La principale Munroe-Blum précise cependant qu'il reste encore beaucoup à faire

Nouvelles

Selon Heather Munroe-Blum, principale de l'Université McGill, le gouvernement du Québec a respecté ses engagements en matière de santé et d'éducation envers les Québécois dans son budget provincial 2004-2005. Cependant, il reste encore beaucoup à faire.

«Malgré sa situation financière difficile, le gouvernement du Québec a démontré son engagement envers l'enseignement supérieur, ce qui est encourageant», déclare Mme Munroe-Blum, qui a assisté au discours du budget à Québec.

«Nous sommes heureux que le gouvernement ait réaffirmé son engagement à examiner la situation financière des universités à la fin de la Commission parlementaire, poursuit-elle. Le budget d'aujourd'hui démontre clairement la volonté du gouvernement Charest de remettre le système sur pied et de faire du Québec un des chefs de file de l'économie mondiale du savoir.»

«Nous croyons que les besoins d'investissements sont criants, ajoute Mme Munroe-Blum. Le financement des universités au Québec reste inférieur d'environ 375 millions de dollars par an à la moyenne canadienne. Le budget d'aujourd'hui augmente de 113 millions de dollars le financement des frais de fonctionnement des universités, lequel passe à 1,8 milliard de dollars. Or, le gouvernement a reconnu qu'il était nécessaire d'investir de toute urgence au moins 375 millions de dollars.»

«Nous sommes impatients de travailler avec le gouvernement du Québec afin de réaliser le plein potentiel de ces investissements et d'assurer le bon fonctionnement du système au profit des Québécois», affirme-t-elle.

Entre autres mesures favorables annoncées dans le budget, Mme Munroe-Blum note l'appui solide accordé au système québécois de santé, ce qui augure bien pour le développement du Centre universitaire de santé McGill et de l'autre grand hôpital d'enseignement de Montréal, le CHUM.