Une protection accrue à la Réserve naturelle Gault

Nouvelles

M. André Boisclair, ministre d'État aux Affaires municipales et à la Métropole, à l'Environnement et à l'Eau, et Mme Heather Munroe-Blum, principale de l'Université McGill, ont revigoré l'ardeur des défenseurs du mont Saint-Hilaire ce matin, en signant une entente de principe destinée à mieux protéger la Réserve naturelle Gault de l'Université McGill sur le mont Saint-Hilaire.

En désignant «réserve naturelle en milieu privé» la Réserve naturelle Gault de l'Université McGill, en vertu de la loi 129 sur la conservation du patrimoine naturel, le gouvernement du Québec s'associe à l'Université McGill et à ses partenaires du Centre de la nature du mont Saint-Hilaire pour donner une protection accrue à cette colline de la Montérégie qui a été la première réserve canadienne du réseau des réserves de la la biosphère de l'UNESCO en 1978.

Grâce aux efforts déployés par l'Université McGill - conformément aux voeux d'Andrew Hamilton Gault qui lui a légué, en 1957, son domaine de 10 kilomètres carrés au sommet du mont Saint-Hilaire à la condition que l'Université «en préserve l'Intégrité pour les générations futures» - les visiteurs peuvent admirer encore aujourd'hui une nature aussi belle que celle qui a ébloui le frère Marie-Victorin il y a près de 75 ans. C'est en 1929 en effet, que l'auteur de la Flore Laurentienne écrivait: « Quel éblouissement! La montagne entière, la féerie des verts harmonisés des érables, des hêtres, des chênes et des bouleaux, et, au fond de la coupe, de l'écrin plutôt, l'opale mal taillé du Lac Hertel.»

Cette magnificience du paysage est soigneusement entretenue car, comme l'expliquent les auteurs du site internet de la Réserve naturelle Gault: «... ce que nous avons à la Réserve naturelle Gault du mont Saint-Hilaire est un petit morceau précieux de forêt ancestrale. Cette forêt se situe à son extrême limite nord de distribution des forêts feuillues qui s'étendent jusqu'au Golf du Mexique au sud et jusqu'à la rivière Mississippi à l'ouest. C'est ce caractère de vieille forêt qui contribue à la valeur toute spéciale de la Réserve pour l'enseignement et la recherche, et qui la distingue des autres forêts plus perturbées et plus fréquentées des autres collines montérégiennes et de la vallée du Saint-Laurent».

En remerciant le ministre Boisclair pour la subvention 150 000$ destinée à rénover le pavillon du Centre de la nature du mont Saint-Hilaire -- le précieux partenaire de McGill dans l'entretien et la protection de l'aire publique de la Réserve naturelle Gault -- la principale Munroe-Blum s'est réjouie du rôle de fer de lance que le ministre Boisclair réserve au Centre de la nature au sein du nouveau comité des Montérégiennes.