Les arbitres affichent un parti pris racial, conclut une étude

News

Des chercheurs de McGill et d’universités américaines distinguent de la partialité raciale au baseball

Les arbitres de la Ligue majeure de baseball auraient tendance, lorsqu’ils jugent les lancers, à favoriser les lanceurs de leur propre race ou de leur propre ethnie. C’est ce que suggère une étude effectuée par des chercheurs des universités McGill, du Texas et Auburn.

Christopher Parsons, professeur adjoint en finance à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, avec des collègues de l’Université du Texas à Austin et de l’Université Auburn en Alabama, a analysé plus de deux millions de lancers pendant trois saisons de la Ligue majeure du baseball, de 2004 à 2006.

« Il y a environ 32 pour 100 de chances qu’un lancer soit jugé comme une prise », explique le professeur Parsons, l’un des quatre auteurs de l’étude. « Ce que nous avons constaté, c’est que si l’arbitre et le lanceur sont de la même race ou de la même ethnie, le taux grimpe de 1 pour 100. »

Ce phénomène serait davantage perceptible lorsque les décisions de l’arbitre sont scrutées de moins près : dans les stades dépourvus de surveillance par ordinateur, lors de parties à faible assistance, et pour des lancers qui risquent peu de modifier la présence au bâton d’un joueur en particulier.

Cela dit, un pourcentage même minime des quelque 75 lancers d’une partie qui sont jugés par l’arbitre peut faire une différence, selon Parsons. « Parce qu’une partie de baseball est toujours très serrée, un lancer ici et là peut avoir de réelles répercussions sur les résultats du match. »

En outre, les salaires des lanceurs se négociant sur la base des statistiques individuelles, et parce que près de 90 pour 100 des arbitres dont les décisions ont été analysées dans cette étude sont de race blanche, les résultats donnent à penser que les lanceurs qui ne sont pas de race blanche pourraient se trouver défavorisés sur le plan économique. Bien que ce type de discrimination raciale puisse avoir une incidence significative sur la carrière à venir d’un lanceur, Parsons souligne que la partialité au baseball est facile à éliminer.

« La plupart des terrains de baseball sont maintenant dotés d’un système automatique de surveillance, ce qui n’était pas le cas au moment de notre étude », rapporte le chercheur, et d’ajouter : « si la Ligue majeure de baseball n’arrive pas à éliminer la partialité de cette façon, tout ce qui lui reste à faire, c’est de mieux doser le ratio des lanceurs et des arbitres de races différentes.

Contact Information

Contact: 
Michael Bourguignon
Organization: 
Université McGill
Email: 
michael.bourguignon [at] mcgill.ca
Office Phone: 
514-398-8305