Effet variable du salaire minimum

News

McGill Salle de Presse

Une étude montre qu’il n’y a pas toujours un lien entre l’augmentation du salaire minimum et l’amélioration de l’état de santé dans les pays à plus faible revenu

L’augmentation du salaire minimum dans les pays à revenu faible et intermédiaire n’entraîne pas nécessairement une amélioration de l’état de santé des jeunes enfants, selon une nouvelle étude réalisée par des chercheurs de l’Université McGill.

Cette étude dont les résultats ont été publiés dans la revue Social Science & Medicine est la première à examiner l’effet des lois du salaire minimum sur la santé des enfants dans ces pays.

« Je voulais vérifier si les politiques destinées à réduire la pauvreté et l’inégalité économique avaient une incidence positive sur la santé des enfants », dit Muhammad Farhan Majid, auteur principal et chercheur boursier postdoctoral associé au projet Équité en santé maternelle et infantile (MACHEquity) à l’Institut des politiques sociales et de la santé de l’Université McGill.

Pour faire leur analyse, les chercheurs ont utilisé une mesure connue sous le nom de score Z de taille pour l’âge (score Z TA), qui compare la taille d’un enfant à la taille moyenne des enfants de son âge. Ce score est un indicateur important de la nutrition dans la petite enfance.

M. Majid et ses collègues ont obtenu les scores Z TA de près de 140 000 enfants d’au plus 5 ans nés sur une période de 14 ans dans 49 pays en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Les enfants provenaient tous des zones urbaines de ces pays. Les chercheurs ont ensuite combiné ces données avec les renseignements sur les salaires minimaux fixés par les États durant cette période.

Après avoir tenu compte d’autres variables, les chercheurs ont trouvé, contre-intuitivement peut-être, qu’une augmentation du salaire minimum s’accompagnait d’une diminution des scores Z TA dans les pays à plus faible revenu. C’est dans les nations de l’Asie du Sud que cet effet négatif modéré était le plus prononcé. Là-bas, une augmentation de 1 % du salaire minimum a entraîné une diminution de 0,8 % des scores Z TA. Les chercheurs ont aussi découvert que cet effet négatif se faisait davantage sentir chez les enfants dont les parents sont des travailleurs manuels et dans les familles les plus pauvres.

Pourquoi une augmentation du salaire minimum aurait-elle un effet négatif sur la santé? Selon la théorie de M. Majid, la majoration du salaire minimum peut faire monter les taux de chômage dans certains groupes. « Si les salaires augmentent, les entreprises sont plus susceptibles de congédier les femmes aptes à avoir des enfants. Celles-ci ont alors moins de chances de profiter des services de santé au moment de l’accouchement – une période généralement jugée comme critique dans la détermination des niveaux de nutrition et des retards de croissance des enfants. »

Les résultats de l’étude ont par contre révélé que certains groupes avaient bénéficié de l’augmentation du salaire minimum. Parmi eux, on compte les enfants nés en Amérique latine et ceux dont les parents occupent des emplois qualifiés.

Pour M. Majid, les résultats de l’étude indiquent qu’il faudra pousser les recherches. « Nous n’avons qu’effleuré ce sujet important, mais grandement négligé, explique-t-il. Nous devons mieux comprendre les mécanismes en cause, ce qui fait que dans certaines régions et collectivités, les lois du salaire minimum ont des effets positifs sur la santé des jeunes enfants, alors que dans d’autres, elles ont des effets négatifs inattendus. »

M. Majid entend mener une étude semblable en Indonésie, où des données détaillées lui permettront d’évaluer les effets du salaire minimum sur la santé des enfants dont les parents travaillent au sein de l’économie officielle par rapport à ceux dont les parents participent plutôt à l’économie parallèle.

Pour communiquer directement avec M. Majid : farhan.majid [at] mcgill.ca ()  

Contact Information

Contact: 
Cynthia Lee
Organization: 
Media Relations Office - McGill University
Email: 
cynthia.lee [at] mcgill.ca
Office Phone: 
514-398-6754