Un diplômé de droit et un étudiant au doctorat de McGill, récipiendaires de Bourses d'études Trudeau

Nouvelles

Les deux récipiendaires de Bourses d'études Trudeau partent vers Oxford et le Moyen-Orient pour promouvoir la compréhension et la démocratie

David Mendelsohn, un étudiant au doctorat en études islamiques à l'Université McGill, et Grégoire Webber, récent diplômé de la Faculté de droit, se sont vus décerner des bourses d'études de la Fondation Trudeau. La fondation, qui en est à sa deuxième année d'existence, a été mise sur pied pour promouvoir le leadership international par l'entremise d'études doctorales dans les domaines, notamment, des droits de la personnes, de la citoyenneté, des relations internationales et des relations entre les humains et le milieu naturel.

David Mendelsohn se servira de cette bourse, équivalant à près de 200 000 $ sur quatre ans, pour promouvoir une meilleure communication entre les Palestiniens et les Juifs israéliens par l'entremise d'une étude sociolinguistique intitulée « Deux cultures : un territoire ». Après un séjour de trois ans en Israël dans les années 1990, durant lequel il a appris à parler couramment l'arabe et l'hébreux, M. Mendelsohn a constaté que ses amis tant palestiniens qu'israéliens « aspirent à la paix, mais sont incapables de trouver les moyens de se communiquer mutuellement ce désir ».

Pour atteindre son objectif de maîtriser les nuances du dialecte palestinien, M. Mendelsohn créera une école de lutte. Lutteur de longue date et entraîneur de l'équipe de lutte de McGill, il affirme que « la lutte est une excellente façon d'apprendre à connaître une culture, plutôt que de simplement s'assoire et faire des entrevues ».

Grégoire Webber, diplômé de McGill, commencera ses travaux de recherche doctorale à l'Université d'Oxford cet automne, qui porteront sur le concept de la « justification » par le biais duquel un principe de la constitution d'un pays est enfreint au nom d'un intérêt supérieur. Se servant de l'exemple de la Loi sur les mesures de guerre votée en 1970 durant la crise d'octobre pour illustrer ce concept, M. Webber mentionne qu'il « veux articuler et réévaluer la tension entre la constitution et la gouvernance démocratique pour que les gens puissent décider par eux-mêmes si des violations données à la constitution peuvent être justifiées. »