Le secret de l'Arctique dévoilé : Les dinosaures ont foulé le sol du Grand Nord canadien

Nouvelles

Le professeur Hans Larsson, paléontologue de l'Université McGill, a relevé des preuves concrètes attestant que les régions arctiques du Canada ont connu une ère jusique. Les scientifiques soupçonnaient que des dinosaurest habité dans le Grand Nord canadien à des époques éloignées; néanmoins, leurs soupçons restaient à prouver, puisqu'on n'avait jamais découvert d'ossements.

Il n'en est plus ainsi. M. Larsson a trouvé des ossements de tyrannosaures, qui, jusqu'à maintenant, avaient été observés uniquement dans les provinces des Prairies du Canada et dans l'ouest des États-Unis. « Nous avons pu confirmer que de grands dinosaures prédateurs et de nombreux végétaux avaient existé dans l'Extrême-Arctique », a-t-il affirmé.

« Nous avons découvert des restes de dinosaures », a poursuivi M. Larsson, qui, en compagnie d'une équipe de chercheurs, a parcouru à pied jusqu'à 25 kilomètres par jour pendant un mois, afin de localiser des ossements au cours des étés 2003 et 2004. « On ne le croirait pas, mais des dinosaures et une grande diversité de végétaux ont existé dans l'Extrême-Arctique il y a 240 à 65 millions d'années. »

Il s'agissait des premières expéditions de M. Larsson dans l'Arctique. Il s'est également rendu à cinq reprises en Afrique de l'Ouest, en quête d'éventuels fossiles de dinosaures. Il affirme que la tâche n'est pas facile. Les fouilles dans l'Arctique l'ont obligé à marcher pendant des heures en transportant un lourd équipement, tandis que les recherches en Afrique lui ont imposé un soleil accablant et de l'eau insalubre. Néanmoins, l'effort en valait la peine. « La possibilité d'apporter un éclairage nouveau sur la vie à ces époques reculées me motive à poursuivre mes recherches », déclare le scientifique.

M. Larsson, qui enseigne la biologie et assume les fonctions de conservateur du département de paléontologie des vertébrés du Musée Redpath de McGill, s'intéresse surtout à la découverte d'espèces inconnues. Les archosauriens (crocodiles), les oiseaux et les dinosaures présentent pour lui un intérêt particulier. Il se consacre à deux pistes de recherche parallèles : la collecte de fossiles et la biologie du développement.

M. Larsson vise principalement à retracer l'évolution d'une espèce, de même que son développement. Ses recherches au Niger, avec le paléontologue de l'Université de Chicago Paul Sereno, ont entraîné la découverte de huit espèces inconnues de dinosaures et de cinq nouvelles espèces de crocodiles. Pour de plus amples renseignements au sujet de M. Larsson, consultez le site Web du McGill Reporter.