Un entretien avec Taylor Brook

Le finaliste du Concours Graham Sommer Taylor Brook explore divers aspects du timbre, du geste musical et du rythme dans ses compositions. Dans ce portrait, Taylor parle de ses études musicales à Kolkata, en Inde, et de la manière dont il s’est vu attiré par la microtonalité, entre autres.

Depuis le jour où il a écouté le Quatuor à cordes No. 4 de Bartók joué dans la bibliothèque de son école secondaire, Taylor Brook sait qu’il veut devenir compositeur. Non seulement est-ce que cette expérience musicale fut des plus exaltantes, mais elle a réussi à élargir sa conception de ce que pouvait être la musique – ouverture qui s’entend dans la musique qu’il compose aujourd’hui.

Même si Taylor s’était adonné à plusieurs genres musicaux et avait pratiqué divers instruments lorsqu’il était plus jeune, ce n’est qu’à ce moment (à l’école secondaire) qu’il est devenu plus sérieux en ce qui a trait à la musique. Ultimement, sa passion pour la musique l’a mené à étudier la composition au premier cycle à l’École de musique Schulich de l’Université McGill, et à compléter un doctorat en composition au Columbia University.

Son désir d’élargir ses horizons musicaux l’a poussé à étudier la musique hors des murs des écoles et, en 2008, il visite Kolkata, en Inde, pendant deux mois. C’est lors de son expérience au sein de l’Ensemble de tabla de McGill pendant ses études de premier cycle que Taylor développe son goût pour la musique hindoustani. Après de l’obtention de son diplôme, il ne désire qu’une chose: poursuivre ses études musicales dans une autre partie du monde:« Cette expérience [de voyager à Kolkata] continue d’influencer ma musique aujourd’hui, subtilement», explique Taylor. « Même à l’époque je savais que je ne voulais pas écrire de la musique hindoustani, ou du moins pas une musique ouvertement influencée par celle-ci. L’influence est plus profonde, et se situe au niveau du geste musical, de la subtilité des timbres, et peut-être aussi dans une certaine manière de concevoir le rythme.»

Taylor a également commencé à explorer la microtonalité au cours de ses études de premier cycle, et on peut toujours entendre cet élément dans son écriture actuelle: « J’ai commencé à être attiré par l’idée de la microtonalité lors d’un concert au superbe festival MusiMars, où j’ai entendu VoiReX de Philippe Leroux. L’utilisation des microtons dans le spectralisme, l’approche timbrale dans cette musique fut très attrayante pour moi. Mais, peut-être avant tout, je dois mon intérêt pour les microtonalités à Jacob Sudol, un étudiant aux cycle supérieur à l’époque, et qui partageait avec moi toutes sortes de musiques plus intéressantes les unes que les autres, comme La Monte Young et Georg Haas. Le Well-tuned Piano de La Monte Young fut pendant de nombreuses années mon œuvre préférée, et a vraiment ancré mon utilisation constante de l’intonation juste comme élément fondamental lorsqu’il est question de hauteurs.»

À cet égard, sa thèse de doctorat met de l’avant une nouvelle œuvre qui combine le développement que fait Taylor de la microtonalité avec les techniques de production de la musique de film, ainsi qu’une dissertation qui se concentre sur l’analyse de trois compositions microtonales.

Suite au Concours Graham Sommer, Taylor retournera au Columbia Université en tant que postdoctorant. On peut suivre ses autres activités sur son site web.

"Amalgam" par Taylor Brook, interprété par l'ensemble TAK: