McGill souhaite la bienvenue à ses étudiants francophones

News


L'Université célèbre cinq ans de rapprochement avec la communauté étudiante de langue française

Chaque automne, des milliers d'étudiants francophones franchissent les portes de McGill avec un objectif en tête : obtenir une excellente éducation tout en perfectionnant leur maîtrise de l'anglais. Ainsi, la langue maternelle de 25 pour cent des étudiants qui composent le campus du centre-ville de McGill est le français. Au campus Macdonald, ce chiffre augmente considérablement : 60 pour cent de ceux qui y étudient sont francophones.

Pour assurer la réussite des étudiants francophones et faire en sorte que la transition de la langue de Molière à celle de Shakespeare se fasse sans heurt, McGill propose depuis cinq ans un service unique. Par l'entremise du Bureau de première année, l'Université tente de répondre à l'ensemble des besoins des étudiants francophones qui font leur première incursion au sein d'un établissement universitaire de langue anglaise. Au Canada, McGill est la toute première université à offrir un tel service, dont l'Université de Montréal s'est d'ailleurs récemment inspirée pour proposer l'équivalent à la communauté étudiante anglophone qui s'y trouve.

Mme Wendy Brett, adjointe aux étudiants francophones de première année, est une personne-ressource clé au sein de l'Université. Son rôle est d'accueillir et de guider les étudiants francophones afin de leur fournir les outils nécessaires pour réussir en anglais. Ayant elle-même dû s'acclimater à un nouvel environnement, Mme Brett comprend parfaitement les craintes et les préoccupations que peuvent vivre les étudiants francophones à leur arrivée en sol mcgillois. Originaire de Vancouver, elle a d'abord étudié la littérature française à l'Université de Colombie-Britannique. Par la suite, elle a poursuivi ses études à l'Université Laval, où elle a dû s'adapter rapidement à une culture différente. Selon elle, étudier dans une langue autre que sa langue maternelle peut apporter son lot de défis.

« S'adapter à un nouvel environnement, vivre dans une langue qui n'est pas la sienne, dans un nouvel établissement, se faire de nouveaux amis et voir sa charge de travail s'alourdir sont des sources de pression considérables. L'Université McGill reconnaît l'importance de fournir à ses étudiants les outils nécessaires pour qu'ils puissent réussir leurs études dans une langue seconde », indique Mme Brett.

Pour assurer une transition en douceur, l'Université offre aux étudiants francophones la possibilité de :

  • remettre leurs principaux travaux et de faire leurs examens en français;
  • de suivre des cours et de participer à des ateliers destinés à parfaire leurs habiletés d'écriture, de lecture et d'étude en anglais;
  • participer à un programme de mentorat dans le cadre duquel ils sont jumelés à des étudiants de dernière année pouvant répondre à leurs questions, qu'il s'agisse de choix de cours ou d'indications pour se rendre à un certain pavillon;
  • prendre part à la « Journée d'accueil » tenue en août sur les deux campus et organisée par le Bureau de première année.

Les activités tenues à l'intention de la communauté francophone de McGill reçoivent l'appui :

  • du Réseau de Francos, composé d'étudiants, francophones ou non, intéressés par la culture française;
  • du journal étudiant francophone Le Délit français;
  • de La Grenouille, la troupe de théâtre amateur de l'Université McGill.

« De nombreux facteurs incitent les étudiants francophones à venir à McGill, dont la réputation de l'Université à l'échelle internationale. L'objectif de parfaire leur maîtrise de l'anglais est également l'une des principales raisons qui motivent leur choix », précise Wendy Brett.

Les membres des médias qui souhaitent interviewer des étudiants francophones ou l'adjointe aux étudiants francophones de première année sont invités à communiquer avec Mme Rita Kotzia au 514-398-6751.