Quick Links

Summary: Report 9

Prevention and Mental Health Promotion in First Nations and Inuit Communities

Laurence J. Kirmayer, MD
Lucy J. Boothroyd, MSc
Arlene Laliberté, BA
Brenda Laronde Simpson, MEd

(See French version below)

Summary

This report sets out a rationale and guidelines for suicide prevention in Native communities. Suicide prevention must be part of a larger, multi-faceted mental health promotion strategy that is the responsibility of the whole community, band or region. A comprehensive program requires a central coordinating group to insure there are no gaps in the system and to avoid duplication of efforts.

Primary suicide prevention strategies for Aboriginal communities should include:

  1. training youth to act as peer counsellors;

  2. a school curriculum with mental health and cultural heritage components;

  3. recreational and sports programs;

  4. workshops on life skills, problem solving, and communication;

  5. parenting skills workshops;

  6. support groups for individuals and families at risk;

  7. cultural programs for the community at large;

  8. collaboration between community workers in health, social services and education; and

  9. training in mental health promotion for lay and professional helpers.

Intervention services should form part of the prevention strategy and include:

  1. training of primary care providers;

  2. development of a regional crisis hotline;

  3. development of a crisis centre;

  4. availability of immediate crisis intervention; and

  5. assessment and intervention services for parents of youth at risk.

There is also a need for postvention services to help family and friends cope with a loss due to suicide. The overall prevention strategy and its major elements should be systematically evaluated. The results of ongoing evaluation can be used to identify useful or detrimental aspects of the strategy, uncover gaps or new possibilities for prevention, and refine the programs.

Résumé

Ce rapport énonce la raison d'être ainsi que les directives pour prévenir le suicide chez les communautés autochtones. La prévention du suicide doit faire partie d'une stratégie de promotion de la santé mentale, plus globale et d'aspects multiples, qui relève de la responsabilité de toute la communauté, de la tribut ou de la région. Un programme bien élaboré requiert un groupe de coordination centralisé afin d'assurer qu'il n'y ait aucune lacune dans le système et afin d'éviter une répétition inutile d'efforts.

Les stratégies fondamentales pour la prévention du suicide chez les communautés autochtones devraient inclure:

  1. la formation des jeunes afin qu'ils puissent agir comme conseillers auprès de leurs pairs;

  2. un curriculum scolaire incluant des notions de santé mentale et d'héritage culturel;

  3. des programmes récréatifs et sportifs;

  4. des ateliers d'habiletés en matière de vie quotidienne, de résolution de problèmes et de communication;

  5. des ateliers d'habiletés parentales;

  6. des groupes de support s'adressant aux individus et familles à risque;

  7. des programmes culturels pour la communauté en général;

  8. la collaboration entre les travailleurs communautaires œuvrant dans le domaine de la santé, des services sociaux et de l'éducation; et

  9. de la formation de travailleurs profanes et professionnels en santé mentale.

Les services d'intervention devraient faire partie des stratégies de prévention et inclure :

  1. la formation des intervenants de première ligne;

  2. le développement régional d'une ligne d'écoute de crise;

  3. l'élaboration d'un centre de crise;

  4. l'accessibilité immédiate à une intervention de crise; et

  5. des services d'évaluation et d'intervention destinés aux parents de jeunes à risque.

Il existe aussi un besoin de services de suivi afin d'aider la famille et les amis à faire face à un décès dû à un suicide. La stratégie globale d'intervention et ses principaux éléments devraient être systématiquement évalués. Les résultats d'une telle évaluation pourraient être utilisés afin d'identifier les aspects positifs ou négatifs de la stratégie, en identifier les lacunes ou de nouvelles possibilités de prévention, et améliorer les programmes.