie acceptée jusque-là qui voulait que la supraconductivité et la suprafluidité ne soient pas possibles dans une couche mince. Leurs travaux ont révélé que les matériaux bidimensionnels, bien qu’ils ne soient pas structurés de la même manière que les matériaux cristallins tridimensionnels, présentent à basse température un quasi-ordre généré par des paires formées d’un vortex et d’un antivortex étroitement liés. Lorsque de tels matériaux sont chauffés, ces paires se dissocient et se dispersent, ce qui perturbe le quasi-ordre. Ce phénomène de dissociation des paires vortex-antivortex et du désordre qui s’ensuit est maintenant connu sous le nom de « transition de Kosterlitz-Thouless », un changement de phase observé dans les matériaux bidimensionnels qui n’avait jusque-là jamais été expliqué. Cette découverte a révolutionné les connaissances à propos des transitions de phase.

Au cours de la dernière décennie, ce secteur a propulsé la recherche de première ligne en physique de la matière condensée, dans l’espoir que les matériaux topologiques pourront servir à fabriquer une nouvelle génération de composantes électroniques et de supraconducteurs, ou encore des ordinateurs quantiques.

En reconnaissance de ses contributions exceptionnelles à la physique théorique en début de carrière, l’Institute of Physics a remis à M. Kosterlitz la médaille Maxwell en 1981. En 2000, l’American Physical Society lui a décerné le prix Lars Onsager. Michael Kosterlitz est en outre fellow (membre associé) de l’American Physical Society, et il a été intronisé à l’American Academy of Arts and Sciences à titre de fellow en 2007.

En 2016, l’Académie royale des sciences de Suède lui a décerné, ainsi qu’à David Thouless et à Duncan Haldane, le prix Nobel de physique « pour leurs découvertes théoriques dans le domaine des transitions de phase topologique et des phases topologiques de la matière ». Grâce à ces travaux novateurs, la recherche actuelle nous révèle les secrets de la matière dans ces milieux exotiques et nous permet d’entrevoir de nouvelles applications prometteuses en science des matériaux et en électronique.

 


 

Arts A – June 3 at 10 am
Doctor of Letters, honoris causa
Michael Harris
B.A. (Sir George Williams University), M.A. (Concordia University)

Michael Harris has made a lifetime commitment to the Canadian literary scene, having a profound impact on the development of poetry in Canada.

Born in Glasgow, Scotland, Michael Harris has lived most of his life in Montreal. He attained his undergraduate degree at Sir George Williams University, which merged with Loyola College in 1974 to form Concordia University. It was at Concordia that Mr. Harris received his master’s degree. He taught creative writing at McGill University and Concordia University, as well as literature and poetry at Dawson College. His first book of poems, entitled Poems from Ritual, was published in 1967.

Thus began a 50-year career in poetry, with Michael Harris contributing significantly to the expansion of Canadian poetry on an international basis. He has several published collections of his own poetry, including Sparks, Grace, In Transit, Circus, and most recently, The Gamekeeper published in 2017. In addition, Mr. Harris translated the poetic works of Quebec writer Marie-Claire Blais, making her poetry available to Anglophones in Quebec. His translation, published in 1984, was a finalist for the John Glassco Prize for Translation.

In addition, Michael Harris has published reflections on poetry and its place and importance in our society. He has worked tirelessly and selflessly to edit the poetic works of other poets, encompassing over 60 books, helping with their publication. Several of these works were translated from French, and many were short-listed for or won literary prizes. He never accepted remuneration, preferring to leave funds to support the publication of new works. He was the founding editor of the Signal Editions poetry series of Véhicule Press in Montreal from 1981 until 2001, which to date has produced nearly 120 titles.

Michael Harris won the CBC Literary Competition – Poetry twice, including First Prize for Poetry in 1988, with his winning entry Spring Descending. His work Circus, published in 2010, was nominated for the Governor General’s Award and shortlisted for the Quebec Writers Federation’s A. M. Klein Prize for Poetry.

Mr. Harris has taught generations of students and mentored dozens of younger poets. A firm believer that the best poetry involves performance, he has also devoted much time and effort to poetry readings in Canada and around the world. Michael Harris’s many accomplishments – literary, teaching, mentorship, and community service – have established him as an important and long-standing contributor to the expansion of Canadian poetry.

Faculté des arts « A »
Docteur ès lettres honoris causa
Michael Harris
B.A. (Université Sir George Williams), M.A. (Université Concordia)

Michael Harris a toujours été présent sur la scène littéraire canadienne et il a profondément influencé l’évolution de la poésie au Canada.

Né à Glasgow, en Écosse, M. Harris a presque toujours vécu à Montréal. Il a obtenu son baccalauréat à l’Université Sir George Williams, qui a fusionné avec le Collège Loyola en 1974 pour former l’Université Concordia, où M. Harris a reçu son diplôme de maîtrise. Il a enseigné la création littéraire à l’Université McGill et à l’Université Concordia, ainsi que la littérature et la poésie au Collège Dawson. Son premier recueil de poésie, intitulé Poems from Ritual, a été publié en 1967.

Ainsi donc s’est amorcée une carrière de 50 ans en poésie, pendant laquelle Michael Harris a contribué de manière notable au rayonnement de la poésie canadienne à l’échelle mondiale. Auteur de plusieurs recueils de poèmes, notamment Sparks, Grace, In Transit, Circus et, plus récemment, The Gamekeeper, publié en 2017, M. Harris a en outre traduit les œuvres poétiques de Marie-Claire Blais; c’est grâce à lui que les anglophones du Québec peuvent apprécier les poèmes de cette écrivaine québécoise. Sa version, publiée en 1984, figurait parmi les finalistes pour l’obtention du prix de traduction littéraire John Glassco.

Michael Harris a par ailleurs publié le fruit de ses réflexions sur la poésie et sur sa place et son importance dans notre société. Il a travaillé sans relâche et avec dévouement à l’édition des œuvres poétiques d’autres écrivains et a ainsi contribué à la publication de plus de 60 ouvrages. Plusieurs de ces ouvrages étaient traduits du français, et nombre d’entre eux ont été présélectionnés ou ont remporté des prix dans le cadre de concours littéraires. Préférant consacrer les fonds générés par son travail à la publication d’autres ouvrages, M. Harris n’a jamais accepté d’être rémunéré. Il est le rédacteur fondateur de la collection de poésie Signal Editions de la maison d’édition Véhicule Press de Montréal, dont il s’est occupé de 1981 à 2001 et qui à ce jour compte près de 120 titres.

Michael Harris a remporté deux fois le concours des prix littéraires de la CBC dans la catégorie Poésie; son œuvre intitulée Spring Descending lui a notamment valu le premier prix dans cette catégorie en 1988. Son ouvrage intitulé Circus, publié en 2010, a été retenu pour le prix littéraire du Gouverneur général et sélectionné pour le prix A. M. Klein de la Quebec Writers Federation dans la catégorie Poésie.

M. Harris a enseigné à plusieurs générations d’étudiants et a servi de mentor à des douzaines de jeunes poètes. Fermement convaincu que la meilleure poésie est celle qui est lue devant public, il a consacré beaucoup de temps et d’efforts à des récitals de poésie au Canada et à l’étranger. Grâce à ses nombreux accomplissements – en littérature, en enseignement, en mentorat et en service communautaire – Michael Harris se démarque depuis longtemps comme fervent promoteur de la poésie canadienne.

 


 

Arts B – June 3 at 3 pm
Doctor of Letters, honoris causa
Margaret MacMillan, O.C., C.C., C.H.
B.A. (University of Toronto), B.Phil., D.Phil. (Oxford University)

A leading world scholar on history and international relations, Margaret Olwen MacMillan is an insightful author whose work engages experts and is compelling to general audiences.

Margaret MacMillan began her academic career at the University of Toronto, where she completed her Bachelor of Arts, followed by her graduate degrees at Oxford University. Her research specializes in British imperial history and international history of the 19th and 20th centuries. Shortly after completing her doctorate, Professor MacMillan joined Ryerson University’s History Department, where she remained for 25 years. She became the Provost of Trinity College at the University of Toronto in 2002, and from 2007 to 2017, she was the Warden of St. Antony’s College and Professor of International History at Oxford University. Professor MacMillan currently holds academic appointments at both the University of Toronto and Oxford.

Margaret MacMillan has won numerous awards for her published work, most notably for her book entitled Peacemakers: the Paris Conference of 1919 and Its Attempt to End War (published as Paris 1919: Six Months that Changed the World in North America). For this book, Professor MacMillan was awarded the Duff Cooper Prize, the Hessell-Tiltman Prize for History, the Arthur Ross Book Award’s Silver Medal, the Governor General’s prize for non-fiction, and became the first woman to win the Samuel Johnson Prize for non-fiction. The book was also a New York Times Editor’s Choice in 2002.

In her 2015 CBC Massey Lectures series, entitled History’s People: Personalities and the Past, Margaret MacMillan examined the important and complex relationship between biography and history, peoples and their times through her exploration of dreamers, explorers, and adventurers who have made a significant impact on history. In 2018, Professor MacMillan went on tour recording her Reith Lectures, a series directed by BBC Radio that invites a leading figure each year to enrich the intellectual and cultural life of its listeners. Margaret MacMillan’s series, entitled The Mark of Cain, explored the tangled history of war and society and our complicated feelings toward it.

In 2006, Professor MacMillan was invested as an Officer of the Order of Canada and promoted to a Companion to the Order of Canada in 2016. In 2018, she was appointed a Companion of Honour for services to higher education, history, and international affairs, thus joining an elite group with only 65 members at any one time.

With a gift for storytelling, Margaret MacMillan has established herself as an innovative historian and educator, captivating generations of students and audiences around the globe.

Faculté des arts « B »
Docteure ès lettres honoris causa
Margaret MacMillan, O.C., C.C., C.H.
B.A. (Université de Toronto), B. Phil., D. Phil. (Université d’Oxford)

Spécialiste de renommée mondiale en histoire et en relations internationales, Margaret Olwen MacMillan est une auteure perspicace dont les travaux savent retenir l’attention des experts et captiver le grand public.

Margaret MacMillan a amorcé sa carrière universitaire à l’Université de Toronto; après y avoir obtenu son baccalauréat, elle a poursuivi ses études aux cycles supérieurs à l’Université d’Oxford. Ses recherches portent principalement sur l’histoire de l’Empire britannique et l’histoire internationale des XIXe et XXe siècles. Peu après avoir achevé ses études de doctorat, Mme MacMillan s’est jointe au Département d’histoire de l’Université Ryerson, où elle a œuvré pendant 25 ans. Elle a ensuite été doyenne du Collège Trinity de l’Université de Toronto en 2002, puis préfet au Collège St. Antony et professeure d’histoire internationale à l’Université d’Oxford. Mme MacMillan est actuellement titulaire de nominations professorales à l’Université de Toronto et à l’Université d’Oxford.

Mme MacMillan a remporté de nombreux prix pour ses publications, notamment pour son livre intitulé Peacemakers: the Paris Conference of 1919 and Its Attempt to End War (publié sous le titre Paris 1919: Six Months that Changed the World en Amérique du Nord). Cet ouvrage lui a valu le prix Duff Cooper, le prix Hessell-Tiltman d’histoire, la médaille d’argent du prix Arthur Ros et le prix du Gouverneur général dans la catégorie Études et essais; Mme MacMillan a aussi été la première femme à recevoir le prix Samuel Johnson dans la catégorie Essais. Son livre a en outre figuré parmi les choix de la rédaction du New York Times en 2002.

À l’occasion d’un exposé présenté en 2015 dans le cadre des conférences Massey de la CBC, intitulé History’s People: Personalities and the Past, Margaret MacMillan a examiné les relations importantes et complexes entre biographie et histoire et entre les gens et l’époque à laquelle ils vivaient en explorant ce que l’on sait des idéalistes, des explorateurs et des aventuriers qui ont marqué l’histoire. En 2018, Mme MacMillan a entrepris une tournée afin d’enregistrer des présentations dans le cadre de la série de conférences Reith de la BBC Radio, qui invite chaque année une figure de proue à enrichir le bagage intellectuel et culturel de ses auditeurs. Dans sa série de conférences, intitulée The Mark of Cain (La marque de Caïn), Margaret MacMillan explorait l’histoire enchevêtrée de la guerre et de la société et la complexité de nos sentiments à ce sujet.

En 2006, Mme MacMillan a été nommée Officière de l’Ordre du Canada, avant d’être promue au rang de Compagne de l’Ordre du Canada en 2016. En 2018, elle a reçu le titre de Compagne d’honneur pour les services rendus en enseignement supérieur, en histoire et en affaires internationales, ralliant ainsi les rangs d’un groupe d’élite ne pouvant compter que 65 membres à la fois.

Grâce à son talent de conteuse, Margaret MacMillan s’est imposée comme étant une historienne et une enseignante originale qui a su captiver des générations d’étudiants et d’auditoires partout dans le monde.

 


 

Arts C – June 4 at 10 am
Doctor of Laws, honoris causa
Paul Farmer
B.A. (Duke University), M.D., Ph.D. (Harvard University)

Paul Farmer, medical anthropologist and board-certified physician in internal medicine and infectious diseases, has dedicated his life to improving health care for the world’s poorest people.

This lifelong pursuit began when Dr. Farmer was an undergraduate at Duke University, where he worked with displaced Haitian farmers. He went on to earn his medical degree and a doctorate in medical anthropology from Harvard University in 1990, while volunteering in Haiti as a medical student. Appalled by the lack of health care he witnessed, Paul Farmer co-founded Partners In Health in 1987, of which he is now Chief Strategist. This international, non-profit organization strives to bring the benefits of modern medical science to those most in need, and advocates on behalf of those who are sick and living in poverty.

At the time of Partners In Health’s founding, HIV/AIDS and tuberculosis were rampant in Haiti, and many public health experts were skeptical about the possibility of providing healthcare in a region with many challenges and few resources. Through Partners In Health, Dr. Farmer and his colleagues developed novel community-based treatment strategies demonstrating that HIV/AIDS, tuberculosis and other common diseases can be treated effectively in resource-poor settings. This innovative model, delivering community-based care and access to superior medicines, has saved countless lives and is being replicated around the world.

In addition to his humanitarian efforts, Paul Farmer has written extensively on health and human rights, the role of social inequalities in the distribution and outcome of infectious diseases, and global health. His most recent publications include In the Company of the Poor: Conversations with Dr. Paul Farmer and Fr. Gustavo Gutiérrez, Reimagining Global Health: An Introduction, and To Repair the World: Paul Farmer Speaks to the Next Generation. He is currently working on a book examining the historical roots and contemporary experiences of the 2014-2016 Ebola epidemic in West Africa.

Dr. Farmer is the recipient of numerous awards and honours, including the Bronislaw Malinowski Award and the Margaret Mead Award from the Society for Applied Anthropology, the Outstanding International Physician (Nathan Davis) Award from the American Medical Association, the S. Roger Horchow Award for Greatest Public Service by a Private Citizen, and, with his Partners In Health colleagues, the Conrad N. Hilton Humanitarian Prize. In 2018, Paul Farmer was awarded the National Academy of Sciences Public Welfare Medal, the Academy’s most prestigious award presented annually to honour extraordinary use of science for the public good.

Dr. Farmer is the Kolokotrones University Professor and the Chair of the Department of Global Health and Social Medicine at Harvard Medical School, a Professor of Medicine and Chief of the Division of Global Health Equity at Brigham and Women’s Hospital, and the United Nations Special Advisor to the Secretary-General on Community-Based Medicine. He is also a member of the National Academy of Medicine and the American Academy of Arts and Sciences.

Faculté des arts « C »
Docteur en droit honoris causa
Paul Farmer
B.A. (Université Duke), M.D., Ph. D. (Université Harvard)

Paul Farmer, anthropologue médical et médecin spécialisé en médecine interne et en maladies infectieuses, a consacré sa vie à l’amélioration des soins de santé offerts aux patients les plus pauvres du monde.

Cette mission de toute une vie a commencé lorsque le Dr Farmer, alors étudiant au premier cycle à l’Université Duke, a travaillé auprès de fermiers haïtiens déplacés. Il a ensuite obtenu son diplôme en médecine, puis un doctorat en anthropologie médicale à l’Université Harvard en 1990, tout en faisant du bénévolat en Haïti à titre d’étudiant en médecine. En 1987, consterné par les lacunes en matière de soins de santé dont il était témoin, Paul Farmer a cofondé l’organisme Partners In Health, au sein duquel il occupe aujourd’hui le poste de stratège en chef. Cet organisme international sans but lucratif s’emploie à offrir les bienfaits de la médecine moderne à ceux qui en ont le plus besoin et défend les intérêts de ceux qui sont malades et qui vivent dans la pauvreté.

Au moment de la fondation de Partners In Health, le VIH/sida et la tuberculose étaient endémiques en Haïti, et beaucoup d’experts en santé publique doutaient qu’il soit possible d’offrir des soins de santé dans une région où les défis étaient si nombreux et les ressources, si maigres. Par l’entremise de Partners In Health, le Dr Farmer et ses collègues ont mis au point de nouvelles stratégies de traitement au sein des communautés, qui démontrent qu’il est possible de soigner efficacement le VIH/sida, la tuberculose et d’autres maladies courantes même dans un milieu avec peu de ressources. Ce modèle novateur, qui permet d’offrir des soins et l’accès à des médicaments de qualité supérieure dans les communautés, a sauvé d’innombrables vies et est adopté partout dans le monde.

En plus de se consacrer à ses œuvres humanitaires, Paul Farmer a beaucoup écrit sur la santé et les droits de la personne, sur le rôle des inégalités sociales dans la répartition et l’issue des maladies infectieuses et sur la santé mondiale. Parmi ses plus récents ouvrages, citons In the Company of the Poor: Conversations with Dr. Paul Farmer and Fr. Gustavo Gutiérrez, Reimagining Global Health: An Introduction et To Repair the World: Paul Farmer Speaks to the Next Generation. Il rédige actuellement un livre dans lequel il examine les origines historiques et les expériences contemporaines de l’épidémie d’Ebola qui a sévi en Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016.

Le Dr Farmer est récipiendaire de nombreux prix et distinctions; il a notamment reçu le prix Bronislaw Malinowski et le prix Margaret Mead de la Society for Applied Anthropology, le prix Nathan Davis décerné à un médecin international d’exception par l’American Medical Association, le prix S. Roger Horchow remis pour le plus important service public rendu par un simple citoyen et, avec ses collègues de Partners In Health, le prix humanitaire Conrad N. Hilton. En 2018, la National Academy of Sciences lui a remis la médaille pour le bien-être social, le prix le plus prestigieux décerné par l’organisme en hommage à une personne qui a su mettre la science à profit de manière exceptionnelle pour le bien collectif.

Le Dr Farmer est professeur Kolokotrones et directeur du Département de santé mondiale et de médecine sociale de la Harvard Medical School, professeur de médecine et chef de la division de l’équité en santé mondiale au Brigham and Women’s Hospital, et conseiller spécial du secrétaire général des Nations Unies sur les questions relatives à la médecine communautaire. Il est aussi membre de la National Academy of Medicine et de l’American Academy of Arts and Sciences.

 


 

Education – June 4 at 3 pm
Doctor of Letters, honoris causa
Michel de la Chenelière, C.M., C.Q., Ch.O.M.

Michel de la Chenelière is a philanthropist, devotee of the arts, and a pioneer in French-language educational publishing in North America.

Born in Normandy, Michel de la Chenelière moved to Montreal in 1969 at the age of 20. He worked for an American publishing house before opening his own publishing company, Éditions de la Chenelière (now Chenelière Éducation) in 1984. Chenelière Éducation became the largest specialized French-language educational publishing house in North America, spanning kindergarten to university levels. In rapid succession, Mr. de la Chenelière acquired other publishing houses, rapidly becoming the specialist of textbooks for Canadian French immersion programs and forging close relationships with education departments across Canada.

Chenelière Éducation has since extended its forward-looking model to the francophone markets abroad, offering access to innovative teaching tools. Michel de la Chenelière served as the President and CEO of Chenelière Éducation from its inception until its acquisition by Transcontinental in 2006. He remained a consultant for the publishing house until 2008.

Mr. de la Chenelière is also a devoted philanthropist, beginning in 1998 with the establishment of the Fondation de la Chenelière. Through sustained and substantial funding, this foundation has encouraged student development by optimizing the teaching resources of four schools in Montreal’s Little Italy, distributing annual grants for scholarships, equipment, books, and field trips. Since 2009, Mr. de la Chenelière collaborated with the Canada-Vietnam Education Network by distributing nearly 100,000 free books to more than 26 universities in Vietnam, Laos, and Cambodia.

For over 15 years, Michel de la Chenelière has been actively involved with the Montreal Museum of Fine Arts (MMFA) through his numerous volunteer positions, leading the Museum in its mission to deliver groundbreaking and inclusive educational programs. He has been a major benefactor to the Museum, donating the funds in 2011 to create the Art & Education Studios, which host group and family educational workshops. In 2015, another generous donation created the Michel de la Chenelière International Atelier for Education and Art Therapy. He serves on the Board of Directors of the MMFA, and is Chair of the Education Committee, propelling the MMFA to the forefront of museum education.

In 2017, Mr. de la Chenelière was appointed a Chevalier de l’Ordre de Montréal, which recognizes individuals who have contributed in a remarkable way to the city’s development and reputation. The same year, he was appointed a Chevalier de l’Ordre National du Québec and a Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française, which honours individuals’ achievements and influences in the artistic or literary field in France and internationally. Michel de la Chenelière has also been appointed a Knight of the Royal Order of Cambodia and was designated a Member of the Order of Canada in 2018.

Faculté des sciences de l’éducation
Docteur ès lettres honoris causa
Michel de la Chenelière, C.M., C.Q., Ch.O.M.

Pionnier de l’édition de manuels scolaires en français en Amérique du Nord, Michel de la Chenelière est aussi un philanthrope passionné des arts.

Né en Normandie, il est arrivé à Montréal en 1969, alors qu’il avait 20 ans. Il a travaillé pour un éditeur américain avant de fonder sa propre maison d’édition, les Éditions de la Chenelière (aujourd’hui connue sous le nom de Chenelière Éducation), en 1984. Chenelière Éducation est devenue la plus importante maison d’édition de manuels scolaires en français en Amérique du Nord et publie des ouvrages destinés aussi bien aux élèves de maternelle qu’aux étudiants universitaires. Après avoir successivement fait l’acquisition de plusieurs autres maisons d’édition en un court laps de temps, M. de la Chenelière est rapidement devenu le spécialiste des manuels scolaires destinés aux programmes d’immersion en français au Canada; il entretient d’étroites relations avec les ministères de l’Éducation partout aux quatre coins du pays.

Depuis, Chenelière Éducation a élargi son modèle avant-gardiste aux marchés francophones de l’étranger en leur proposant l’accès à des outils d’enseignement novateurs. Michel de la Chenelière a été président et chef de la direction de Chenelière Éducation depuis la fondation de l’entreprise jusqu’à son acquisition par Transcontinental en 2006, après quoi il a continué d’exercer les fonctions de conseiller au sein de la maison d’édition jusqu’en 2008.

Philanthrope dévoué, M. de la Chenelière a mis sur pied la Fondation de la Chenelière en 1998. Grâce à une aide financière soutenue et substantielle, la Fondation a favorisé l’épanouissement de jeunes élèves en optimisant les ressources en enseignement dans quatre écoles du quartier de la Petite Italie à Montréal, notamment en octroyant chaque année des bourses d’études et en finançant l’équipement, les manuels et les sorties éducatives. Par l’entremise de sa fondation, M. de la Chenelière collabore depuis 2009 avec le Réseau d’éducation Canada-Vietnam et a distribué gratuitement quelque 100 000 livres dans 26 universités du Vietnam, du Laos, et du Cambodge.

Depuis plus de 15 ans, Michel de la Chenelière participe activement aux activités du Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) en exerçant bénévolement de nombreuses fonctions, et a contribué à orienter le musée dans sa mission d’offrir des programmes éducatifs novateurs et inclusifs. Il a été un grand bienfaiteur du musée, notamment en donnant les fonds nécessaires pour mettre sur pied les Studios Arts & Éducation Michel de la Chenelière, où se tiennent des ateliers éducatifs destinés à des groupes et à des familles. En 2015, un autre généreux don a permis de créer l’Atelier international d’éducation et d’art-thérapie Michel de la Chenelière. En siégeant au conseil d’administration du MBAM et en présidant le comité de l’éducation, M. de la Chenelière propulse le MBAM à l’avant-plan dans le domaine de l’éducation muséale.

En 2017, M. de la Chenelière a été nommé chevalier de l’Ordre de Montréal, une distinction rendant hommage aux personnes qui contribuent de manière remarquable au développement et au rayonnement de la métropole. La même année, il a été nommé chevalier de l’Ordre national du Québec et chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres de la République française, un titre décerné en reconnaissance des réalisations et de l’influence d’une personne dans le milieu artistique ou littéraire en France et à l’étranger. Michel de la Chenelière a aussi été nommé chevalier de l’Ordre royal du Cambodge et reçu membre de l’Ordre du Canada en 2018.

 


 

Agricultural and Environmental Sciences A – June 5 at 10 am
Doctor of Science, honoris causa
Agnes Kalibata
B.Sc., M.Sc. (Makerere University), Ph.D. (University of Massachusetts Amherst)

Bringing vision and a steady drive to the growth of African agriculture at the center of the continent’s economic and social development, Dr. Agnes Kalibata has distinguished herself as an agricultural scientist, policy maker, innovative thinker, and public and thought leader.

Agnes Kalibata began her education in Uganda, where she earned her master’s degree in Crop Science from Makerere University. This was followed by a doctorate in Entomology at the University of Massachusetts Amherst. In 2005, Agnes Kalibata returned to her homeland of Rwanda, where she led the turnaround of a challenged World Bank agriculture program to successfully deliver impact to Rwandan farmers. She went on to serve as Permanent Secretary and then Rwanda’s Minister of Agriculture and Animal Resources from mid-2006 until 2014, implementing a science-based approach to agriculture policy and practice that greatly increased efficiency and productivity that contributed to Rwanda being a largely food-secure nation. She is widely heralded as one of the most successful Agriculture Ministers in sub-Saharan Africa.

Agnes Kalibata briefly served as the Deputy Vice Chancellor for Institutional Advancement at the University of Rwanda before being called to serve continentally as the President of the Alliance for a Green Revolution in Africa (AGRA) in 2014. In this role she drives Africa’s agricultural agenda sharing the lessons she learned as a minister. AGRA is an alliance led by African experts with roots in farming communities whose goal is to use its expertise to catalyze increased incomes and improved food security for 30 million farming households in 11 African countries by 2021 and an ambition to scale the lessons learned to the entire continent. As President of AGRA, Agnes Kalibata leads a team of over 200 agricultural specialists across the continent, working to strengthen institutions, systems and tools to support Africa’s agriculture. These include access to high-yielding seeds, better soil health, support to farmer organizations, strengthening agricultural policy environments, linking farmers to markets, and inclusive finance.

Agnes Kalibata is a member of many prominent national and international boards, including the Global Commission on Adaptation, the New Climate Economy, Africa Risk Capacity, Bioversity International, the World Economic Forum’s Global Agenda Council on Food Systems, and the Malabo Montpellier Panel of Agriculture and Food Security Experts, among others.

In 2012, Dr. Kalibata was awarded the Yara Prize, now the Africa Food Prize, the pre-eminent award recognizing an outstanding individual or institution that is leading the effort to change the reality of farming in Africa. In April 2019, she will receive the US National Academy of Sciences Public Welfare Medal, the Academy’s most prestigious award, for her work to drive Africa’s agricultural transformation through modern science and effective policy. Her efforts are considered to have been instrumental in lifting more than a million Rwandans out of poverty, and her leadership and partnerships across the continent and the world continue to pave the way for millions more African farmers and Africans working in agribusiness.

Sciences de l’agriculture et de l’environnement, cérémonie A
Docteure ès sciences, honoris causa
Agnes Kalibata
B. Sc., M. Sc. (Université Makerere), Ph. D. (Université du Massachusetts à Amherst)

En insufflant une vision et une impulsion soutenue à la croissance de l’agriculture en Afrique, moteur du développement économique et social du continent, Agnes Kalibata s’est démarquée en tant que scientifique agricole, décideuse politique, esprit innovant et leader public éclairé.

Agnes Kalibata a commencé sa formation à l’Université Makerere en Ouganda, où elle a obtenu sa maîtrise en phytotechnie. Elle a ensuite poursuivi des études de doctorat en entomologie à l’Université du Massachusetts à Amherst. En 2005, Mme Kalibata est rentrée dans son pays natal, le Rwanda, où elle a pris en main la direction d’un programme d’agriculture de la Banque mondiale en difficulté pour le remettre sur la bonne voie et ainsi en faire profiter les agriculteurs rwandais. Elle a ensuite exercé les fonctions de secrétaire permanente puis de ministre de l’Agriculture et des Ressources animales de la mi-2006 à 2014. Durant son mandat, elle a mis en place une approche fondée sur la science pour l’élaboration de politiques et de pratiques en agriculture qui ont permis d’accroître considérablement la productivité, ce qui fait qu’aujourd’hui, la sécurité alimentaire des Rwandais est généralement assurée. Mme Kalibata est reconnue comme l’une des ministres de l’Agriculture les plus efficaces de l’Afrique subsaharienne.

Agnes Kalibata a brièvement exercé les fonctions de vice-chancelière adjointe pour le progrès institutionnel à l’Université du Rwanda avant d’être nommée à la présidence de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA) en 2014. À ce poste, elle dirige le programme agricole de l’Afrique et fait profiter l’organisme de ce qu’elle a appris alors qu’elle était ministre. L’AGRA est une alliance dirigée par des spécialistes africains ayant des racines au sein des communautés agricoles, qui misent sur leur expertise collective pour stimuler la croissance des revenus et assurer d’ici 2021 la sécurité alimentaire de quelque 30 millions de familles œuvrant dans le secteur agricole dans 11 pays d’Afrique, et qui ont pour ambition de faire profiter tout le continent des leçons apprises. À titre de présidente de l’AGRA, Agnes Kalibata est à la tête d’une équipe de plus de 200 spécialistes de l’agriculture répartis dans tout le continent, qui s’emploient à renforcer les organismes, les systèmes et les outils à l’appui de l’agriculture africaine. Cela comprend l’accès à des semences à haut rendement, l’amélioration des sols, le soutien aux associations agricoles, le renforcement des politiques d’agriculture, l’établissement de liens entre producteurs et marchés et une aide financière accessible à tous.

Agnes Kalibata est membre de nombreux conseils nationaux et internationaux d’envergure, notamment la Commission mondiale pour l’adaptation, le projet Nouvelle économie climatique, les organismes Africa Risk Capacity et Bioversity International, le Global Agenda Council sur les systèmes alimentaires du Forum économique mondial et le Panel Malabo Montpellier, qui réunit des experts en agriculture et en sécurité alimentaire.

En 2012, Mme Kalibata s’est vue remettre le prix Yara, aujourd’hui le prix Africa Food, une récompense prééminente décernée à une personne ou à un organisme d’exception dirigeant des initiatives visant à transformer l’agriculture en Afrique. En avril 2019, la National Academy of Sciences des États-Unis lui remettra la médaille pour le bien-être social, le prix le plus prestigieux décerné par l’organisme, en reconnaissance de ses efforts visant à transformer l’agriculture en Afrique grâce à la science moderne et

à des politiques efficaces. Ses interventions sont considérées comme ayant joué un rôle déterminant pour sortir plus d’un million de Rwandais de la pauvreté, et elle continue d’ouvrir la voie à des millions d’autres agriculteurs et agrientrepreneurs africains grâce à son leadership et aux alliances qu’elle a établies avec des partenaires de partout en Afrique et d’ailleurs dans le monde.


Agricultural and Environmental Sciences B – June 5 at 2:30 pm
Doctor of Science, honoris causa
Charles Mulli

Charles Mulli has distinguished himself as a symbol of hope for marginalised communities and impoverished and orphaned children, having overcome a difficult childhood himself.

Born in Kangundo, Kenya in 1949, Charles Mulli was abandoned by his family at six years old and spent his adolescence begging on the streets. With only an eighth grade education, Charles Mulli toiled as a child labourer at a coffee bean plantation. He eventually secured a job working for a large company in Nairobi, which he parlayed into his own taxi business. Beginning with one taxi, Mr. Mulli expanded his company to a fleet of taxis, then a bus company and a transport company, eventually culminating in an insurance company.

While on business in Nairobi in 1986, Charles Mulli experienced a life-changing incident. Approached by a group of street children while exiting his car, he refused to give them any money. This refusal stemmed from his belief that doing so would encourage the purchase of illegal substances. Returning a few hours later, Mr. Mulli realized that his car had been stolen. It was not the material loss that stuck with Charles Mulli, but rather the desperation of the children, a situation he could well understand. The memory of those street children remained with Mr. Mulli for the next three years, until he decided to sell his lucrative business in order to take care of those lost souls.

Charles Mulli and his wife Esther founded Mully Children’s Family (MCF) in 1989 (named after the family with a minor spelling change), a charity organization that oversees various interventions, ranging from child protection to education and healthcare, and from food security and agriculture to social and economic empowerment. In addition, the MCF tree nurseries annually transplant over one million trees, mitigating climate change and leading to a renewed microclimate. This initiative has seen MCF conserve millions of litres of water, enabling dry land farming.

At its inception, the Mulli family home became a refuge for nearly 100 orphans of various different tribes. Today, the organization cares for 3,500 children in six facilities within Kenya while simultaneously building the capacity of various projects across Africa to emulate the Mully model.

Using Charles Mulli’s life story of sacrifice and giving, director Scott Haze released a documentary entitled Mully, winning several international awards and providing a different perspective to millions globally.

Charles Mulli has won numerous awards for his philanthropic efforts. For his exemplary work in humanitarian and Christian service to the less fortunate, Mr. Mulli was awarded the Robert W. Pierce Award in 1999 by World Vision International. The Canadian branch of World Vision awarded Charles and his wife Esther the Angel of Hope Award in 2002. The Kenyan Minister for Finance awarded Mr. Mulli the Jubilee Insurance Company Samaritan’s Award in 2007, and in 2009, the President and Commander-in-Chief of the Armed Forces of Kenya awarded Charles Mulli the Head of State’s Commendation.

Sciences de l’agriculture et de l’environnement, cérémonie B
Doctorat ès sciences, honoris causa (D. Sc.)
Charles Mulli

Ayant lui-même surmonté une enfance difficile, Charles Mulli s’est distingué en incarnant un symbole d’espoir pour les communautés marginalisées ainsi que pour les enfants orphelins vivant dans la pauvreté.

Né en 1949 à Kangundo, au Kenya, Charles Mulli a été abandonné par sa famille à l’âge de 6 ans et il a mendié dans les rues pendant toute son adolescence. Avec seulement un niveau scolaire de 2e secondaire, Charles Mulli a trimé, enfant, comme ouvrier agricole dans une plantation de café. Il a fini par obtenir un emploi dans une grande entreprise de Nairobi, puis a réussi à établir sa propre entreprise de taxis. Ne comptant qu’un seul véhicule à ses débuts, cette entreprise a fructifié jusqu’à posséder un parc entier de taxis, puis s’est transformée en entreprise d’autobus et de transport, pour devenir, à son apogée, une société d’assurance.

En 1986, alors qu’il se trouvait à Nairobi pour son travail, Charles Mulli a vécu un épisode qui allait le marquer pour le reste de sa vie. Abordé par un groupe d’enfants de la rue alors qu’il sortait de sa voiture, il a refusé de leur donner de l’argent. Ce refus était motivé par son intime persuasion que s’il leur en donnait, cet argent servirait à acheter des substances illégales. Quelques heures plus tard, alors qu’il retournait à sa voiture, M. Mulli a constaté que cette dernière avait été volée. Ce qui frappa alors Charles Mulli, ce n’est pas tant la perte matérielle que le désespoir des enfants, une situation qu’il ne comprenait que trop bien. Le souvenir de ces enfants de la rue ne l’a pas quitté pendant les trois années suivantes, jusqu’à ce qu’il se décide à vendre son entreprise lucrative afin de prendre soin de ces âmes perdues.

Charles Mulli et sa femme Esther ont alors fondé, en 1989, Mully Children’s Family (MCF), dont le nom provient du nom de la famille, légèrement modifié. Il s’agit d’un organisme de bienfaisance qui supervise diverses interventions, allant de la protection des enfants à l’éducation et aux soins de santé, et de la sécurité alimentaire et l’agriculture à la responsabilisation sociale et économique. Par ailleurs, les pépinières de MCF transplantent plus d’un million d’arbres chaque année, atténuant les effets du réchauffement climatique par la réapparition d’un microclimat. Cette initiative a permis à MCF de stocker des millions de litres d’eau, rendant possible la culture de terres arides.

Au début du projet, la maison familiale des Mulli abritait près de 100 orphelins de différentes tribus. Aujourd’hui, l’organisme s’occupe de 3 500 enfants répartis dans six établissements au Kenya, tout en fournissant des moyens pour la mise en œuvre de divers projets dans toute l’Afrique afin d’imiter le modèle Mully.

Inspiré par l’histoire du sacrifice et du don de soi de Charles Mulli, Scott Haze a réalisé un documentaire intitulé Mully, qui, en plus d’avoir remporté plusieurs récompenses dans le monde entier, a permis à des millions de personnes d’envisager les choses sous un autre angle.

Charles Mulli a gagné un grand nombre de prix pour ses efforts philanthropiques. World Vision International lui a notamment décerné le prix Robert W. Pierce en 1999 pour son travail humanitaire et son service chrétien exemplaires auprès des moins fortunés. Le pan canadien de l’association, Vision mondiale Canada, a décerné à Charles et à sa femme Esther le prix Angel of Hope en 2002. Le ministre des Finances du Kenya a également octroyé à M. Mulli le prix Jubilee Insurance Company Samaritan en 2007, puis, en 2009, le président et commandant en chef des armées du Kenya lui a décerné une mention élogieuse du Chef de l’État.