Élection du docteur Guy Rouleau à la Société royale du Canada

Nouvelles

Publié: 8sep2016

Le directeur du Neuro, le docteur Guy Rouleau, voit sa remarquable carrière scientifique honorée à nouveau. La Société royale du Canada (SRC) a annoncé le 7 septembre que ses membres l’avaient élu en son sein. Il se joint à une confrérie active de plus de 2 000 chercheurs et créateurs en arts et en science qui nomment et élisent jusqu’à 75 nouveaux membres chaque année.

En annonçant sa décision, la SRC soulignait les contributions importantes du Dr Rouleau concernant l’identification de facteurs de risques génétiques à l’origine de maintes maladies neurologiques et psychiatriques, dont la sclérose latérale amyotrophique, l’autisme et la schizophrénie. L’annonce de la SRC précise de plus que les travaux en laboratoire du Dr Rouleau ont permis de mieux comprendre les mécanismes moléculaires associés à ces gènes.

« Je suis ravi et honoré d’être admis au sein d’une grande institution telle que la Société royale du Canada, où l’on s’emploie à soutenir de façon remarquable l’excellence universitaire et artistique au pays », a confié le Dr Rouleau.

Le Dr Rouleau, professeur de neurologie et neurochirurgie à l’Université McGill et titulaire de la Chaire Wilder-Penfield en neurosciences, a reçu maintes distinctions durant les trois décennies qu’il a consacrées à la recherche. En 2012, le Québec lui a attribué sa plus haute récompense scientifique du domaine biomédical, le Prix du Québec - Prix Wilder-Penfield, nommé en l’honneur du directeur fondateur du Neuro. Le Dr Rouleau a aussi reçu le Prix d’excellence du Collège des médecins du Québec, ainsi que le Prix Henry Friesen 2007 du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

Le Dr Rouleau a obtenu son diplôme de médecine magna cum laude de l’Université d’Ottawa et un doctorat en génétique de l’Université Harvard. Il a effectué sa formation postdoctorale au Neuro, au Massachusetts General Hospital et à l’Hôpital général de Montréal.

Avant d’entrer au Neuro, le Dr Rouleau a été associé à l’Université de Montréal, où il a dirigé le Centre de recherche du CHU Sainte-Justine, ainsi que le Centre d’excellence en neurosciences, qu’il a fondé.

Outre ses fonctions de directeur du Neuro, où se trouve son laboratoire de recherche, le Dr Rouleau dirige le Réseau de médecine génétique appliquée – Fonds de recherche du Québec – Santé.

Le corps professoral, le personnel et les amis du Neuro félicitent chaleureusement le Dr Rouleau à l’occasion de son admission au sein de l’illustre académie nationale du Canada.

Les membres de la Société royale du Canada         

Les nouveaux membres de la Société royale du Canada sont mis en candidature et élus par leurs pairs, eux-mêmes des membres de la Société. Plus de 3 700 chercheurs et artistes ont été reçus à titre de membres au cours des 130 dernières années.

Aujourd’hui, la Société compte plus de 2 000 membres canadiens. À l’origine, les premiers membres provenaient principalement du Québec et de l’Ontario; depuis, la portée géographique de la Société s’est élargie et comprend désormais des universitaires et des artistes issus de toutes les régions du Canada.

La cohorte initiale de membres était exclusivement composée d’hommes. La première femme élue à la Société a été la professeure Alice Wilson, qui a été reçue membre en 1938. Aujourd’hui, plus de 300 femmes sont membres de la Société, notamment Patricia Demers qui, en 2005, est devenue la première femme à occuper le poste de présidente. Au cours des 25 dernières années, le pourcentage de femmes élues à titre de membre est passé de 5 à 28 %.

Environ 20 % des membres ont le français comme langue maternelle. La plupart des membres occupent, ou ont occupé, des postes au sein d’universités canadiennes, bien qu’ils soient nombreux à être principalement affiliés à des instituts de recherche, à des organismes gouvernementaux ou à des laboratoires et des groupes de réflexion du secteur privé. Aujourd’hui, les statuts permettent d’élire jusqu’à 75 candidats par année. En plus des membres à titre régulier, la Société reçoit également jusqu’à sept membres à titre spécial par année, pour leurs contributions aux objectifs de la Société autrement que par les études ou la recherche.

Back to top