Rubrique d'évaluation clinique de l'externat 2019-2020

Compétences non développées Compétences émergeantes Compétences atteintes
Expert Médical
Connaissances
Présente des lacunes dans les savoirs clés des sciences fondamentales en lien avec les maladies courantes. Pour les problèmes de base : relie les principes des sciences fondamentales aux problèmes cliniques.
Pour les autres problèmes courants et urgents, relie avec difficulté les principes des sciences fondamentales aux problèmes cliniques.
Pour les problèmes cliniques courants ou urgents : relie les principes des sciences fondamentales aux problèmes cliniques.
Anamnèse
Anamnèses désorganisées et trop détaillées. Adopte une approche de type questionnaire. Capable de recueillir une anamnèse systémique et exacte généralement axée sur une ou deux hypothèses. Ajuste la cible et l’exhaustivité de son anamnèse afin de déceler la plupart des éléments clés et quelques éléments mineurs pertinents qui permettent de générer des hypothèses valides.
Examen physique
Examens physiques trop détaillés ou sommaires. Manœuvres mal réalisées. N’explique pas ses gestes au patient. Examens physiques axés sur une seule hypothèse ou sur quelques hypothèses non pertinentes. Manœuvres correctement réalisées mais mal interprétées. Explique ses gestes au patient. La cible et l’exhaustivité de l’examen clinique sont appropriées. Décèle la plupart des éléments clés ainsi que quelques éléments mineurs pertinents. Explique ses gestes au patient.
Diagnostic
Peut éprouver des difficultés à identifier la raison de consultation en présence de problèmes multiples. Incapable d’identifier certains problèmes principaux. Identifie de façon autonome la raison de consultation et les problèmes principaux des patients, mais a de la difficulté à les prioriser. Identifie et priorise les problèmes principaux des patients de façon autonome.
Pour les problèmes identifiés : est incapable de formuler un diagnostic différentiel. Pour les problèmes identifiés : recense quelques hypothèses diagnostiques courantes et dangereuses. Pour les problèmes identifiés : recense la plupart des hypothèses diagnostiques courantes et dangereuses.
Investigation
Ses plans d’investigation sont liés aux problèmes des patients mais sont incomplets et non priorisés. Ses plans d’investigation sont liés aux problèmes des patients mais ne sont pas priorisés. Ses ordres/ordonnances nécessitent des révisions majeures avant d’être cosignés. Ses plans d’investigation sont liés aux problèmes des patients et à leur priorité. Ses ordres/ordonnances nécessitent des révisions mineures avant d’être cosignés.
Est incapable d’interpréter les résultats des examens diagnostiques et de dépistage courants. Est capable d’interpréter les résultats des examens diagnostiques et de dépistage courants. Est capable d’interpréter les résultats des examens diagnostiques et de dépistage courants.
Plan de conduite
Ses plans de conduite ne sont pas liés aux problèmes des patients. Ses plans de conduite sont liés aux problèmes des patients mais ne sont pas priorisés. Ses ordres/ordonnances nécessitent des révisions majeures avant d’être cosignés. Ses plans de conduite sont liés aux problèmes des patients et à leur priorité. Ses ordres/ordonnances nécessitent des révisions mineures avant d’être cosignés.
Explique le traitement proposé mais sans prendre en compte les complications possibles. Explique les effets anticipés et certaines complications possibles pour le traitement proposé. Explique les effets anticipés et les complications possibles du traitement proposé.
Documentation de la rencontre
Les documents écrits sont organisés selon le modèle de McGill, mais l’information ne se trouve pas toujours dans la bonne section et certains renseignements clés sont absents. La documentation inclut beaucoup d’information non pertinente. Les documents écrits sont organisés et l’information se trouve dans la bonne section, mais certains renseignements pertinents sont absents. Sa documentation écrite est organisée, pertinente et lisible. Quelques éléments pertinents mineurs sont absents.
Ses présentations de cas sont longues, manquent de fil conducteur et répètent simplement les termes du patient. Ses présentations de cas sont organisées et complètes, mais trop longues. Est capable à l’occasion de traduire les expressions du patient en termes médicaux. Ses présentations de cas sont succinctes, exactes et bien organisées. Est généralement capable de traduire les expressions du patient en termes médicaux.
Procédures
Sait décrire la plupart des indications mais connaît peu de contre-indications, et peu de risques et de bienfaits de la procédure. Sait décrire la plupart des indications et contre-indications, et la plupart des risques et bienfaits de la procédure. Sait décrire toutes les indications et contre-indications, et la plupart des risques et bienfaits de la procédure.
N’a pas les habiletés nécessaires pour exécuter la procédure. Démontre les habiletés nécessaires pour exécuter la procédure, mais ne réussit pas à la mener à bien. Démontre les habiletés nécessaires pour exécuter la procédure, et l’exécute avec succès.
Ne reconnaît pas les complications de la procédure ou ne sait pas quand il est nécessaire de demander de l’aide. Reconnaît les complications, mais ne connaît pas la conduite à tenir. Reconnaît les complications et demande de l’aide au besoin.
Patient ayant besoin de soins urgents ou critiques
Ne distingue pas systématiquement quand un patient est malade ou ne distingue pas toujours judicieusement quand demander de l’aide et quand aborder un problème de façon autonome. Distingue systématiquement quand un patient est malade et quand demander de l’aide mais ne le fait toujours dans des situations moins urgentes. Distingue systématiquement quand un patient est malade, quand demander de l’aide et quand aborder un problème de façon autonome.
Ses plans d’investigation sont liés au problème mais sont incomplets et non priorisés. Peine à amorcer un plan de traitement de façon concomitante. Ses plans d’investigation sont liés au problème mais ne sont pas priorisés. Sait amorcer un plan de traitement de façon concomitante, mais ce plan est incomplet. Ses plans d’investigation sont liés aux problèmes des patients et à leur priorité. Sait amorcer de façon concomitante un plan de traitement adapté au problème.
Communicateur
Attitude condescendante, blessante, ou empreinte de jugements catégoriques. Attitude courtoise. Attitude courtoise et chaleureuse.
Modérément à l’aise, utilise un langage adapté ainsi que différents types de questions. Généralement à l’aise, utilise un langage adapté. Pose le plus souvent des questions d’abord ouvertes, puis fermées. Pose toujours des questions d’abord ouvertes, puis fermées, clarifie les formulations imprécises et résume régulièrement pour vérifier la compréhension des patients.
Interrompt de façon inappropriée, ignore les réponses du patient ou rate des réponses et/ou des indices non verbaux du patient. Ne vérifie pas la compréhension du patient ou n’aborde pas ses préoccupations. Porte attention et réagit bien aux réponses du patient. Vérifie à l’occasion la compréhension du patient. Porte attention et réagit bien aux réponses du patient ainsi qu’aux indices non verbaux flagrants. Vérifie la compréhension du patient et aborde ses préoccupations.
Ne se présente pas au patient et/ou ne lui explique pas le but de la conversation.
Ne se montre pas réceptif aux préférences du patient (seul, en présence de la famille, etc.), le cas échéant.
Se présente, explique son rôle dans les soins au patient et explique le but de la conversation.
Adopte une position confortable et propice à la communication.
Se présente, explique son rôle dans les soins au patient et explique le but de la conversation.
Adopte une position confortable et propice à la communication.
Communique de l’information incomplète ou peu adaptée aux besoins du patient (p. ex. utilisation de jargon médical), ou communique de manière inappropriée. Ne fournit pas l’information de manière organisée et logique. Ne fait pas de plan de suivi concernant les problèmes soulevés durant la discussion. Ne demande pas d’aide pour gérer les situations de communication difficile. Communique de l’information complète, mais peu adaptée aux besoins du patient (p. ex. utilisation de jargon médical). Dresse un plan mais présente les prochaines étapes de façon désordonnée. Évalue la sécurité de la situation et demande de l’aide au besoin. Cherche à fournir aux patients des renseignements de nature et de quantité appropriées, en explorant leur point de départ, en vérifiant leur compréhension et en évitant le jargon médical. Dresse un plan qui est bien compris du patient et qui explique les prochaines étapes. Collabore avec d’autres membres de l’équipe de soins et les implique au besoin pour gérer les situations difficiles. Évalue la sécurité de la situation et demande de l’aide au besoin.
Élabore un plan de conduite sans explorer ou incorporer les attentes et préférences des patients. Implique les patients en explorant leurs attentes et préférences, mais ajuste difficilement son plan de conduite en conséquence. Implique les patients en explorant leurs attentes et préférences et les intègre dans les décisions cliniques.
Professionnel & Soignant
N’est pas assez présent pour les patients ou les abandonne à des moments cruciaux. Nuit aux tentatives de patients, de leurs proches ou d’autres membres de l’équipe soignante de susciter l’espoir et/ou une attitude positive appropriée. Identifie les occasions de promouvoir une guérison holistique (« healing ») mais a besoin de conseils pour les mettre à profit. Identifie les occasions de promouvoir une guérison holistique (« healing ») et s’y implique activement.
Certains aspects de son comportement sont critiqués. Se présente aux séances académiques ou cliniques de façon irrégulière, rate des séances ou arrive en retard. Ne respecte pas toujours le code vestimentaire. Son apparence n’est pas conforme aux attentes pour un apprenant d’une faculté professionnelle.   Se comporte de façon honnête et intègre. Se présente aux séances académiques et cliniques de façon régulière et ponctuelle. Respecte le code vestimentaire. Son apparence concorde avec un apprenant d’une faculté professionnelle.
Est sur la défensive ou conteste la rétroaction concernant ses difficultés. Ne démontre pas d’amélioration malgré une rétroaction directe. Est initialement sur la défensive face à la rétroaction concernant ses difficultés, mais démontre par la suite une évolution positive. Accepte la rétroaction concernant tant ses forces que ses difficultés. Démontre une évolution positive en réponse à la rétroaction fournie.
Fournit de l’information sans vérifier si les autorisations nécessaires ont été données.
Communique l’information dans des endroits publics ou achalandés, ce qui peut porter atteinte à la confidentialité.
Confirme qui doit être présent lors de la discussion et sait quels renseignements peuvent être communiqués, et lesquels ne peuvent pas l’être sans autorisation.
Communique l’information dans des endroits publics ou achalandés, mais s’efforce de minimiser l’impact, p. ex. en tirant le rideau.
Confirme qui doit être présent lors de la discussion et sait quels renseignements peuvent être communiqués, et lesquels ne peuvent pas l’être sans autorisation.
Planifie la rencontre et communique avec les patients dans un endroit privé.
N’obtient pas le consentement éclairé des patients pour les soins ou les procédures. Fournit de l’information partielle aux patients, de sorte que leur consentement aux soins et procédures n’est que partiellement éclairé. Obtient le consentement éclairé des patients pour les soins ou les procédures.
Collaborateur
Ne connaît pas les rôles des autres membres de l’équipe de soins. Identifie d’autres membres de l’équipe de soins qui pourraient être impliqués dans les soins. Se coordonne avec d’autres membres de l’équipe pour assurer des soins appropriés.
Ne répond pas aux préoccupations soulevées par d’autres membres de l’équipe. N’intègre pas l’information fournie par des membres de l’équipe interprofessionnelle dans la prise de décisions cliniques. Démontre son intérêt à l’égard des préoccupations soulevées par des membres de l’équipe en communiquant avec eux, en leur posant des questions, et en lisant leurs notes. Implique l’équipe interprofessionnelle dans les soins à prodiguer. Tient compte des préoccupations soulevées par des membres de l’équipe et intègre leurs propositions dans la prise de décisions cliniques.
Lors du transfert des soins, néglige de transmettre des détails importants de la présentation clinique du patient et du plan de conduite, ce qui nuit à la continuité des soins, ou n’anticipe pas les problèmes potentiels. Lors du transfert des soins, transmet la majorité des informations pertinentes de la présentation clinique du patient et du plan de conduite. Lors du transfert des soins, transmet les informations pertinentes de la présentation clinique du patient et du plan de conduite, et anticipe les problèmes potentiels.
Gestionnaire
Manque d’organisation. A du mal avec la gestion du temps. Ne termine pas toujours les tâches à temps, ou a besoin qu’on lui rappelle de le faire. Complète ses tâches sans rappels mais de façon plutôt inefficace. Démontre une gestion efficace du temps. Assure le suivi de tâches attendues qui sont liées aux soins de patients et les mène à bien dans leur ordre de priorité.
Promoteur de la santé
Ne tient pas compte des comportements liés à la santé et des comportements à risque. Ne connaît pas les comportements à risque, les dynamiques familiales ou les conditions de vie qui peuvent compromettre la sécurité des patients. S’informe de certains déterminants sociaux de la santé auprès du patient. Fait des ajustements mineurs pour adapter les soins à ces besoins. S’informe des déterminants sociaux de la santé du patient. Saisit des occasions de faire le lien avec des ressources ou d’adapter le plan de conduite.
Manque de stratégies pour améliorer les soins aux patients issus de cultures diverses, défavorisés sur le plan socioéconomique, ou dépourvus d’un réseau solide de soutien. Lorsqu’on le suggère : tente d’atténuer les facteurs de risque influençant la vulnérabilité. Tient compte de facteurs comme la culture, le statut socioéconomique et le réseau de soutien lorsqu’il propose des plans de conduite. De façon autonome : tente d’atténuer les facteurs de risque influençant la vulnérabilité. Tient compte de facteurs comme la culture, le statut socioéconomique et le réseau de soutien lorsqu’il propose des plans de conduite.
N’intègre pas les mesures préventives d’usage dans les plans de conduite. Ne dirige pas les patients vers les ressources appropriées ou ne le fait pas dans des délais adéquats. Intègre des mesures préventives d’usage dans les plans de conduite. Lorsqu’on l’y invite et qu’on le guide : identifie certaines ressources nécessaires et dirige le patient vers ces ressources. Intègre les mesures préventives d’usage dans les plans de conduite. De façon autonome, identifie certaines ressources pertinentes et dirige le patient vers ces ressources.
Même lorsqu’on le guide, ne relève pas chez les patients les signes d’une disposition au changement. Lorsqu’on le guide, sait relever des signes d’une disposition au changement chez les patients, si ces derniers les ont manifestés. Relève spontanément des signes de disposition au changement chez les patients, si ces derniers les ont manifestés.
Essaie d’éduquer les patients, mais surtout en transmettant de l’information de façon unidirectionnelle dans des termes que les patients ne comprennent pas. Fournit de l’éducation aux patients dans des termes qu’ils comprennent, mais en recourant parfois au jargon médical. Encourage les patients à poser des questions. Tente d’employer des techniques brèves d’entrevue motivationnelle pour découvrir les besoins de changement des patients plutôt que des professionnels. Éduque les patients dans des termes qu’ils comprennent. Confirme que les patients ont compris l’information fournie.
Érudit
N’a pas conscience des lacunes évidentes dans son rendement ou de ses limites. N’identifie pas de ressources qui pourraient l’aider à y remédier. Identifie les domaines de faiblesse relative dans ses connaissances et habiletés, mais a besoin d’aide et de soutien pour identifier une stratégie pour y remédier et agir en conséquence. A conscience de ses propres limites. Identifie les domaines de faiblesse relative dans ses connaissances et habiletés, identifie au moins une stratégie pour y remédier et agir en conséquence.
Hésite quant aux sujets sur lesquels lire. A du mal à appliquer des données probantes aux cas cliniques. Consulte la littérature pour répondre à des questions cliniques. Relie avec difficulté les données probantes et un patient en particulier. Consulte la littérature pour répondre à des questions cliniques. Identifie souvent de quelle façon des données probantes s’appliquent à un patient en particulier.