Les mères, mais pas les pères, de plusieurs enfants ont un sommeil plus fragmenté

Nouvelles

Une étude analyse le cycle de sommeil de nouveaux parents et de parents expérimentés
Publié: 27jan2021

Selon une étude de l’Université McGill, les mères de plusieurs enfants indiquent avoir un sommeil davantage fragmenté que celles n’ayant qu’un seul enfant, alors que le nombre d’enfants dans une famille ne semble pas nuire à la qualité du sommeil des pères.

Un total de 111 parents (54 couples et 3 mères monoparentales) ont participé à l’étude publiée dans le Journal of Sleep Research et menée par Samantha Kenny, doctorante à McGill, sous la supervision de Marie-Hélène Pennestri, professeure adjointe au Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling.

Le cycle de sommeil des participants a été étudié pendant deux semaines. Les mères d’un seul bébé ont rapporté avoir un sommeil moins interrompu et de meilleure qualité que celles ayant plus d’un enfant; toutefois, la durée totale de sommeil ne changeait pas en fonction du nombre d’enfants. Aucune différence n’a été remarquée chez les pères.

« Les mères expérimentées estimaient que leur sommeil était plus fragmenté que celui des femmes nouvellement mères. Des tensions peuvent se faire sentir dans le couple si la charge parentale n’est pas équitable et n’a pas été déterminée de concert », explique la Pre Pennestri, qui est également chercheuse à l’Hôpital en santé mentale Rivière-des-Prairies (CIUSSS-NÎM).

Selon les chercheurs, des interventions élaborées par les professionnels de la santé et qui visent une distribution égale des tâches parentales à effectuer de jour et de nuit pourraient être utiles. Ces interventions doivent être adaptées à chaque membre de la famille en fonction de sa situation.

Les chercheurs tentent maintenant d’expliquer les différences entre les mères et les pères et de déterminer pourquoi les mères de plus d’un enfant disent moins bien dormir.

L’étude

L’article « Mothers’ and fathers’ sleep: Is there a difference between first-time and experienced parents of 6-month-olds? », par Samantha Kenny, Rebecca Burdayron, Émilie E. M. Lannes, Karine Dubois‐Comtois, Marie‐Julie Béliveau et Marie‐Hélène Pennestri, a été publié dans le Journal of Sleep Research.

DOI : https://doi.org/10.1111/jsr.13238

L’Université McGill

Fondée en 1821 à Montréal, au Québec, l’Université McGill figure au premier rang des universités canadiennes offrant des programmes de médecine et de doctorat. Année après année, elle se classe parmi les meilleures universités au Canada et dans le monde. Établissement d’enseignement supérieur renommé partout dans le monde, l’Université McGill exerce ses activités de recherche dans deux campus, 11 facultés et 13 écoles professionnelles; elle compte 300 programmes d’études et au-delà de 40 000 étudiants, dont plus de 10 200 aux cycles supérieurs. Elle accueille des étudiants originaires de plus de 150 pays, ses 12 800 étudiants internationaux représentant 31 % de sa population étudiante. Au-delà de la moitié des étudiants de l’Université McGill ont une langue maternelle autre que l’anglais, et environ 19 % sont francophones.

https://www.mcgill.ca/newsroom/fr
http://twitter.com/McGillU

Coordonnées

Contact: 
Shirley Cardenas
Organisation: 
Service des relations avec les médias, Université McGill
Courriel: 
shirley.cardenas [at] mcgill.ca
Office Phone: 
(514) 398-6751
Mobile Phone: 
(514) 594-6877
Back to top