Abonnez-vous à l'infolettre du RCR!

Axes du RCR

Le Programme des sites tumoraux 

Au cours de la dernière année, le Programme de sites tumoraux, la pierre angulaire du RCR, a gagné beaucoup d’ampleur. Il existe maintenant sept équipes de sites tumoraux, dirigées pour la plupart par des co-chefs provenant de deux hôpitaux partenaires et impliquant des membres provenant des quatre coins du réseau. Ce modèle d’harmonisation des soins reflète les pratiques exemplaires des meilleurs centres de cancer au monde.

Ensemble, les sept équipes de sites tumoraux représentent plus de 100 professionnels des soins de santé multidisciplinaires qui communiquent maintenant régulièrement et qui ont identifié les indicateurs essentiels spécifiques aux groupes de cancers requis pour jalonner les soins et les résultats d’un bout à l’autre du réseau.

Sous l’égide de leur expertise, un programme d’essais cliniques revigoré est maintenant en place. Plus de 85 essais cliniques actifs sont en cours dans les hôpitaux du RCR. Un nouveau site web hébergé par le RCR dresse la liste des essais cliniques par établissement permettant ainsi aux médecins de référer les patients au service de soins le plus approprié à leur condition, peu importe l’hôpital traitant.

Les équipes de sites tumoraux ont adopté une approche coordonnée et forgent une culture de réseau entre les hôpitaux du RCR dans le but de promouvoir et propulser le diagnostic, le traitement et la continuité des soins anticancéreux selon les perspectives suivantes :

Promouvoir des soins de la plus haute qualité

•     Identifier les indicateurs de qualité (IQ) du rendement clinique inhérents aux sites tumoraux

•     Contribuer à définir les IQ, réviser les données, demander des sous-analyses et communiquer les résultats avec les équipes de sites tumoraux

•     Émettre des recommandations concernant les améliorations de qualité ciblées

•     Entreprendre des projets d’amélioration de la qualité

Permettre aux patients d’accéder aux traitements émergents

•     Obtenir les médicaments les plus prometteurs pour les patients

•     Créer un registre de tous les essais cliniques actifs accessibles aux patients et aux cliniciens

•     Travailler ensemble pour recruter des patients de façon efficace

•     Trouver des solutions pour que les essais cliniques soient offerts aux patients partout dans le réseau (ex. : sites satellites)

Coordonner les soins et les initiatives de qualité

•     De la mesure à l’action : identifier les initiatives d’amélioration de la qualité

•     Engager les membres des sites tumoraux et coordonner les ressources

•     Prioriser les initiatives qui auront le plus d’impact sur l’amélioration des soins

Plateforme de mesure

Le RCR est un réseau fondé sur les données probantes visant à diriger des initiatives d’amélioration de la qualité. Un processus perpétuel d’amélioration de la qualité est essentiel à la prestation et au maintien de soins anticancéreux de haute qualité.

Données cliniques – Tableau de bord

Grâce au développement du Programme de sites tumoraux, nous avons maintenant 69 indicateurs de qualité clinique spécifiques aux sites tumoraux définis dans le tableau de bord du RCR. Le tableau de bord, qui reflète l’approche de l’Institut de médecine des États-Unis, adresse six dimensions de qualité de la trajectoire de soins anticancéreux, du diagnostic aux soins de fin de vie. Le tableau de bord soutient le mandat général du RCR visant à prodiguer à tous les patients atteints de cancer des soins anticancéreux intégrés régis par des normes uniformes de qualité croissante partout à travers le réseau.

Données chirurgicales – Programme national d’amélioration de la qualité chirurgicale

Une nouvelle source de données entrant en vigueur en 2016 nous permettra d’approfondir le travail en cours dans le réseau : le Programme national d’amélioration de la qualité chirurgicale du Collège américain des chirurgiens (NSQIP) sera amplifié ou nouvellement implanté dans les trois hôpitaux partenaires, fournissant ainsi des mesures d’impact chirurgical ajustées en fonction des risques, auxquelles on pourra avoir recours à des fins d’amélioration du rendement.

Rétroaction des patients – Questionnaire de satisfaction du patient externe ambulatoire

Nous avons maintenant trois ans de données recueillies auprès de plus de 2000 patients, compilées grâce au questionnaire de satisfaction du patient externe ambulatoire AOPSS (une norme nationale), qui aborde six dimensions en matière de satisfaction du patient, en plus de 100 questions. Les données indiquent que les patients réclament du soutien émotif additionnel et plus d’informations au sujet de leur traitement et du cheminement de leur maladie. À la suite d’une évaluation plus approfondie, de nouveaux projets seront élaborés dans le but d’adresser les aspects clés à améliorer au cours de l’année à suivre. 

Infrastructure Informatique

Une infrastructure informatique à l’échelle du réseau figure comme priorité clé depuis la création du RCR en 2012. Le portée et les détails du plan d’architecture informatique se sont rafinés au fil des changements et de la maturité du RCR mais ils s’articulant en 3 volets : un registre de santé oncologique informatisé, un système de gestion des données et un portail électronique destiné aux patients.

Au cours de l’année dernière, des efforts significatifs ont été investis afin de préparer le terrain à la mise en œuvre du plan. On a élaboré une demande d’information, une demande de proposition et un plan détaillé de 5 ans. On prévoit bientôt reprendre les discussions avec le Ministère de la Santé et des Services Sociaux, et les prochaines étapes à suivre pour l’implantation d’une infrastructure informatique à l’échelle du réseau seront à déterminer selon les directives du ministère. 

Recherche & éducation

Le Programme Cancérologie, qualité et innovation (CQI) du RCR a été créé dans le but de soutenir les avancées en matière de qualité des soins anticancéreux prodigués aux patients du réseau. Cette initiative aide à promouvoir les projets d’amélioration continue, le partage des meilleures pratiques et le développement de plateformes de recherche et de formation au nom de la génération rapide d’un savoir scientifique relié à la qualité des soins anticancéreux.

Le Programme CQI offre des bourses d’éducation et de recherche depuis les deux dernières années et parraine présentement plus de 20 projets actifs portant sur divers aspects de l’amélioration de la qualité des soins contre le cancer. 

Le réseau compte 110 professionnels de soins de santé, dont des médecins, infirmières, nutritionnistes, oncologues psychosociaux et professionnels de la réadaptation, qui travaillent directement à l’amélioration de certains aspects de la cancérologie selon leur domaine d’expertise.

Le Programme CQI s’articule selon 3 avenues de subvention, qui sont ouvertes à tous les professionnels de soins de santé directement impliqués dans la prestation de soins contre le cancer au sein du réseau.

Bourses d’éducation

Les Bourses d’éducation offrent aux équipes existantes de nouvelles compétences, de nouvelles façons de résoudre des problèmes et de nouvelles approches. Jusqu’à présent, quatre bourses ont été octroyées à des membres clés provenant du service de soins infirmiers, du service de radio-oncologie et du service de nutrition.

Au cours de l’année à venir, la nouvelle vague de bourses mettra l’emphase sur l’approfondissement des compétences oncologiques spécifiques aux soins infirmiers. Consultez l'onglet au bas de la page de la section Bourses d'éducation, pour en savoir plus à propos des boursiers antérieurs

Bourses de recherche

Depuis 2014, le Fonds de recherche du RCR a investi près de 1 million de dollars pour permettre l’achèvement de 12 projets visant divers aspects de la trajectoire des soins de cancer. En plus de contribuer à la recherche en matière de services de santé, les projets généreront des données permettant aux hôpitaux du RCR d’implanter des initiatives d’amélioration de la qualité dont l’impact a été démontré.

L’évaluation des soumissions repose sur un processus externe de révision par les pairs impliquant des experts reconnus sur le plan international dans le but d’assurer un avancement scientifique de la plus haute qualité.

Il y a 12 projets de recherche en cours (des éditions 2014 et 2015); parmi les initiatives, on retrouve des projets de recherche examinant l’impact de la thérapie moléculaire ciblée et de la médecine personnalisée sur l’avancement de la prestation des soins, et d’autres permettant à McGill d’incarner un rôle de leader en matière de soins anticancéreux de qualité.

De plus, certains projets découlant des bourses de recherche ont déjà créé un impact sur la prestation des soins grâce à leur projet pilote; que ce soit en matière de préadaptation chirurgicale, de rehaussement des protocoles de récupération, de coordination des soins visant à améliorer l’accès au traitement ou de thérapie par compression post-chirurgicale. Vous pouvez également consulter, la page des Boursiers antérieurs pour de plus amples détails. 

Bourses QI2

Inauguré en 2015, le Fonds d’améliorations de la qualité (QI2) a été fondé pour combler le besoin attesté de soutien des projets menés par des professionnels de soins de santé engagés envers l’implantation d’améliorations de la qualité des soins contre le cancer au sein de leur département.

Cette nouvelle initiative offrira à la fois du financement et du soutien sous forme d’un gestionnaire de projet du RCR, d’un analyste de données, du registraire de cancer ou autre, dans le but d’implanter l’initiative proposée dans un délai serré et ainsi transformer les soins prodigués aux patients au cours de l’année à suivre. Vous pouvez également consulter, la page des Boursiers antérieurs pour de plus amples détails. 

Expérience Patient

Dans le but de déterminer les aspects à améliorer pour mieux satisfaire les patients et rehausser leur qualité de vie, le RCR a confié à NRC Picker Canada le mandat d’organiser un sondage sur la satisfaction des patients externes ambulatoires (AOPSS). L’AOPSS comporte plus de 100 questions dont l’emphase est placée sur l’expérience des soins anticancéreux du patient selon six dimensions : préférences, coordination, information et éducation, confort physique, soutien émotionnel, implication de la famille, continuité et transition, ainsi que l’accès aux soins. Le sondage est en cours dans sept provinces, ce qui permettra au RCR de se comparer à d’autres centres de soins contre le cancer à travers le pays.

Le sondage a été distribué sur une base trimestrielle et au cours des deux dernières années, près de 2000 patients des hôpitaux du RCR y ont répondu. À la suite d’une analyse épidémiologique des données, en plus des efforts d’une série de groupes de travail, les patients ont aidé le RCR à concevoir plusieurs projets ciblés qui visent à adresser les préoccupations véhiculées par les patients. 

Dépistage des symptômes tout au long du parcours de traitement   

Il a été démontré que la détresse émotionnelle non traitée chez les patients atteints de cancer peut avoir un très grand impact sur la qualité de vie et l’adhésion au traitement. Le Partenariat canadien contre le cancer (PCCC) considère que la détresse est le 6e signe vital et recommande que les patients atteints de cancer fassent l’objet d’un dépistage de détresse routinier. 

Le RCR et Action Cancer Ontario (CCO) ont uni leurs forces grâce à une subvention de 1 million de dollars de la part du PCCC pour un projet pancanadien intitulé Améliorer l’expérience du patient et ses résultats de santé de façon collaborative (iPEHOC). Le projet repose sur l’évaluation spécialisée du niveau d’anxiété, de dépression, de douleur et de fatigue du patient, pour que ceux dans le besoin soient dirigés vers les soins psychosociaux appropriés. L’équipe du projet évaluera également si oui ou non le programme aide à réduire les symptômes.

Cette initiative de trois ans vise aussi à répondre aux défis qui découlent de l’intégration de mesures rapportées par les patients aux pratiques cliniques, en concevant un processus permettant d’implanter des mesures standards pour les symptômes de cancer et l’expérience de soins rapportés par les patients. En fin de compte, le but est de contribuer à l’élaboration d’un système de mesure de l’expérience du patient qui deviendra la norme canadienne. Découvrez comment cette initiative à un impact sur le cheminement des patients.

Outiller les médecins de premières lignes

Lorsque les patients atteints de cancer réintègrent le système de soins de santé primaire, les informations concernant leurs besoins en matière de traitement et de suivi sont rarement communiquées de façon exhaustive. Pourtant, il a été démontré que fournir ces informations aux prestataires de soins de santé est un facteur clé dans la prévention des nouveaux cancers ou des cancers récurrents, dans l’évaluation des effets physiques et psychosociaux et dans la réduction des complications tardives.

Dans le but de répondre à ce besoin, l’équipe du projet Trouver un terrain d’entente du RCR a conçu une approche à trois volets : elle a élaboré un atelier accrédité MAINPRO qui a été présenté à plus de 125 médecins de famille, abordant les complications physiques et psychosociales potentielles des survivants au cancer. L’équipe travaille également à l’élaboration d’un plan de traitement standardisé dont la vocation est de fournir aux médecins des mises à jour régulières au sujet du traitement anticancéreux d’un patient, ainsi qu’un plan de soins de survie pilote visant à résumer le traitement subi par le patient et servir de guide pour le monitorage à long terme. Découvrez comment cette initiative soutient les patients en éduquant les médecins de famille. 

Réduire le temps d’attente en radio-oncologie

Un nouveau système d’auto-inscription en cours de pilotage a réussi à réduire le temps d’attente de plus 10 minutes en période d’achalandage à environ 20 secondes. Les patients en radio-oncologie peuvent maintenant présenter leur carte d’assurance maladie au lecteur du kiosque d’auto-inscription et l’ensemble de l’équipe de soins est immédiatement avisé de leur arrivée. Non seulement la période d’attente est-elle plus courte et le niveau de confort des patients plus élevé, mais les patients sont mieux en mesure d’obtenir des réponses à leurs questions puisque les préposés de la réception sont libérés du fardeau des formulaires et de la prise de rendez-vous.

Le projet impliquait aussi l’installation d’un écran dans la salle d’équipe des médecins affichant la période d’attente de chacun des patients individuels; les médecins peuvent alors mieux surveiller et gérer l’expérience du patient. Le projet est en cours de pilotage au sein du service de radio-oncologie au CUSM et les leçons apprises seront prises en considération dans l’élaboration de systèmes d’auto-inscription similaires à l’HGJ et au CHSM.

:"Arial","sans-serif"; letter-spacing:.15pt;mso-ansi-language:FR-CA'>Cette initiative de trois ans vise aussi à répondre aux défis qui découlent de l’intégration de mesures rapportées par les patients aux pratiques cliniques, en concevant un processus permettant d’implanter des mesures standards pour les symptômes de cancer et l’expérience de soins rapportés par les patients. En fin de compte, le but est de contribuer à l’élaboration d’un système de mesure de l’expérience du patient qui deviendra la norme canadienne. Découvrez ce que nos patients pensent de cette amélioration.

Alléger l’anxiété entourant les traitements de radiothérapie

Pour aider à réduire le niveau d’anxiété des patients qui se font prescrire la radiothérapie, une équipe du RCR a créé une trousse de communication visant à démystifier le cheminement du traitement et assouvir les préoccupations des patients. Les outils ont été créés après avoir consulté près de 100 patients et 65 professionnels de soins de santé en radiothérapie et en oncologie de trois hôpitaux du réseau, au sujet de leurs questions les plus fréquentes.

Un livret de 20 pages décrit comment les patients peuvent se préparer au traitement et les étapes impliquées dans la radiothérapie. De plus, un enregistrement vidéo d’accompagnement donne aux patients une tournée virtuelle des cliniques de radiothérapie de l’HGJ et du CUSM et explique à quoi s’attendre. Le matériel a été consulté par 2500 patients, aidant ainsi à préparer les patients de l’HGJ, du CUSM, ainsi que ceux du Centre hospitalier de St. Mary qui sont transférés à un des autres sites pour les traitements de radio-oncologie. Consultez les livrets et la vidéo.

Réduire le temps d’attente en chimiothérapie

Pour les patients atteints de cancer, le temps d’attente pour un traitement de chimiothérapie s’ajoute aux autres sujets d’inquiétude. L’un des principaux projets du RCR a consisté à identifier les lacunes du système.  

Les groupes de consultation de patients, une cartographie des processus et une analyse comparative menés à l’HGJ, au CUSM et au CHSM ont permis de dégager les secteurs où il y avait place à amélioration.

Des changements aussi simples que de fixer les rendez-vous des cas les moins complexes en début de journée, de séparer les tâches liées aux arrivées et aux départs et de rationaliser la revue des dossiers des patients avant qu’ils soient transmis à la pharmacie ont un impact important.  Découvrez tous les détails des changements implantés.

Latest news

Back to top