La Chaire de recherche industrielle CRSNG - Fondation J.-Armand-Bombardier en dynamique des fluides numérique

Nouvelles

La Chaire de recherche industrielle CRSNG - Fondation J.-Armand-Bombardier en dynamique des fluides numérique

Le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) et la Fondation J.-Armand-Bombardier ont uni leurs efforts pour créer une nouvelle chaire de recherche industrielle à la faculté de génie de l'Université McGill. Lors d'une cérémonie tenue aujourd'hui à l'Université, on a annoncé l'attribution de cette chaire à M. Wagdi Habashi, professeur au département de génie mécanique et chef de file mondial dans le domaine de la dynamique des fluides numérique (DFN).

« Nous espérons vivement que cette chaire en aérospatiale deviendra un forum au sein duquel les spécialistes du Canada et du monde pourront avoir des échanges fructueux, de souligner M. Robert E. Brown, président et chef de la direction de Bombardier Inc. Cette chaire permettra non seulement de consolider l'enseignement et la recherche en aérospatiale, mais encore de préparer des générations d'étudiants à des postes de leadership de l'industrie. »

« La création de cette chaire vient souligner les réalisations remarquables du professeur Habashi dans son domaine et son apport colossal au savoir-faire du Canada dans le secteur de la haute technologie, a déclaré M. John E. Gruzleski, doyen de la faculté de génie de McGill. Cette chaire confère une dimension nouvelle aux travaux que dirige M. Habashi dans plusieurs domaines de grand intérêt pour l'industrie aérospatiale mondiale, et en particulier du Québec, où de prestigieuses sociétés comme Bombardier jouent le rôle de moteur économique. »

En voie de devenir la principale méthode de conception des nouveaux aéronefs, la DFN s'est développée grâce au perfectionnement des superordinateurs. La DFN consiste en une simulation mathématique de l'écoulement d'air sur les divers éléments des aéronefs. Elle permet aux concepteurs de faire varier la forme de ces éléments et d'en évaluer « virtuellement » la performance aérodynamique et le rendement dans une foule de conditions réelles. On peut ainsi réduire le nombre d'essais en soufflerie et en vol – dont le coût est souvent élevé – auxquels les modèles sont soumis. La DFN permet d'optimiser la conception, d'accroître la performance aérodynamique des aéronefs et des moteurs, de rendre les cabines plus silencieuses et d'améliorer la résistance des moteurs et des pièces au givrage en vol.

Le professeur Habashi dirige à McGill le laboratoire de DFN, dont les travaux portent essentiellement sur la résolution de problèmes tridimensionnels issus de l'industrie, orientation qui l'a amené à travailler en étroite collaboration avec les grandes entreprises aérospatiales de la région et du monde entier. Des sociétés phares comme Bombardier et Pratt et Whitney se servent des résultats des travaux réalisés et des méthodes élaborées dans ce laboratoire pour construire des pièces d'aéronefs et de moteurs plus performantes et ce, plus rapidement et à moindre coût.

La création de cette nouvelle chaire est rendue possible par les subventions appréciables et égales du CRSNG et de la Fondation Bombardier ainsi que la toute première contribution de la société Silicon Graphics à une chaire universitaire.

« L'efficacité, la sécurité et la performance des aéronefs bénéficieront grandement des superbes modèles informatiques proposés par M. Habashi, a déclaré le président du CRSNG, M. Tom Brzustowski. Je félicite l'Université McGill et la Fondation J.-Armand-Bombardier d'avoir établi ce nouveau partenariat dans un domaine aussi crucial. Je félicite également Silicon Graphics pour sa participation. »

Wagdi Habashi a fait son baccalauréat (avec très grande distinction) et sa maîtrise à l'Université McGill, puis a fait un doctorat à Cornell. Avant de revenir à McGill il y a quelques années, M. Habashi a enseigné à l'Université Concordia, à Montréal, où il a reçu divers prix et bourses, dont une subvention de 12 500 000 $ de la Fondation canadienne pour l'innovation en 1999 pour une installation de recherche interdisciplinaire en superinformatique, le prix Succès pour innovation et progrès technologiques de Pratt et Whitney Canada, une bourse de recherche de Pratt et Whitney, le prix de recherche universitaire de l'Université Concordia et le prix Cray Gigaflop pour le programme informatique le plus rapide au monde. M. Habashi figurait en outre au palmarès des 10 chercheurs les plus prestigieux de Montréal publié par le quotidien The Gazette dans le cadre d'une série intitulée « Montreal in the Year 2000 ».

En 2000, un consortium universitaire québécois (le CLUMEQ) dirigé à McGill par le professeur Habashi s'est vu décerner par la FCI une autre subvention de 8 000 000 $ pour des travaux sur la simulation et la visualisation numériques haute performance. Cette somme sera consacrée à l'installation à McGill du plus gros superordinateur du Canada, qui servira aux membres du CLUMEQ.

Le professeur Habashi est membre de l'Académie canadienne du génie et de la Société américaine de génie mécanique et rédacteur en chef de la revue International Journal of CFD (IJCFD), publiée par Taylor & Francis.