McGill et la Fondation Gates aident des Africains à gérer localement la recherche pharmaceutique

News

Le Dr Timothy Geary reçoit une subvention de 100 000 dollars pour aider à mettre sur pied des programmes au Botswana et en Afrique du Sud

Un chercheur en parasitologie de l’Université McGill a reçu une subvention de 100 000 dollars de la Fondation Gates pour aider à établir des programmes de recherche pharmaceutique gérés localement au Botswana et en Afrique du Sud.

« Les gens demandent toujours pourquoi l’industrie pharmaceutique n’effectue pas beaucoup de travail sur les maladies des pauvres, comme les infections parasitaires, a déclaré le Dr Timothy Geary, de l’Institut de parasitologie de McGill. La réponse est simple : les entreprises pharmaceutiques ne font pas d’argent dans ce domaine, tout comme les entreprises de construction de routes ne construisent pas de routes gratuitement en Afrique. La véritable solution au problème est de développer des compétences locales. Il n’y a aucune raison pour laquelle ça ne devrait pas fonctionner. Historiquement, les Africains ont été très efficaces dans toutes sortes de recherches, par exemple, dans la chimie des produits naturels. »

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en biotechnologie parasitaire à McGill, le Dr Geary est un expert dans le domaine des médicaments antiparasitaires. Il fait remarquer qu’au cours des deux dernières décennies, les compagnies pharmaceutiques ont en grande partie abandonné le dépistage de produits chimiques dérivés naturellement des plantes ou des microbes tropicaux, source importante d’éléments antiparasitaires, pour des raisons à la fois économiques et politiques.

« Au cours des 15 ou 20 dernières années, il régnait une tension entre le nord industrialisé et le sud en développement quand on abordait cette question, poursuit-il. Nous avions l’impression, dans le sud, que les gens du nord pillaient tout simplement la ressource. Nous appelions cela de la « bioprospection »; ils appelaient cela du "biopiratage?, ce qui a entraîné des problèmes évidents lors de la négociation des accès et des contrats. »

En outre, a déclaré le Dr Geary, des tentatives de la part de philanthropes pour entreprendre des recherches pharmaceutiques en Afrique échouent souvent parce que l’élément crucial, la durabilité, fait défaut. Les dons d’équipements de haute technologie coûteux ne tiennent généralement pas compte des besoins d’entretien à long terme, par exemple.

« Les chercheurs africains sont aussi capables que n’importe qui d’utiliser les technologies les plus récentes, a-t-il déclaré. Mais lorsque le laser est en panne ou que le microprocesseur lâche, faire réparer une pièce d’équipement de laboratoire de haute technologie représente un véritable défi. »

Le programme du Dr Geary, développé de concert avec sa collègue, la Dre Eliane Ubalijoro, du Centre d’études sur les régions en développement de l’Université McGill, remplace l’appareil de dépistage de haute technologie par des souches de levure génétiquement modifiées et par la bactérie E. coli. Ces organismes ont été modifiés pour produire des protéines qui, normalement, se trouvent uniquement dans les vers parasitaires, ce qui en fait un banc d’essai de laboratoire idéal pour d’éventuels médicaments antiparasitaires.

« La survie même du microbe dépend de la fonction de la protéine parasite, a expliqué le Dr Geary. Par conséquent, si un médicament fonctionne, il influencera la croissance de l’organisme. C’est facile à observer parce que nous comprenons extrêmement bien ces organismes. Il s’agit d’un système très robuste. »

« Par conséquent, au lieu de soumettre les produits chimiques aux processus de sélection à haut débit et fondés sur un mécanisme, propres à l’industrie pharmaceutique, nous amenons le processus aux produits chimiques. Les Africains feront la recherche et détiendront les droits de propriété intellectuelle. C’est cela qui crée une durabilité; si vous pouvez breveter les produits de votre dépistage, vous en récoltez les revenus. »

À plus long terme, le Dr Geary espère réunir des groupes de produits chimiques en provenance de différents chercheurs de partout en Afrique.

« Nous supposons qu’il nous faudra réunir environ 50 000 produits chimiques inédits qui pourraient se révéler intéressants pour les entreprises pharmaceutiques occidentales, a-t-il déclaré. Pour ma part, comme je suis issu de l’industrie, je crois que si l’on fournit cette ressource à un prix raisonnable, l’industrie y sera favorable. »

« L’autre objectif, qui est très important, est que les Africains devraient diriger ce programme à très court terme, soit dans deux à trois ans. En fait, j’aspire à devenir inutile. »

Contact Information

Contact: 
Mark Shainblum
Organization: 
Service des relations avec les médias
Email: 
mark.shainblum [at] mcgill.ca
Office Phone: 
514 398-2189