Le vide préadoption

Nouvelles

Les difficultés que posent les programmes de préadoption et d’adoption au Canada examinées par un chercheur de McGill

Le nombre d’enfants canadiens confiés à des agences de protection de l’enfance a pratiquement doublé en l’espace de cinq ans. En effect, le nombre d’enfants placés actuellement en famille d’accueil au Canada se chiffre aujourd’hui à 70 000 selon le Conseil d’adoption du Canada, contre 40 000 en 1995. Près de la moitié de ces enfants attendent d’être adoptés.

Le nombre exponentiel d’enfants privés d’un foyer qui leur soit propre, et les divers problèmes que cause l’absence de figures parentales permanentes, ne sont que l’un des aspects auxquels Carol Cumming Speirs a consacré l’essentiel de ses travaux de recherche. Professeur à l’École de service social de l’Université McGill et clinicienne intervenant auprès d’enfants et de familles, elle rendra publique une partie des résultats de ses recherches à l’occasion du 7e congrès de l’Association mondiale de santé mentale du nourrisson.

Ce congrès, qui se tiendra des 26 au 30 juillet à l’Hôtel Reine Elizabeth (900, boulevard René-Lévesque), permettra à des spécialistes internationaux de se réunir et d’examiner les différents problématiques concernant les enfants d’aujourd’hui. Les journalistes qui souhaitent interviewer le professeur Cumming Speirs ou assister à la séance d’affiche qu’elle animera le 28 juillet, de 1 h30 à 15 h 00, sont priés a le contacter directement ou d’appeler Sylvain-Jacques Desjardins au 514-398-6752.

Parmi les principaux aspects concernant le placement en famille d’accueil et l’adoption que Mme Cumming Speirs entend examiner, mentionnons :
- les différentes lois qui maintiennent les enfants placés en famille d’accueil dans un vide juridique et empêchent leur adoption;
- les différences dans les lois sur la protection de l’enfance entre les différentes provinces canadiennes;
les politiques qui empêchent l’adoption au Canada;
- les notions périmées qui persistent au sujet de l’adoption, y compris celles voulant que l’adoption soit une affaire familiale privée exclue de l’intervention des pouvoirs publics ou des organismes de protection de l’enfant;
- l’idée fausse voulant que les couples ne souhaitent pas adopter d’enfants avec des besoins particuliers.

Parmi les problèmes que les enfants placés en famille d’accueil rencontrent au jour le jour et que Mme Cumming Speirs entend évoquer, mentionnons :
- les enfants placés en famille d’accueil passent de foyer en foyer (jusqu’à cinq foyers tous les trois ans selon l’Adoption Council of Canada), ce qui les empêche de tisser des liens stables pendant leurs jeunes années;
- ces enfants peuvent avoir d’importantes difficultés psychologiques, émotives et sociales.

Pendant la séance d’information, le professeur Cumming Speirs évoquera également les solutions qu’il est possible d’apporter en vue d’améliorer le système d’adoption et de placement en foyer d’accueil au Canada. Parmi les remèdes qu’elle propose, mentionnons le financement par les pouvoirs publics de services d’adoption (pour autoriser le recrutement d’un plus grand nombre d’agents des adoptions), l’intensification des opérations de recrutement de couples qui souhaitent adopter et l’augmentation des services pré et post-adoption offerts aux familles adoptives et candidates à l’adoption.