Abonnez-vous à l'infolettre du RCR!

Des résultats inattendus sur le taux élevé de cancer du poumon au Nunavik

"Au moins depuis la fin des années 90, on sait que dans les régions inuites du Canada, les taux de cancer du poumon sont parmi les plus élevés au monde", a déclaré le Dr Faiz Ahmad Khan, professeur adjoint au département de médecine de l'Université McGill ainsi que directeur des services cliniques antituberculeux à l’Institut thoracique de Montréal du CUSM. "Mais personne n'a jamais étudié les résultats du traitement du cancer du poumon de cette population."

 

Confronté à cette lacune dans les connaissances, le Dr Khan, un pneumologue travaillant à Montréal et au Nunavik, a réuni une équipe du CUSM, de la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik, du Centre de santé Ungava Tulattavik et de l’Hôpital général juif pour étudier cette question. Si les résultats cliniques pour le cancer du poumon étaient différents parmi les Inuits, ils voulaient savoir si la racine du problème était un enjeu lié au système de santé auquel ils pourraient s'attaquer de front. Leur recherche est financée par le fonds de recherche Cancérologie, qualité et innovation (CQI) du Réseau du cancérologie Rossy (RCR).

À l'aide des données du registre du cancer du poumon, ils ont comparé les diagnostics de tous les résidents du Nunavik atteints d'un cancer du poumon entre 2005 et 2016 à tous les patients de Montréal diagnostiqués et traités dans des centres de cancérologie affiliés à McGill au cours de la même période.

Leur première étape consistait à rechercher des signaux susceptibles de suggérer des retards dans le diagnostic du cancer du poumon chez les patients du Nunavik. "Nous avions le sentiment qu'il était possible que les patients du Nunavik reçoivent un diagnostic de cancer du poumon à un stade ultérieur par rapport aux autres patients", a déclaré le Dr Khan. Heureusement, ce n'était pas vraiment le cas. "Nous avons constaté que le stade du diagnostic est assez similaire chez les patients du Nunavik et de Montréal."

L’équipe a également suspecté des patients du Nunavik d’avoir un taux de survie inférieur à celui des autres patients traités à Montréal. Malheureusement, des analyses préliminaires donnent à penser que cela pourrait être exact: "Nous n'avons pas terminé nos analyses, mais à première vue, il semble que le risque de mortalité au Nunavik pour les patients atteints de cancer du poumon soit plus élevé que celui à Montréal", a déclaré le Dr Khan. L’équipe ne sait toujours pas pourquoi.

Un indice pourrait résider dans une découverte inattendue issue de l'analyse des données. "Nous avons été surpris de constater que le type de cancer du poumon le plus répandu au Nunavik est différent de celui le plus répandu à Montréal", a déclaré le Dr Khan.

Au Nunavik, le sous-type de cancer le plus courant est le cancer à cellules squameuses, représentant 41,8% des cas. À Montréal, seulement 18,3% étaient squameux. À Montréal, l'adénocarcinome est le sous-type le plus répandu, représentant 46,7% des cas. Au Nunavik, 17,6% des cas étaient des adénocarcinomes.

Étant donné que les patients atteints d'un cancer à cellules squameuses ont des taux de survie plus faibles que ceux atteints d'adénocarcinome, ces différences de sous-types pourraient-elles expliquer les anomalies du cancer du poumon au Nunavik? "C'est vraiment difficile de spéculer", a déclaré le Dr Khan, ajoutant que l'équipe Nunavik-Montréal s'était lancée dans une étude de suivi qui comparait les données de chaque patient atteint du cancer du poumon du Nunavik à celles de deux patients montréalais diagnostiqués la même année pour faire la lumière sur la question.

"L'objectif ultime est que nos centres de santé travaillent en collaboration avec les autorités régionales de la santé du Nunavik afin de s'assurer que tous les Nunavimmiuts atteints du cancer du poumon reçoivent la même qualité de soins que ceux vivant à Montréal", a déclaré le Dr Khan. "Il n'y a aucune raison pour que nous ne puissions pas obtenir les meilleurs résultats pour nos patients du Nunavik, même s'ils vivent à plus de mille kilomètres de nous."

Latest news

Back to top