Qu'y a-t-il dans un nom?


Alors que l’Institut d’éducation en sciences de la santé célèbre son premier anniversaire et le début d’un nouveau chapitre, il est important de comprendre ce qu’est un nom. L'Institut est à la fois un produit de son temps et un agent actif de changement dans le temps. Notre nom reflète cette réalité. Afin de comprendre qui nous sommes et où nous allons, il est important de savoir d'où nous venons.

Notre prédécesseur, le Centre d'éducation médicale, a été fondé à l'Université McGill en 1975. Le nom reflétait un fort intérêt pour l'éducation médicale au milieu d'une période d'agitation: l'introduction de l'assurance-maladie, l'expansion de l'éducation publique, une grève des médecins spécialistes et la crise d'octobre au Québec font partie des nombreux moments décisifs des années 1960 à 1970, connus aujourd'hui sous le nom de Révolution tranquille. Loin d'être à l'abri de cet environnement, le Centre a été intégré à ces évolutions sociales, à la fois un produit de son temps et un acteur actif favorisant des changements concrets dans l'éducation médicale.

«C’était une période de fermentation», dit le Dr Hugh Scott, fondateur du Centre, au début des années 1970. «L'ensemble du système médical était bouleversé.» Dans une lettre enthousiaste de 1974 au doyen de médecine de l'époque, le Dr Scott a évoqué le potentiel d'une «confédération de personnes intéressées de l'intérieur et de l'extérieur de la faculté de McGill». Il déclare qu'il «aimerait voir un Centre qui soit un lieu de rencontre et un stimulateur d'innovation, d'évaluation et de recherche en éducation plutôt qu'un référentiel d'expertise».

Depuis 45 ans, les disciplines et les pratiques ont évolué et sont devenues de plus en plus raffinées et sophistiquées. La formation médicale, la formation aux professions de la santé et la formation aux sciences de la santé comprennent des domaines de recherche et de pratique très développés et se chevauchant. Tout comme la Révolution tranquille, le Centre d'éducation médicale a été à la fois façonné par son époque et a participé activement au changement transformationnel au cours des 45 dernières années.


l’Institut d’éducation en sciences de la santé

Le Centre a été restructuré et renommé l’Institut d’éducation en sciences de la santé en 2019. Il ne s'agissait pas simplement d'un changement sémantique. Il reflète des changements concrets dans notre Faculté, notre travail et à travers le monde.

Notre emphase sur les sciences de la santé est proactive, cherchant à aborder la santé plutôt que de se concentrer strictement sur la maladie. Le rôle de la science a également été ajouté à notre nom, reflétant à quel point l'éducation médicale, l'enseignement des professions de la santé et l'enseignment des sciences de la santé, sont devenus des disciplines scientifiques qui se chevauchent. De plus, nous mettons fortement l'accent sur la science de l'éducation elle-même. Cela souligne le rôle vital de l'éducation factuelle conçue pour améliorer continuellement la formation des professionnels de la santé et des savants. La science de l'éducation compte. Cela a des impacts réels.

Les sciences de la santé sont également un terme inclusif qui invite la médecine, toutes les professions de la santé et les sciences biomédicales dans le giron. En conséquence, nous sommes devenus plus interdisciplinaires et interprofessionnels, ouvrant les portes de l'Institut à des champs de recherche transversaux, notamment l'architecture, l'anatomie et la biologie cellulaire et un éventail de sciences sociales et humaines. Notre institut s'engage également dans l'enseignement des sciences de la santé non seulement en tant que science, mais en tant qu'art. La créativité, le caractère humain et l'humilité seront toujours importants dans l'enseignement des sciences de la santé.

Aujourd'hui, les membres de l'Institut en sciences cliniques et biomédicales collaborent en équipes avec des chercheurs et théoriciens de l'enseignement; les étudiants participent à la conception du curriculum et les participants à la recherche sont parfois des membres actifs de l'équipe. Il n’est pas rare d’entendre parler d’équipes de recherche comprenant des patients, des membres de leur famille, du personnel de garde clinique, des organismes communautaires et un éventail d’intervenants. Ce sentiment de fusion et de mélange n'est pas sans défis, mais l'Institut adopte cette approche expansive et participative.

Au milieu de tout cela, la mondialisation et l'innovation technologique continuent de progresser à un rythme soutenu. L'Institut se débat avec - et influence - ces puissants courants. Nous le faisons sans perdre de vue notre science en tant qu'art, avec l'humanisme au cœur. Les membres de l'Institut mènent des recherches et des pratiques éducatives en utilisant les mégadonnées, l'intelligence artificielle et la réalité augmentée, tandis que d'autres étudient la littératie du deuil, la dynamique du pouvoir, la race et l'inégalité, les émotions, l'empathie et l'attention.

Qu'y a-t-il dans un nom, demandez-vous? Tout cela, et bien plus encore. Ce sont en fin de compte les professeurs, les membres, les étudiants et le personnel de notre Institut qui insufflent la vie à ce nom. Quand on pense à l'Institut, on pense aux visages, aux histoires et aux expériences. C'est notre communauté qui fait de l'Institut ce qu'il est, chacun de nous façonné par nos circonstances, chacun de nous agents actifs de stabilité et de changement.

 

Back to top