Journée commémorative Raoul Wallenberg - en l'honneur de son esprit d'humanité

News

L'Association Témoignages vivants de l'Université McGill et l'Ambassade de Suède à Ottawa souligneront la Journée commémorative Raoul Wallenberg en organisant un séminaire public consacré à l'héritage d'humanité et de tolérance légué par cet homme. Savants suédois et canadiens de renommée internationale, décideurs et dirigeants communautaires débattront de la façon dont les valeurs telles que la démocratie, les droits humains et la reconnaissance mutuelle peuvent combattre le racisme, la xénophobie et l'antisémitisme (consultez la liste des conférenciers ci-dessous).

Le lundi 17 janvier 2005
14 à 16 h
Faculty Club de l'Université McGill
3450, rue McTavish, Montréal

Le séminaire sera suivi d'une réception organisée par monsieur H. E. Lennart Alvin, ambassadeur de Suède au Canada.

Au cours d'une période de moins de six mois, entre juillet 1944 et janvier 1945, Raoul Wallenberg a porté secours à plusieurs milliers de Juifs d'origine hongroise en les aidant à fuir Budapest, alors sous occupation nazie. À titre de premier secrétaire de la Légion suédoise à Budapest, il a émis de nombreux laissez-passer de protection suédois et a loué des « foyers d'hébergement suédois », dans lesquels les Juifs ont pu se réfugier et ainsi échapper au génocide nazi. Les actes héroïques de Raoul Wallenberg ont subitement pris fin le 17 janvier 1945, alors qu'il prenait part à une rencontre — de laquelle il n'est jamais revenu — avec des représentants de l'Armée rouge soviétique, qui venait alors d'occuper Budapest. Les Russes ont maintenu qu'il était mort dans une prison soviétique le 17 juillet 1947. Cependant, il existe plusieurs rapports indiquant qu'il ait vécu bien au-delà de cette date. Après avoir posé des gestes humanitaires hors du commun, Raoul Wallenberg a été fait prisonnier à vie — un sort tragique pour un homme ayant tout sacrifié afin de donner à ses confrères la chance de vivre libres.

Raoul Wallenberg est le premier citoyen d'honneur du Canada et le séminaire en sa mémoire aura lieu le jour du 60e anniversaire de sa disparition.

Conférenciers :

Monsieur Jan Ahlberg, directeur, Division études de criminologie, Conseil national de prévention du crime, Suède
M. Ahlberg discutera de l'étude nationale récemment publiée commandée par le ministère suédois de la Justice et portant sur la xénophobie, le racisme et l'antisémitisme parmi les étudiants des écoles secondaires suédoise.

Maître Julius Grey, avocat, Montréal
Me Grey parlera de son travail dans la promotion des droits humains.

Monseigneur l'Archevêque Andrew Hutchison, primat de l'Église anglicane, Canada
À titre d'ancien évêque de Montréal et coinstigateur de la création du Carré Raoul Wallenberg à Montréal, l'Archevêque Hutchison discutera d'une réponse d'un point de vue chrétien à l'Holocauste.

Professeur Paul A. Levine, directeur, Programme sur l'Holocauste et les études sur le génocide d'Uppsala, Université d'Uppsala, Suède
Le Pr Levine discutera du rôle de la Suède dans le cadre de la Deuxième Guerre mondiale et du contexte des quatre Forums internationaux de Stockholm sur l'Holocauste ainsi que l'éducation générale en ce qui a trait à l'Holocauste.

Professeure Helene Lööw, directrice, Forum d'histoire vivante, Suède
La Pre Lööw établira le contexte, le rôle et le mandat du Forum d'histoire vivante, un organisme gouvernemental de Suède ayant l'Holocauste comme point de départ et dont l'objectif est de promouvoir la démocratie, la tolérance et le respect des droits humains. La Pre Lööw discutera également d'antisémitisme, de racisme, de fascisme et de néonazisme en Suède après la Deuxième Guerre mondiale.

Monsieur Leslie Sela, Montréal
Alors âgé de 12 ans, M. Sela a été secouru par Raoul Wallenberg. Il nous fera part de son expérience à titre de survivant.

Monsieur Beryl Wasjman, président, Institut des affaires publiques de Montréal
À titre de défenseur de l'intérêt public, M. Wasjman s'entretiendra sur les problèmes contemporains liés à l'indifférence internationale à la crise au Darfour et de leur lien avec l'héritage légué par M. Wallenberg.