Experts : Journée internationale de l’éducation | 24 janvier

Nouvelles

Publié: 22jan2021

L’Assemblée générale des Nations Unies a proclamé le 24 janvier Journée internationale de l’éducation, afin de célébrer le rôle de l’éducation pour la paix et le développement. Le thème de la troisième édition de cette journée international est « Relancer et redynamiser l’éducation pour la génération COVID-19 ». C’est le moment de faire progresser l’éducation en intensifiant la collaboration et la solidarité internationale pour placer l’éducation et l’apprentissage tout au long de la vie au centre du processus de relèvement. (UNESCO)

Voici des experts de l’Université McGill qui peuvent s’exprimer à ce sujet :

Activité physique et sports

Gordon Bloom, professeur titulaire, Département de kinésiologie et d'éducation physique

« C'est pendant la pandémie en cours, alors qu'il y a moins de possibilités de sport organisé pour les enfants, que l'éducation physique et sanitaire devient plus importante pour le bien-être physique et psychologique des jeunes. Tout simplement, les jeunes ont besoin de bouger et de rester actifs pendant cette période difficile de notre existence, et les cours d'éducation physique et de santé peuvent fournir ce débouché dont les jeunes ont tant besoin ».

Gordon Bloom est professeur titulaire au Département de kinésiologie et d'éducation physique. Ses recherches portent sur la psychologie du sport, la pédagogie, les connaissances et les comportements des entraîneurs, la consolidation d'équipe et la psychologie des blessures sportives telles que les commotions cérébrales.

gordon.bloom [at] mcgill.ca (anglais)

William Harvey, professeur agrégé, Département de kinésiologie et d'éducation physique

« Il y a au moins une chose que cette pandémie redoutable a démontré à la société : les êtres humains doivent bouger pour vivre, se socialiser et se sentir bien. Heureusement, les gens apprennent à adopter et à maintenir un mode de vie sain et actif tout au long de leur vie dans le cadre de programmes d'éducation physique et sanitaire, en personne ou en ligne, dans le monde entier ».

William Harvey est professeur agrégé au Département de kinésiologie et d'éducation physique. Son expertise couvre l'activité physique adaptée, l'autorégulation, l'activité physique et les personnes souffrant de trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH), les compétences en matière de jeu et de mouvement, les perceptions et le développement des compétences professionnelles des professeurs d'éducation physique.

william.harvey [at] mcgill.ca (anglais)

Avenir de l’éducation

Adam Dubé, professeur adjoint, Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling

« La COVID-19 a considérablement perturbé l'éducation des élèves tout en accélérant l'adoption des technologies éducatives. L'adoption des technologies s'est faite avec peu de conseils et de soutien et a entraîné à la fois de bons et de mauvais résultats. L'avenir de l'éducation sera à jamais changé par cette adoption massive de technologies ; il est de notre responsabilité de veiller à ce que les innovations que nous adoptons réalisent le potentiel de chaque élève, quelles que soient les circonstances ».

Adam Dubé est professeur adjoint au sein du Programme des sciences de l'apprentissage du Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling. Il étudie la façon dont la technologie éducative améliore le processus d'apprentissage et donne des cours sur l'utilisation des nouvelles technologies éducatives.

adam.dube [at] mcgill.ca (anglais)

Bronwen Lo, professeure agrégée, Département d’études intégrées des sciences de l’éducation

« La pandémie de COVID-19 a approfondi et mis en évidence d'importantes inégalités dans notre système éducatif. Il s'agit notamment de la division numérique et d'autres inégalités sociales qui façonnent et limitent l'apprentissage à distance, des vulnérabilités et des besoins différents des enfants des travailleurs "à distance" et des travailleurs "essentiels", et de la façon dont les bâtiments scolaires publics surpeuplés et mal entretenus limitent la distanciation sociale. Nous avons également constaté l'innovation et la résilience des écoles, des enseignants, des communautés, des familles, des enfants et des jeunes. À l'avenir, je m'intéresse à la manière dont ce que nous apprenons - et nous en savons encore très peu sur l'impact de la pandémie sur l'éducation - peut nous aider à refuser le modèle d'éducation " classique " et à imaginer quelque chose de nouveau »

Bronwen Low est professeure agrégée au Département d’études intégrées des sciences de l’éducation. Elle s'intéresse à la manière dont nous pourrions mieux soutenir les jeunes socialement marginalisés qui sont mal desservis par les modèles et pratiques scolaires traditionnels.

bronwen.low [at] mcgill.ca (anglais, français)

Santé mentale et bien-être

Nancy Heath, professeure James McGill, Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling

« Alors que nous nous dirigeons vers un monde post-COVID-19, il est impératif que nous intégrions le programme de santé mentale et de bien-être dans notre éducation. La pandémie a eu un impact considérable sur la santé mentale de nos élèves et l'éducation ne peut se faire sans santé mentale. Nous devons revitaliser l'éducation en donnant la priorité à l'éducation en matière de rétablissement ».

Nancy Heath est professeure James McGill au Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling. Son programme de recherche explore la résilience et le fonctionnement adaptatif chez les jeunes à risque (enfants, adolescents et jeunes adultes).

nancy.heath [at] mcgill.ca (anglais)

Steven Shaw, professeur agrégé, Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling

« La pandémie de COVID-19 est une perturbation dans l'éducation, la communauté, la santé, les amitiés et le développement des enfants et des adolescents. Le défi consiste à créer une base de sûreté et de stabilité nécessaire à la santé mentale et à l'apprentissage à court et à long terme - en équilibre avec les opportunités créées par l'innovation, la créativité et l'indépendance imposées aux écoles et aux familles par la pandémie ».

Steven Shaw est professeur agrégé au Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling, où il dirige le Laboratoire sur la résilience, la psychologie pédiatrique et les connexions neurogénétiques et codirige le Laboratoire de recherche sur le développement de McGill. Ses intérêts de recherche comprennent la psychologie scolaire pédiatrique, l'amélioration de l'éducation des enfants atteints de troubles génétiques rares, l'amélioration de la mise en œuvre de l'innovation et de la recherche clinique en éducation et en psychologie, et le développement des compétences de résilience chez les enfants à risque d'échec scolaire.

steven.shaw [at] mcgill.ca (anglais)

Coordonnées

Contact: 
Frederique Mazerolle
Organisation: 
Université McGill
Courriel: 
frederique.mazerolle [at] mcgill.ca
Office Phone: 
(514) 398-6693
Mobile Phone: 
(514) 617-8615
Back to top