De futurs scientifiques bûchent pour un trophée

News

McGill défend son titre aux Championnats canadiens intercollégiaux de bûcherons.

De futurs agronomes et ingénieurs issus des quatre coins de la Nouvelle-Angleterre et de l'est du Canada livreront une bataille impliquant haches et scies à l'Université McGill le 29 janvier prochain. Quelque 150 étudiants allieront leurs muscles et leurs QI élevés pour prendre part aux Championnats canadiens intercollégiaux de bûcherons qui se tiendront au campus Macdonald.

Les étudiants de l'Université McGill risquent gros lors de cette compétition annuelle, alors que les Woodsmen et Woodswomen seront appelés à défendre leur titre remporté l'an dernier. Les deux équipes mcgilloises sont déterminées à conserver leur trophée, compte tenu que l'édition 2005 du championnat marque le 45e anniversaire de cette série d'épreuves au campus Macdonald. Pendant près de huit heures, ces athlètes empoigneront haches et scies pour rivaliser dans tout un éventail de sports de bûcherons : lancer de la hache, empilement de rondins et tronçonnage.

Où : campus Macdonald, terrain Watson, 21111, chemin Lakeshore, Sainte-Anne-de-Bellevue
Quand : de 8 h à 16 h, le samedi 29 janvier 2005
Quoi : quelque 150 bûcherons de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, du Québec, de l'Ontario, du Maine, du New Hampshire et de New York participeront au championnat.
Treize épreuves : sciage, coupe à la hache, concours de draveurs, raquette à neige, lancer de la hache, escalade de poteau, ébullition de l'eau, etc.
Équipes tenantes du titre : Woodsmen et Woodswomen de l'Université McGill
Bienvenue à tous : entrée et stationnement gratuits

À vos haches, prêts, partez!

Les sports de bûcherons gagnent rapidement en popularité parmi les collégiens de l'ensemble de l'Amérique du Nord. Ce qui a commencé par une compétition amicale entre les campus mcgillois du centre-ville et de l'Ouest de l'Île il y a près de 50 ans est devenu un événement d'une ampleur internationale auquel participent plus de 40 collèges américains et canadiens.

« Les étudiants sont attirés par les sports de bûcherons parce que cela sort de l'ordinaire. Il ne s'agit ni de soccer, ni de crosse et ce n'est certainement pas à la portée de tous », explique John Watson, entraîneur des équipes féminines et masculines de l'Université McGill.

La popularité des sports de bûcherons dépasse les frontières des collèges. Ces sports figurent parmi ceux qui gagnent le plus d'adaptes aux États-Unis. En Australie, où le sport a des partisans presque fanatiques, les athlètes-bûcherons professionnels peuvent gagner jusqu'à 175 000 $ par année. Le sport a beaucoup évolué depuis ses débuts au XIXe siècle. Les hommes des camps de bûcherons se mesuraient alors entre eux pour savoir qui avait le plus d'endurance.

Contact :
arboretum [at] nrs.mcgill.ca (John Watson)
Entraîneur des Woodsmen et des Woodswomen
514-398-7537