L’Université McGill s’engage à diminuer l’intensité carbone de son portefeuille de placements

le 5 décembre 2019

 

Chers membres de la communauté mcgilloise,

Nous souhaitons vous faire part de la décision de l’Université de réduire l’empreinte carbone de son portefeuille d’investissement, à la suite de l’approbation, aujourd’hui, par le Conseil des gouverneurs, de l’ensemble des recommandations proposées par le Comité consultatif chargé des questions de responsabilité sociale (CCQRS).

Le rapport du CCQRS est le résultat d’une résolution adoptée par le Sénat en octobre 2018, laquelle consistait à évaluer la possibilité de procéder au désinvestissement des énergies fossiles du fonds de dotation de l’Université. Le Conseil de gouverneurs, conformément à son rôle de gouvernance en matière de durabilité et en reconnaissance de l’engagement de l’Université à l’égard de la lutte contre les changements climatiques, a confié au Comité consultatif chargé des questions de responsabilité sociale le mandat d’étudier cette question.

Dans son rapport, le CCQRS recommande que l’Université s’engage à :

  • réduire l’empreinte carbone globale du Fonds commun de placement de McGill, ce qui donnera lieu à un désinvestissement des sociétés à forte intensité carbone, notamment des sociétés du secteur des combustibles fossiles;
  • accroître le nombre de parts détenues dans des fonds à faible intensité carbone et dans des fonds qui contribuent à la décarbonisation, notamment dans les secteurs des technologies propres et de l’énergie renouvelable;
  • rehausser les investissements dans le fonds d’investissement sans énergie fossile que possède l’Université;
  • déployer, dans la mesure du possible, des efforts soutenus auprès des sociétés d’investissement;
  • modifier l’énoncé de la Politique d’investissement du Fonds commun de placement de McGill afin qu’il reflète l’engagement de l’Université à l’égard de l’environnement;
  • communiquer les activités de McGill en ce qui a trait aux investissements socialement responsables. Le rapport sur l’investissement socialement responsable doit inclure des critères d’évaluation fondés notamment sur le pourcentage de gestionnaires de portefeuille signataires de l’initiative Principes de l’éducation au management responsable du Pacte mondial des Nations Unies ou qui se sont dotés d’une politique environnementale, sociale et de gouvernance.

Par ailleurs, le Comité consultatif chargé des questions de responsabilité sociale a recommandé que le Conseil des gouverneurs évalue les progrès accomplis quant aux recommandations mentionnées précédemment et qu’il s’engage à revoir, tous les cinq ans, ses pratiques en matière de responsabilité sociale afin d’ajuster le tir, au besoin, ou de déployer d’autres mesures à cet égard, conformément au fonds de dotation de l’Université. Le CCQRS recommande également que McGill, comme le veut sa mission, assume un rôle de chef de file afin d’évaluer et de promouvoir les meilleures pratiques en matière de durabilité et d’investissement, en collaboration avec ses homologues de U15.

Depuis 2016, l’Université a fait d’énormes progrès en faisant de la durabilité l’une de ses grandes priorités. L’adoption d’un mode d’investissement plus soucieux de l’empreinte carbone s’ajoute à la démarche entreprise par l’Université McGill et l’atteinte d’objectifs ambitieux en matière de changements climatiques et de durabilité, afin de devenir une institution carboneutre d’ici 2040. Souscrivant à une vision ambitieuse, McGill emprunte une voie à l’issue de laquelle elle figurera au rang des universités chefs de file en matière de durabilité, tant par ses travaux savants que par ses actions concrètes. Comme en fait foi son Plan d’action pour le climat et la durabilité, l’Université s’est fixé des objectifs ambitieux dans de nombreux secteurs. Sa détermination à lutter contre les changements climatiques se reflète dans les connaissances mises au jour et partagées par ses chercheurs et ses étudiants et – comme en font foi les recommandations du Comité consultatif chargé des questions de responsabilité sociale – dans la responsabilité de préserver son fonds de dotation et de voir à son essor. Ces éléments travaillent en synergie pour faire avancer l’Université.

Le Comité consultatif chargé des questions de responsabilité sociale s’emploiera maintenant à définir des lignes directrices responsables, proactives et exhaustives, notamment en ce qui a trait aux cibles en matière de décarbonisation et à leur échéancier. Le CCQRS soumettra un rapport relativement à ces détails d’ordre opérationnel au Conseil des gouverneurs d’ici avril 2020.

Nous vous invitons à consulter le rapport du Comité consultatif chargé des questions de responsabilité sociale en cliquant ici.

Nous souhaitons remercier les membres CCQRS pour les efforts qu’ils déploient quant à cette question de la plus haute importance. Nous remercions également la communauté mcgilloise qui, par son précieux soutien, amène l’Université à consolider son engagement à l’égard de la durabilité, et ce, dans l’ensemble de ses activités. Les progrès accomplis à ce jour, alliés aux recommandations qui ont été approuvées par le Conseil des gouverneurs aujourd’hui, affermissent notre volonté inébranlable : celle de concrétiser nos objectifs en matière de durabilité dans l’ensemble des activités et des travaux de recherche menés sur nos campus.

Cordialement,

Suzanne Fortier, principale et vice-chancelière

Ram Panda, président du Conseil des gouverneurs de l’Université McGill

Back to top