Une étude de McGill fait le lien entre dysfonction érectile et maladie cardiaque

Nouvelles

La dysfonction érectile pourrait bien être le signe précurseur d'une maladie cardiaque si l'on en croit les résultats d'une étude menée par des chercheurs de McGill et du CUSM. L'étude canadienne sur la dysfonction érectile (Canadian Study of Erectile Dysfunction) dont les résultats sont publiés dans le dernier numéro des Archives of Internal Medicine du Journal of the American Medical Association, est la première étude canadienne consacrée à la dysfonction érectile et à son lien avec les maladies cardiovasculaires et d'autres maladies chroniques.

« Les résultats de notre étude donnent à penser que la dysfonction érectile, particulièrement chez les sujets jeunes, pourrait être le signe avant coureur d'une maladie cardiaque, voire d'autres pathologies comme l'accident vasculaire cérébral et le diabète », indique le docteur Steven Grover, professeur aux départements de médecine et d'épidémiologie et biostatistique de McGill et chercheur principal de l'étude, qui a été financée par Pfizer Canada, le fabricant du Viagra.

Le Dr Grover, qui est également directeur du service d'épidémiologie clinique du CUSM, et ses collègues ont évalué près de 4 000 sujets âgés de 40 à 88 ans venus consulter dans des établissements de soins primaires. Ils ont comparé le risque de dysfonction érectile selon que les patients présentaient ou non une maladie cardiovasculaire.

« Nous avons mis en évidence une solide relation entre la présence d'une maladie cardiovasculaire et la dysfonction érectile », souligne le Dr Grover. « Parmi les sujets qui n'avaient pas fait l'objet d'un diagnostic de maladie cardiovasculaire, les facteurs de risque cardiovasculaire comme le diabète, le tabagisme, l'hypertension et un faible taux de cholestérol HDL, étaient plus fréquents chez ceux qui présentaient une dysfonction érectile. Cela semble indiquer que le risque de maladie cardiovasculaire est plus important chez les hommes atteints de dysfonction érectile, même en l'absence d'autres symptômes cardiovasculaires ».

Sur le Web :


Étude parue dans le JAMA/Archives of Internal Medicine
Université McGill
Centre universitaire de santé McGill

Pour plus d'informations :
Christine Zeindler
Communications CUSM
514-843-1560

Coordonnées

Contact: 
Cynthia Lee
Organisation: 
Service des affaires universitaires, Université McGill
Courriel: 
cynthia.lee [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
514-398-6754