Un écologiste et spécialiste de la forêt de McGill nommé directeur scientifique du réseau de gestion durable des forêts

Nouvelles

Le professeur James W. Fyles, titulaire de la chaire George et Frances Tomlinson d'écologie forestière à l'Université McGill, à Montréal, sera le prochain directeur scientifique du Réseau de gestion durable des forêts, dont le centre administratif est à l'Université d'Alberta, à Edmonton. James Fyles fera la navette entre les deux villes.

Le Réseau de gestion durable des forêts est un réseau national de recherche, à but non lucratif, qui fait partie du programme de réseaux de centres d'excellence du gouvernement fédéral. Ce programme est une initiative fédérale qui relève du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH), en partenariat avec Industrie Canada. Le réseau fédère pour sa part 31 universités, 12 sociétés forestières, des ministères provinciaux et fédéraux, des groupes autochtones et des organisations non gouvernementales. Son budget annuel s'établit à 7,1 millions de dollars.

« En plus d'une solide expérience dans le domaine de la recherche, de l'enseignement et de l'encadrement d'étudiants de 2e/3e cycles, James Fyles a contribué à la création de l'École d'environnement de McGill et possède une connaissance unique des liens complexes qui unissent d'une part la science fondamentale et la science appliquée et d'autre part, les sciences sociales et les sciences humaines », souligne le président du conseil du réseau GDF, Barry Waito. « Ses différents talents et compétences en font le candidat tout désigné pour le poste de directeur scientifique du réseau ».

« Nous sommes très heureux de ce que Jim Fyles ait été choisi pour diriger cette prestigieux structure de recherche », déclare Louise Proulx, vice-principale (recherche) de l'Université McGill. « L'Université McGill a déjà joué des rôles essentiels dans de nombreux organismes de recherche nationaux et internationaux, dans diverses disciplines, et nous nous félicitons qu'un de ses chercheurs soit appelé à participer à la direction d'une structure aussi importante pour la société canadienne, l'économie et l'environnement dans lequel nous vivons et travaillons ».

Depuis vingt ans, James Fyles n'a cessé d'obtenir des subventions de recherche, de former des étudiants de 2e/3e cycles et de publier dans de prestigieuses revues savantes. Outre sa participation aux activités de l'École d'environnement de McGill, il s'est efforcé d'intégrer différentes cultures sectorielles à des cultures et programme différents de manière à ce que tous les partenaires concernés soient satisfaits et contribuent à la création d'un produit à valeur ajoutée. Il s'est attaché à identifier et à édifier un terrain commun à tous les partenaires.

James Fyles est diplômé des universités de Victoria et d'Alberta, où il a obtenu son doctorat en sciences des sols et en botanique en 1986. Il a été nommé professeur adjoint au département des sciences des ressources naturelles de McGill en 1988, promu professeur agrégé en 1994 et professeur titulaire en 2002. Collaborateur très actif de l'École d'environnement de McGill depuis 1996, il a été nommé directeur adjoint de cette dernière en 1998, puis directeur par intérim en 2003. Il est titulaire de la chaire Tomlinson d'écologie forestière depuis 2002.

Tout au long de sa carrière, James Fyles a contribué activement à la vie universitaire, en qualité de président ou de membre de plus de 30 comités de l'université et de facultés ou départements. Il a aussi été rédacteur adjoint de la Revue canadienne de recherche forestière. Il a bénéficié de subventions de recherche d'organismes nationaux et internationaux et évalue régulièrement les articles susceptibles d'être publiés dans huit revues internationales. « Je m'intéresse depuis peu à la rédaction de publications plus accessibles, destinées à un public de non chercheurs et notamment à ceux qui sont chargés de l'application des résultats des recherches sur le terrain », souligne-t-il.

Dans l'hommage qu'il a rendu à Vic Adamowicz, directeur scientifique sortant du réseau, Barry Waito a déclaré ce qui suit : « Au nom du conseil d'administration, je remercie sincèrement Vic Adamowicz d'avoir mis ses talents au service du conseil, de l'équipe de direction et du personnel du réseau pendant cinq ans. Sa vision a joué un rôle de tout premier plan dans le renouvellement du programme de réseaux de centres d'excellence, dans l'excellence de la recherche à long terme, dans la formation, très bien réussie, des étudiants et dans la mise sur pied d'un programme de transfert technique. Nous continuerons de solliciter ses conseils pour faire de ce réseau un organisme de recherche forestière national permanent. Nous remercions aussi du fond du coeur Terry Veeman d'avoir accepté d'assurer l'intérim pendant cette période de transition ».