Abonnez-vous à l'infolettre du RCR!

L'imagerie démasque les mutations du cancer du poumon

Une nouvelle étude vise à améliorer les résultats pour les patients atteints d'un cancer du poumon en phase tardive

Un nouveau projet de recherche financé par le Programme cancérologie, qualité et innovation du RCR examine comment la texture des tumeurs influence l'approche de traitement du cancer ; soit, dans ce cas, le cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC), un type de cancer habituellement détecté dans ses phases tardives et dont le taux de survie est malheureusement assez faible.

« L'imagerie texturale en radiologie est un des nouveaux champs d'intérêt émergents », explique le chef du programme Dre Jana Taylor, professeure adjointe de radiologie diagnostique à l'Université McGill. « En examinant le taux de survie et les résultats préliminaires, on a découvert que les patients dont la tumeur était plus homogène avaient tendance à obtenir de meilleurs résultats de santé. »

De là, les chercheurs ont tenté d'identifier les schémas récurrents des différentes mutations tumorales afin de voir s'il était possible de différencier les mutations seulement à partir de l'examen d'imagerie, et ainsi éviter l'analyse génétique; un procédé dispendieux et laborieux.

Dans le cadre de leur étude, Dre Taylor et son équipe ont recruté 46 patients atteints de CPNPC de l'Hôpital général juif et du Centre universitaire de santé McGill. Tous les patients avaient fait l'objet d'un profilage génétique visant à détecter la présence de la mutation EGRF  ainsi que d'un examen par tomodensitométrie et par TEP.

« Les résultats préliminaires sont très encourageants », annonce Dre Taylor, « la précision statistique des analyses mathématiques est favorable et les résultats sont comparables à l'analyse génétique laborieuse des biopsies. »

« Je crois qu'être en mesure d'identifier ces mutations seulement à l'aide des caractéristiques d'imagerie habituelles implique toutes sortes de possibilités intéressantes et peut certainement guider les cliniciens dans leur prise en charge de ces tumeurs spécifiques. »

Selon Dre Taylor, les applications potentielles de ce type d'analyse à base d'imagerie sont d'une portée énorme. Dans le futur, dit-elle, il se peut que l'on soit en mesure d'utiliser cette méthode pour détecter le CPNPC beaucoup plus tôt. L'analyse des résultats d'imagerie pourrait également servir à confirmer les résultats des biopsies, qui elles sont prélevées à partir d'un petit échantillon d'une tumeur plus large et peuvent donc ignorer la présence de mutations ailleurs dans la tumeur.

« Grâce à l'imagerie, nous sommes en mesure de détecter plusieurs tumeurs précoces », explique Dre Taylor. « Il existe de la controverse à savoir si ces tumeurs devraient être traitées de façon agressive ou s'il est préférable de surveiller attentivement leur évolution. L'analyse de la texture de la tumeur pourrait aider à déterminer le degré d'agressivité du traitement à administrer. »

 

Latest news

Back to top