McGill donne un coup de pouce au recyclage

Nouvelles

L'Université investit 120 000 $ pour être plus respectueuse de l'environnement

McGill amorce l'année 2003 en multipliant ses activités de recyclage. Chaque grand pavillon de l'Université, qu'il soit situé au centre-ville ou au campus Macdonald, sera désormais doté d'au moins un poste de recyclage où l'on pourra se débarrasser des plastiques, du verre, des métaux et du papier.

Jusqu'à aujourd'hui, à peine 17 pour cent des déchets de l'Université (essentiellement du papier) étaient recyclés dans des boîtes bleues situées dans les bureaux et les salles de classe. Le recyclage d'autres matières n'était possible que dans des lieux donnés à proximité des services de restauration. Désormais, 120 postes de recyclage polyvalents seront commodément situés dans le hall de chaque pavillon.

Les nouvelles mesures de recyclage de l'Université ont été prises dans le cadre de la politique environnementale de McGill, approuvée par le Sénat au printemps 2001, essentiellement pour répondre aux demandes des étudiants qui réclament plus de respect pour l'environnement. Le nouveau programme de recyclage est le fruit de la collaboration qui s'est instituée entre le sous-comité du Sénat sur l'environnement, lequel a collaboré avec le Bureau de sécurité environnementale à la création d'un McGill « vert ». Le sous-comité a procédé à un examen approfondi de la gestion de l'énergie et des déchets de l'Université (notamment une vérification des déchets) afin d'améliorer son efficacité environnementale.

Le sous-comité a recommandé à McGill de stimuler le recyclage et d'améliorer l'efficacité environnementale en trois étapes. Le vice-principal (administration et finances), M. Morty Yalovsky, a débloqué 120 000 $ pour la première phase de la campagne écologique : achat et entretien de postes de recyclage, et recrutement d'un agent de l'environnement à plein temps. « Cette personne analysera les différentes initiatives que McGill peut prendre pour être plus respectueuse de l'environnement", déclare M. Yalovsky, en ajoutant que le poste devrait être pourvu dès cet hiver.

Wayne Wood, chef du Bureau de sécurité environnementale, affirme que le recrutement d'un agent de l'environnement contribuera beaucoup à rendre McGill plus respectueuse de l'environnement. Ce nouvel employé tiendra lieu d'agent de liaison interne avec les étudiants, l'administration, le corps enseignant et d'autres membres de l'Université qui se préoccupent des questions écologiques. Il constituera des réseaux avec des groupes de l'extérieur pour comparer les pratiques environnementales de l'Université à celles d'autres établissements.

L'Université s'emploie par ailleurs à empêcher la surconsommation d'énergie et d'autres ressources. McGill a décidé d'acheter des produits de nettoyage non toxiques plus respectueux de l'environnement. « Les mesures préconisées par la politique environnementale de McGill auront sans conteste de profondes répercussions », affirme M. Wayne Wood. « L'atout d'une université qui tient à être plus respectueuse de l'environnement est qu'elle peut facilement sensibiliser les autres par l'éducation. »