Les prothèses amovibles sur implants peuvent-elles contribuer à l'amélioration de la santé?

Nouvelles

Des chercheurs de l'Université McGill recherchent des personnes désireuses de participer à une étude comparative des prothèses conventionnelles et des prothèses amovibles sur implants.

Plus de la moitié des Québécois âgés de plus de 65 ans sont aujourd'hui complètement édentés. Il s'agit là d'une situation très préoccupante, puisque les études médicales démontrent que la perte des dents modifie l'alimentation et affecte l'état de santé général.

Des chercheurs de la Faculté de médecine dentaire et du Centre hospitalier de l'Université McGill sont convaincus que les prothèses sur implants pourraient être la solution au problème. Selon des études récentes, les personnes qui optent pour des prothèses amovibles sur implants sont très satisfaites et prétendent à une nette amélioration de leur qualité de vie, au point qu'elles rejettent à jamais l'idée de revenir aux prothèses conventionnelles.

« Les prothèses sur implants sont plus confortables et facilitent grandement la mastication, » selon Jocelyne Feine, professeur à la Faculté de médecine dentaire de McGill, et Jose Morais, chercheur au Centre hospitalier de l'Université McGill. Ils ont publié les résultats préliminaires d'une étude dans laquelle ils confirment l'amélioration de l'état nutritionnel chez les Canadiens édentés qui portent des prothèses amovibles sur implants.

Les docteurs Feine et Morais, ainsi que leurs adjoints à la recherche, lancent une invitation aux personnes âgées de 65 ans et plus, en vue de participer à un important essai clinique parrainé par l'initiative des Instituts de recherche en santé du Canada. Les scientifiques évalueront l'incidence d'une meilleure mastication sur l'amélioration de l'alimentation et de l'état de santé général.

Les journalistes désireux de rencontrer les scientifiques concernés pour discuter du sujet de recherche, peuvent s'adresser à Sylvain-Jacques Desjardins, relationniste, (514) 398-6752. Les personnes qui veulent participer à l'essai clinique doivent communiquer avec l'adjoint à la recherche, Nicolas Drolet, (514) 398-2021.