McGill dévoile son plan pluriannuel

Nouvelles

L'université recherche un financement annuel additionnel de 100 millions de dollars

(Québec, 28 septembre 2004) - Lors d'une audience tenue aujourd'hui devant la Commission de l'éducation de l'Assemblée nationale, les représentants de l'Université McGill ont souligné l'importance et le besoin de financement additionnel, alors que cette institution met de l'avant son plan stratégique en matière d'enseignement et d'immobilier. Ils ont également rappelé aux membres de la Commission que les universités du Québec sont sous-financées comparativement aux autres universités canadiennes et, qu'à l'intérieur même du système de financement du Québec, l'Université McGill est particulièrement désavantagée.

« McGill doit demeurer concurrentielle pour recruter et retenir les meilleurs étudiants et les meilleurs professeurs. Il en est de même pour les subventions de recherche et les dons philanthropiques. Nous sommes sur une bonne lancée, a expliqué le Dr Heather Munroe-Blum, principale et vice-chancelière de l'université, aux membres de la Commission. Mais nous sommes engagés dans un sprint vis-à-vis des autres grandes universités canadiennes et américaines à forte intensité de recherche qui bénéficient d'un financement public. Notre aptitude à maintenir la tradition d'excellence de McGill et à soutenir les immenses accomplissements récents reste très fragile. »

« Notre principal enjeu est d'ordre financier, a ajouté le Dr Munroe-Blum. Nous avons besoin de plus d'argent. Cette année, nous accusons un déficit d'exploitation de 8 millions de dollars et nous avons besoin d'un financement annuel additionnel de 100 millions de dollars tout simplement pour demeurer concurrentiels avec nos pairs canadiens. »

Le Dr Munroe-Blum a mentionné que les fonds sont nécessaires pour que l'université puisse offrir un meilleur soutien et de meilleurs services aux étudiants, de même qu'un meilleur soutien aux facultés. Ils sont également nécessaires pour moderniser les bibliothèques et autres installations, et améliorer les services de recherche.

Elle a aussi expliqué que le financement public des soins de santé, quoique essentiel, n'est pas le seul dossier essentiel qui devrait mériter l'attention immédiate du Gouvernement. « Investir dans les universités à forte intensité de recherche procure des avantages économiques significatifs et le Québec, dans sa structure de financement, devrait prendre en considération les différentes missions des universités et les coûts plus élevés que doivent encourir les universités à forte intensité de recherche. »

Prospérité future

« Comme société, notre prospérité future est subordonnée à la nouvelle économie du savoir, a poursuivi le Dr Munroe-Blum. Les industries compétitives, les produits commercialisables et exportables, ainsi que les emplois de l'avenir fortement rémunérés prendront naissance dans l'esprit de nos diplômés et découleront des activités et des recherches réalisées dans nos universités. »

« Nous demandons au gouvernement d'améliorer la structure du financement accordé aux universités à forte intensité de recherche qui sont robustes, compétitives et responsables. Les fonds publics qu'on y consacre représentent un excellent investissement pour la population du Québec. »

L'Université McGill s'est engagée dans un ambitieux exercice de planification globale et pluriannuelle sur un horizon de cinq ans et a mis en place un processus précis d'évaluation, d'examen et de mise à jour. La planification globale comprend les programmes d'enseignement, la gestion des inscriptions, les activités de recherche, le recrutement de nouveaux professeurs, les services aux étudiants, les besoins du personnel de soutien et les besoins en matière de locaux.

« Le plan stratégique de McGill a été élaboré en collaboration avec des professeurs, des titulaires de chaires et des doyens et il est soumis à une évaluation et à une analyse rigoureuses, a pour sa part expliqué le Dr Luc Vinet, vice-principal exécutif de l'Université McGill. Nous publierons à l'automne 2005 notre premier rapport annuel sur la façon dont nous accomplissons notre travail par rapport aux indicateurs de rendement de référence. »

Voici les principaux points du plan stratégique de McGill :

  • Augmenter les inscriptions d'environ 6 % en trois ans et doubler le nombre d'étudiants de doctorat en l'espace de dix ans;
  • Recruter 100 nouveaux professeurs par année au cours des dix prochaines années;
  • Augmenter les programmes d'enseignement multidisciplinaires;
  • Améliorer les services de soutien aux étudiants;
  • Construire un nouveau pavillon des arts, un complexe des sciences de la vie ainsi qu'un pavillon des sciences de la santé;
  • Transformer la rue McTavish en zone piétonnière;
  • Faire du campus Macdonald un véritable pôle biotechnologique et le doter d'une nouvelle bibliothèque ainsi que d'un centre d'apprentissage.

Les représentants de l'Université McGill se sont présentés devant la Commission dans le cadre de la présentation annuelle des activités et de la performance de l'université au Gouvernement.

Au sujet de McGill

L'Université McGill est l'université à forte intensité de recherche la plus importante au Canada et elle a acquis une réputation mondiale au chapitre de l'accomplissement et des découvertes scientifiques. Fondée en 1821, McGill compte 21 facultés et écoles professionnelles offrant plus de 300 programmes du premier cycle au doctorat. McGill attire des professeurs et des chercheurs de renom de partout dans le monde ainsi que les meilleurs étudiants de plus de 150 pays, ce qui contribue à en faire l'un des milieux universitaires les plus dynamiques et les plus diversifiés en Amérique du Nord. On compte environ 23 000 étudiants du premier cycle et 7 000 étudiants des deuxième et troisième cycles à l'université. McGill a récemment été nommée « université canadienne de recherche de l'année » dans la catégorie médicale/doctorale sur la base du financement reçu pour la recherche et des articles publiés, les données ayant été compilées par Research Infosource. McGill est également l'une des deux seules universités canadiennes à figurer parmi les membres de l'American Association of Universities qui regroupe les universités les plus prestigieuses de l'Amérique du Nord. Les campus de McGill sont situés à Montréal.