Révélation des secret des pulsars doubles

Nouvelles

Publication d'une étude menée par un chercheur de McGill dans le numéro de Nature du 29 avril.

Les travaux de Scott Ransom de l'Université McGill, dont les résultats sont publiés dans le numéro du 29 avril de Nature, éclaire d'un jour nouveau la dynamique complexe d'un système de pulsars doubles tout à fait extraordinaire.

L'étude, menée en collaboration avec Frederick Jenet du Jet Propulsion Laboratory de la NASA, à Pasaden, en Californie, pourrait faire progresser la connaissance de la formation des pulsars et de leurs émissions, voire des théories de la gravitation.

Les pulsars sont des étoiles à neutrons en rotation rapide autour d'eux-mêmes, qui envoient des faisceaux d'énergie à la manière des phares. Le système binaire J0737-3039, découvert l'an dernier, est le premier pulsar double jamais observé par les astronomes. Les faisceaux d'énergie de ce système semblent interagir entre eux, tout en imprimant un mouvement de rotation, fournissant ainsi un moyen utile de déterminer la géométrie des orbites.

Scott Ransom, chercheur postdoctoral au département de physique de McGill, et Frederick Jenet ont démontré que l'un des pulsars de ce système double semblait en effet activer et désactiver les ondes radio de l'autre pulsar au fil du temps.

Jusqu'à présent, 30 années de recherche n'avaient toujours pas permis de mettre à jour le mécanisme à l'origine de la formation des émissions d'ondes radio des pulsars. Du fait que les deux pulsars exercent une influence réciproque sur leurs émissions d'ondes radio, ce système constitue un laboratoire naturel unique pour l'étude des émissions des pulsars et de leurs mécanismes.

« Si la géométrie du pulsar double est bien comme nous l'imaginons », précise Scott Ransom, « cela devrait nous aider à mieux comprendre comment ces systèmes émettent leurs rayonnements et surtout comment ils se forment. La connaissance de la géométrie pourrait aussi jouer un rôle essentiel dans les tests sur les théories de la gravitation que nous pourrons échafauder grâce à J0737-3039, en raison des gigantesques puits gravitationnels que ces masses contribuent à créer ».

Mais le temps dont disposent les chercheurs pour exploiter ce laboratoire naturel est très court : Ransom et Jenet prévoient que du fait des distorsions qui se produisent dans l'espace autour des pulsars, ce système devraient disparaître de notre vue dans environ 15 ans.

Ce pulsar double est situé à 2 000 années lumière, soit 10 million de milliards de milles, de la Terre. L'étude de Ransom et Jenet repose sur des observations faites à l'aide du télescope de Green Bank en Virginie occidentale.