Partenaires



Le projet de l’ARUC est conçu en partenariat égal entre universités et organismes communautaires. Les partenaires du projet sont six établissements de recherche et onze organismes communautaires, forts d’un bagage de connaissances en développement et organisation communautaires ainsi qu’en amélioration de la santé communautaire. La plupart des participants universitaires s’impliquent dans la communauté; et de leur côté, de nombreux partenaires communautaires possèdent de l’expérience en enseignement ou en recherche. Les représentants communautaires ont pris les devants en invitant les chercheurs universitaires à participer à cette alliance, en fonction de leur expérience antérieure et de la confiance acquise parmi les membres de la communauté.


Le projet de l’ARUC résulte d’une collaboration antérieure université-communauté dans les trois quartiers. L’implication de l’université dans ces communautés remonte à plus de vingt ans, alors que McGill a choisi St-Henri pour y établir ses résidences d’étudiants; elle s’est engagée à apporter son aide sous forme de programmes sociaux, d’un jardin communautaire et de garanties d’emprunt pour la construction de logements abordables. Au cours des dernières années, les universités ont tenu quatre ateliers d’évaluation de quartier et réalisé deux projets de design; stagiaires, bénévoles et récents diplômés ont trouvé une place à la fois au CUSM et dans les organismes communautaires partenaires. En 2005, une évaluation effectuée dans le quartier Saint-Raymond a fait ressortir des modèles de polarisation socio-économique autour du statut d’immigrant, qui a mené à des études initiales de faisabilité sur une fiducie foncière et alimenté des propositions de densification le long d’une rue dans le plan officiel du quartier. Des étudiants de six universités ont déjà effectué des thèses, du bénévolat du travail comme stagiaires pour venir en aide aux membres communautaires de la Coalition. Un exemple de collaboration est actuellement en cours à McGill : des étudiants recueillent des renseignements sur l’analyse du site en vue d’un concours de design organisé par la Ville visant à créer des logements abordables sur des terrains appartenant à la Ville. De telles activités on jeté les bases d’une future collaboration.


L’exécution du programme de recherche de l’ARUC nécessitera les compétences des secteurs académique et communautaire. De façon simplifiée, disons que le premier peut fournir de rigoureuses méthodologies d’évaluation des conditions existantes, des processus et de leurs résultats, alors que le second peut offrir des méthodes d’action efficaces pour le développement communautaire et une prise de décision collaborative. Les universitaires peuvent encourager d’autres acteurs, notamment décideurs et bailleurs de fonds potentiels, à se pencher de plus près sur les quartiers et sur les questions qui autrement pourraient leur échapper. L’accès des universitaires à divers ensembles de données et à différents acteurs (fonctionnaires, résidants) des groupes communautaires rendra possible la fusion des connaissances scientifiques et locales, et des études quantitatives et qualitatives sur les questions soulevées.


Ce projet vise à mieux faire connaître les mégaprojets et leurs résultats, à améliorer des pratiques communautaires relatives au développement communautaire et à une planification collaborative et, désormais, rendre la communauté plus apte à participer activement à la prise de décision et à la mise en oeuvre de mégaprojets. Considérant que des chercheurs universitaires exécuteront surtout la première partie du travail, les deuxième et troisième parties nécessiteront la participation active de partenaires communautaires afin de procéder au transfert efficace de la théorie à la pratique. En d’autres mots, en raison d’un rapport logique et fonctionnel entre les trois objectifs du projet et de la diversité des enjeux en cause, il est essentiel qu’une alliance prenne en charge le projet et qu’une équipe effectue les recherches à l’aide de multiples traditions disciplinaires et méthodologiques.

Back to top