L'Inauguration du Laboratoire de langues multimédia

Nouvelles

L’Inauguration du Laboratoire de langues multimédia de la Faculté des arts (LLMFA) par le vice-principal (enseignement) M. Luc Vinet et le doyen de la faculté des arts M. Carman Miller ce mercredi 6 octobre à 11 heures

Entrée principale de la Bibliothèque McLennan 3459, rue McTavish

"L’ordinateur ne remplacera jamais le professeur, mais il le sert! En effet, rendons à la machine ce qui revient à la machine (exercices, répétition, préparation, surtout en mode interactif) ), et le temps de classe s’en trouvera libéré pour des activités linguistiques et culturelles plus pertinentes. Et comme l’ordinateur ajoute des possibilités de communication en direct ou en différé, la relation professeur-étudiants en est d’autant plus enrichie." C’est en ces termes qu’Hélène Riel-Salvatore, directrice du Centre d’enseignement du français et de l’anglais de l’Université McGill et sa prédécesseure Hélène Poulin-Mignault qui est l’instigatrice du projet depuis 4 ans, décrivent la place de l’ordinateur dans l’enseignement des langues a l’université.

Dans les circonstances particulières des cours de langue de la faculté des arts de McGill il a d’abord fallu assurer les fonctions du labo audio traditionnel dans un environnement numérique. Réussir à faire cela tout en numérisant, en quelques semaines seulement, les cassettes des cours d’anglais, de français, de chinois, d’espagnol, de japonais, de russe et de faire en sorte que la numérisation des cassettes d’allemand, d’italien et d’arabe soit en bonne voie, il fallait le faire! Les professeurs et les chargés de cours de langue de McGill n’ont pas chômé.

Mais, il ne suffit pas de construire un laboratoire de langues multimédia pour en garantir l’utilisation maximale. "Le rôle de Yannick Roy, technologue de l’éducation, est d’assurer l’encadrement des professeurs durant le processus de transition vers une exploitation optimale du multimédia car c’est toute une adaptation que de passer d’une conception linéaire traditionnelle a une conception multimédia éclatée du matériel pédagogique", de souligner Mme Riel-Salvatore.

Entre-temps, même s’ils ne se servent actuellement que de 10% des ressources multimédia du laboratoire il faut voir et entendre a n’importe quelle heure du jour et (bientôt du soir) les étudiants de toutes les langues citées plus haut rivés à l’écran de l’un ou l’autre des 40 ordinateurs du LLMFA. Certains écoutent les commentaires personnalisés de leur prof - installé à son bureau ou au poste-maître de la tribune qui domine les rangées d’ordinateurs du labo -, d’autres sont occupés à préparer un examen oral ou écrit. D’autres encore, tout en écoutant Jacques Brel, cherchent à remplir les cases vides avec les mots du premier couplet de Ne me quitte pas.

Inutile de dire que l’on réserve bien à l’avance une session d’exercices au Laboratoire de langues multimédia de la faculté des arts de McGill et que les professeurs, comme les étudiants, attendent avec impatience l’inauguration des deux autres salles prévues pour l’année prochaine.