Montréal devient chef de file mondial en nanoscience

Nouvelles

La recherche nanotechnologique, c'est-à-dire, la science de la miniaturisation fondée sur des mécanismes ultra-perfectionnés, s'est vu dotée d'un centre de calibre mondial, établi au sein de l'Université McGill. Grâce au nouveau centre Tools for Nanoscience, aménagé dans le pavillon de physique Rutherford et le pavillon d'ingénierie Wong, l'Université McGill devient le centre de recherche nanotechnologique le plus perfectionné au Canada, secteurs public et privé confondus.

Dix chercheurs provenant de la Faculté des sciences et de la Faculté de génie de l'Université McGill se sont regroupés afin de créer le nouveau centre de nanotechnologie de l'Université, qui comporte 8,000 pieds carrés de laboratoires. La construction du centre de nanoscience, d'un coût de 9 millions de dollars, a été rendue possible grâce à la contribution des partenaires suivants (pour de plus amples renseignements, consultez le document d'accompagnement) :

- Fondation canadienne pour l'innovation
- DALSA Semiconductor
- EV Group
- Extreme Networks
- Génome Québec
- IDL Inc.
- JEOL
- Université McGill
- Ministère du Développement économique et régional
- NanoQuébec
- SRSNG
- SOQUELEC
- STMicroelectronics
- Valorisation-Recherche Québec

Le centre Tools for Nanoscience comporte trois composantes étroitement imbriquées, à savoir, premièrement, une salle blanche disposant d'installations de micromachinerie, et dotée de la plus récente technologie. « Ces installations constitueront le modèle du laboratoire du XXIe siècle », explique M. Peter Grutter, professeur de physique de l'Université McGill et l'un des 10 chercheurs qui ont mis en œuvre le centre Tools for Nanoscience.

Des installations de manipulation atomique uniques au monde constituent la seconde composante. Ces installations appuieront la réalisation d'une nouvelle génération d'expériences. Elles permettront aux chercheurs de McGill de concevoir de nouveaux dispositifs atome par atome, et ainsi d'élaborer la science et la technologie essentielles à la mise au point des systèmes électroniques et biochimiques de demain.

La troisième composante, c'est-à-dire, un superordinateur Beowulf consacré à l'établissement de modèles de nanomatériaux, préfigurera une nouvelle génération de superordinateurs. Selon le site www.top500.org, le nouveau superordinateur Beowulf de l'Université McGill est actuellement l'ordinateur le plus puissant au Canada. L'unité centrale contient 700 processeurs, offre un rendement de 1,3 Tflops, occupe une pièce entière et consomme suffisamment d'énergie pour alimenter en électricité 10 maisons familiales.

« De plus, notre ordinateur Beowulf comporte une largeur de bande destinée aux communications supérieure à celle de l'ensemble du réseau d'Internet de l'Université McGill et du Centre universitaire de santé McGill, déclare M. Grutter. C'est énorme. »

Caractéristiques particulières

Un autre aspect unique du centre Tools for Nanoscience est que ces installations multidisciplinaires favoriseront plus que jamais la collaboration des chercheurs en physique, en chimie, en génie et en sciences de la vie. « L'enrichissement réciproque constitue un élément essentiel, si nous voulons véritablement miser sur les perspectives que laisse entrevoir la nanoscience, a affirmé M. Andrew Kirk, professeur de génie électrique et informatique. Nos installations centralisées constitueront un véritable puits de savoir pour le milieu scientifique de l'Université McGill. »

Le centre Tools for Nanoscience appuiera la mise en œuvre de projets de recherche, notamment la mise au point de nouveaux capteurs chimiques en porte-à-faux destinés à la détection de molécules uniques (ou tests d'ADN), des études touchant la conductance à l'échelle atomique (il s'agit d'un domaine essentiel, puisque la taille des circuits intégrés de silicone continue de diminuer), de même que l'assemblage d'appareils de nanophotonique pour les réseaux de communications optiques de demain et de composants électroniques créés à l'aide de la micromachinerie et destinés à la prochaine génération d'appareils sans fil et de systèmes miniaturisés intégrés pour le diagnostic biomédical.

Les laboratoires de l'avenir pour recruté des scientifiques de l'avenir

« Compte tenu des technologies qui y sont regroupées, le centre Tools for Nanoscience concurrence aisément les laboratoires du secteur privé; en outre, il est plus rentable, souligne M. Kirk. Ces installations nous permettront de recruter du personnel technique et de le maintenir en fonction sur un marché concurrentiel. »

La principale de l'Université McGill, Mme Heather Munroe-Blum, se réjouit que le projet du centre Tools for Nanoscience se soit concrétisé. « McGill est une des universités pionnières dans le secteur de la nanoscience, a-t-elle déclaré. Dans le contexte de la concurrence que suscitent les meilleurs cerveaux, le centre Tools for Nanoscience de McGill nous permettra d'attirer les plus brillants scientifiques, universitaires, diplômés et étudiants de niveau postdoctoral du monde entier. »

« Le centre Tools for Nanoscience constitue un autre merveilleux exemple de la collaboration entre les secteurs public et privé, grâce à laquelle les universités de recherche du Québec et du Canada sont plus concurrentielles à l'échelle internationale, a ajouté Mme Munroe-Blum. Pour reprendre les propos de nos scientifiques, grâce à la contribution de nos partenaires, l'Université McGill possède maintenant un laboratoire adapté aux exigences du XXIe siècle, et dont nous pouvons tous être fiers. »

Voici la liste des chercheurs qui ont participé au projet du centre Tools for Nanoscience :

- Mark Andrews
- Christopher Barrett
- Martin Grant
- Peter Grutter
- Hong Guo
- Musa Kamal
- Andrew Kirk
- Bruce Lennox
- David Plant
- Mark Sutton

Située à Montréal, Québec, Canada, l'Université McGill jouit d'une renommée mondiale au titre de ses travaux savants et de ses découvertes scientifiques. Fondée en 1821, McGill est l'un des deux membres canadiens de l'American Association of Universities. Les 22 facultés et écoles professionnelles de McGill dispensent plus de 300 programmes, du baccalauréat au doctorat. Les professeurs de l'Université ont obtenu leur grade et suivi leur formation dans les grandes universités du monde entier. McGill attire des étudiants de plus de 150 pays, ce qui lui donne l'un des effectifs étudiants les plus dynamiques et les plus diversifiés de toute l'Amérique du Nord. L'Université accueille environ 18 000 étudiants de premier cycle à temps plein et 6 000 étudiants de 2e et 3e cycles.

Coordonnées

Contact: 
Andrew Kirk
Organisation: 
Département de génie électrique et informatique
Courriel: 
andrew.kirk [at] mcgill.ca