Les réactions du principal de McGill face au budget du Québec

Nouvelles

Le principal de l’Université McGill, M. Bernard Shapiro, s’est dit soulagé d’apprendre que le gouvernement du Québec a finalement atteint son objectif du déficit zéro. Dans une série d’interviews qu’il a données ces 24 dernières heures, il a également loué les mesures prises par le gouvernement pour reconnaître le rôle stratégique des universités dans le développement de la nouvelle économie du savoir. "Tous les investissements dans le domaine de l’éducation annoncés par M. Bernard Landry dans son budget de cette semaine sont des éléments cruciaux de notre relance globale et semblent nous mettre sur la bonne voie", a fait observer le principal.

En même temps, M. Shapiro souligne qu’à défaut de prendre des mesures draconiennes à propos du budget de base de toutes les universités du Québec, les initiatives du gouvernement "ne produiront pas les dividendes escomptés". Et il ajoute, "Si nos universités n’ont pas les moyens de rémunérer leur corps enseignant, et surtout d’engager de jeunes professeurs, c’est tout l’avenir de l’enseignement supérieur du Québec qui est sérieusement compromis. Nous avons besoin dès aujourd’hui de professeurs et de chercheurs de calibre international bouillonnants d’idées novatrices pour rester fidèles à la tradition d’excellence internationale essentielle au bien-être de notre société et à la place que nous occuperons dans l’économie mondiale du XXIe siècle".