Homme faisant du vélo devant une peinture murale.

Étudiants francophones

Dois-je être bilingue?

Non, vous n’avez pas besoin d’être parfaitement bilingue. Et oui, nous parlons français!

À McGill, un étudiant sur cinq est francophone. Le français est parlé partout sur le campus, et d’un bout à l’autre de Montréal, bien sûr.

Vous pouvez remettre vos travaux en français et obtenir gratuitement de l’aide en anglais pendant toute l’année.

Que puis-je étudier?

À McGill, vous pouvez vous constituer un programme qui correspond à vos champs d’intérêt et à vos passions. Dessinez votre propre parcours pour accéder à la carrière universitaire ou professionnelle de vos rêves!

Combien ça coûte?

Étudiez avec des professeurs de renommée mondiale dans l’une des universités canadiennes les plus réputées… au même prix que dans les autres universités du Québec.
 

Forgé pour l’emploi de vos rêves.

Que vous visiez un emploi au Québec, ailleurs au Canada ou à l’étranger, votre diplôme de McGill vous ouvrira des portes. Et notre université est l’endroit idéal pour acquérir des compétences en communication avant de vous lancer sur le marché du travail.

Deux personnes pratiquent le kendo dans une salle de sport.

Que faire de mes temps libres?

 

À McGill, chaque passion, chaque culture et chaque cause a son groupe, et la francophonie n’est pas en reste! Vous n’aurez aucun mal à vous faire des amis, même si vous habitez à l’extérieur du campus.

Les gens lisant sur une colline

À quoi ressemble la vie sur le campus?

Certes, McGill attire les étudiants motivés, mais n’allez pas croire que nous ne savons pas décompresser! Nos étudiants aiment se détendre, pique-niquer et se prélasser sur les pelouses du campus.

 Chloé Savignac avec un vélo parlant à une autre personne

Un défi relevé avec brio

Originaire de La Prairie, au Québec, Chloé Savignac (B. Sc., 2020) parlait peu anglais à sa sortie du cégep. Incertaine de sa capacité à étudier dans la langue de Shakespeare, elle a finalement décidé de se lancer et de choisir McGill quand elle a appris qu’elle pouvait remettre ses travaux en français.

« Je voulais m’entourer de gens motivés, de leaders de demain qui viennent de partout dans le monde, guidés par la soif d’apprendre. »

Back to top