Leur cœur a-t-il vraiment continué de battre à jamais?

Nouvelles

Étude épidémiologique de McGill sur les survivants du Titanic

Une étude peu commune sur les survivants du Titanic parue aujourd'hui dans le British Medical Journal et menée par des chercheurs de l'Université McGill révèle que les passagers ayant survécu au naufrage du navire n'avaient pas une espérance de vie inférieure à l'ensemble de la population.

Plusieurs chercheurs se sont penchés sur le stress post-traumatique vécu par les personnes qui survivent à une catastrophe, mais peu ont étudié leur longévité. Le film Titanic (1997) a mis en scène un personnage de fiction, mais, jusqu'à aujourd'hui, la longévité des vrais survivants en tant que groupe n'avait jamais été examinée.

L'espérance de vie des survivants au naufrage du Titanic a-t-elle été abrégée ou ont-ils au contraire survécus aux gens qui dormaient paisiblement la nuit du 14 au 15 avril 1912 ?

James A. Hanley, professeur au Département d'épidémiologie, de biostatistique et de santé au travail de McGill, a collaboré avec des étudiants diplômés pour apporter une réponse à cette question. Ils ont limité leurs recherches aux passagers et utilisé les biographies qui figurent dans l'Encyclopedia Titanica, un site Web dans lequel on déclare posséder [traduction] « les listes de passagers et d'équipage les plus exactes jamais établies ».

Ils ont retracé 435 des 500 passagers inscrits comme survivants et ont calculé le nombre de personnes en vie à chaque date anniversaire du naufrage. (Consultez le site web pour prendre connaissance de l'étude complète.