Experts: Temps des Fêtes 2020

Nouvelles

Publié: 2déc2020

Le Service des relations avec les médias de l'Université McGill vous suggère les sources suivantes pour vos histoires des Fêtes :

Alimentation et cuisine | Bien-être et spiritualité | Dépendances et toxicomanie | Donner au prochain | Enfants et le temps d'écran | Exercice et activité physique | Isolement et solitude | Magasinage des Fêtes | RésolutionsVisites à l'hôpital et urgences | Voyager durant les Fêtes

Alimentation et cuisine

Nathalie Cooke, professeure titulaire, Département d'anglais

« Bien que la saison des Fêtes soit un peu différente de la précédente en raison de la pandémie de COVID-19, ce peut être aussi le temps de profiter des plaisirs de la vie à la maison. À une période où les gens recherchent le confort et la connexion, se tourner vers la cuisine et la confection de certaines de vos recettes préférées peut apporter un sentiment de bonheur et de nostalgie et, espérons-le, créer des moments mémorables avec vos proches ».

Nathalie Cooke est professeure titulaire au Département d'anglais et doyenne associée de la Division des livres rares et fonds spéciaux du Service des archives de l’Université McGill. Ses recherches portent sur le façonnage des goûts et des pratiques littéraires et culinaires au Canada.

nathalie.cooke [at] mcgill.ca (anglais)

Bien-être et spiritualité

Robert Whitley, professeur agrégé, Département de psychiatrie

« Les restrictions liées à la COVID-19 ont entraîné la séparation des personnes, des lieux et des activités sociales qui donnent un but et un sens à nos vies. Cela peut entraîner la sensation de solitude. Cela dit, il y a une différence cruciale entre être seul et être isolé. La solitude peut inspirer un renouveau par la réflexion et l'introspection et peut également donner du temps pour des activités significatives, notamment la méditation, la prière, l'exercice, l'écriture, les arts créatifs et d'autres activités qui peuvent favoriser une santé mentale positive. Il n'est pas nécessaire que tout soit sombre ».

Robert Whitley est professeur agrégé au Département de psychiatrie et chercheur principal du Groupe de recherche et d'intérêt en psychiatrie sociale (SPRING) au Centre de recherche de l'hôpital Douglas. Ses trois principaux intérêts de recherche sont le rétablissement, la stigmatisation et la santé mentale des hommes. Il dirige des projets financés par les Instituts de recherche en santé du Canada, la Commission de la santé mentale du Canada, le Conseil de recherche en sciences humaines et la Fondation Movember.

robert.whitley [at] mcgill.ca (anglais, français)

Dépendances et toxicomanie

Rachel Rabin, professeure adjointe, Département de psychiatrie

« Alors que la période des Fêtes est une occasion joyeuse pour certains, les mois de décembre et janvier peuvent apporter du stress, de l'anxiété, la dépression et la fatigue pour d'autres. Être attentif, prendre conscience des facteurs déclenchants de la consommation de substances, rester en contact avec les réseaux de soutien et demander de l'aide sont des stratégies qui peuvent aider les personnes à faire face à une consommation abusive de substances en ces temps difficiles ».

Rachel Rabin est professeure adjointe au Département de psychiatrie et chercheuse au centre de recherche Douglas. Son programme de recherche vise à mieux comprendre le dysfonctionnement neurocognitif et social chez les personnes souffrant de troubles liés à la consommation de substances psychoactives dans les populations psychiatriques (par exemple, la schizophrénie) et non psychiatriques.

rachel.rabin [at] mcgill.ca (anglais)

Donner au prochain

Eric Latimer, professeur titulaire, Département de psychiatrie

« La période des Fêtes nous appelle à être particulièrement généreux envers les personnes dans le besoin. Année après année, nous faisons des dons à des associations caritatives qui s'occupent des personnes sans domicile fixe. Pourtant, le nombre de ces personnes ne fait qu'augmenter, en partie parce que les loyers augmentent plus vite que les revenus au bas de l'échelle salariale. Il n'est pas nécessaire qu'il en soit ainsi. En finançant des équipes spécialisées pour aider les personnes à retrouver un logement permanent, ainsi que des logements plus abordables et des programmes de prévention plus ciblés, nous pourrions nous mettre sur la voie de la réduction et, à terme, de l'élimination du phénomène des sans-abri, comme la Finlande est en bonne voie de le faire ».

Eric Latimer est professeur titulaire au Département de psychiatrie et directeur du programme de recherche sur la santé mentale et la société au Centre de recherche Douglas. Économiste de la santé, ses recherches portent sur les aides communautaires aux personnes souffrant de maladies mentales graves, en particulier sur leurs aspects économiques.

eric.latimer [at] mcgill.ca (anglais, français)

Daiva Nielsen, professeure assistante, École de nutrition humaine

« L'expérience de l'insécurité alimentaire a augmenté pendant la pandémie de COVID-19. À l'approche des Fêtes, il est important de se rappeler que le soutien et la résilience des communautés sont plus importants que jamais. Les épiciers bénévoles des communautés peuvent jouer un rôle crucial en assurant l'accès à la nourriture aux membres de la communauté qui ne peuvent pas faire leurs courses dans les magasins. Envisagez d'aider un groupe de bénévoles dans votre communauté afin de vous assurer que les besoins essentiels de la vie quotidienne et autres puissent être satisfaits pour les membres les plus vulnérables de nos communautés ».

Daiva Nielsen est professeure adjointe à l'École de nutrition humaine. Elle dirige actuellement une étude visant à comparer les expériences d'approvisionnement alimentaire des ménages dans différentes régions du Québec, y compris celles qui sont les plus touchées par la COVID-19.

daiva.nielsen [at] mcgill.ca (anglais)

Enfants et le temps d'écran

Victoria Talwar, professeure titulaire et directrice, Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling

« Pendant les vacances, quand il y aura plus de temps non structuré, la tentation de recourir à des activités sur écran augmentera pour les familles avec enfants. Il est plus facile de limiter le temps passé devant l'écran si les parents planifient et encouragent d'autres activités. Il peut s'agir d'activités comme les jeux, la cuisine, le bricolage ou la lecture. Il est important pour le bien-être de tous que les familles disposent de temps de qualité pour interagir entre elles et pour faire des choses intéressantes et amusantes loin des écrans ».

Victoria Talwar est professeure titulaire et directrice du Département de psychopédagogie et de psychologie du counseling. Elle est titulaire de la chaire de recherche du Canada en psychologie du développement. Ses recherches portent sur la déception verbale chez les enfants, le développement moral des enfants, la compréhension de la théorie de l'esprit et le comportement, la connaissance des règles de visualisation expressive des enfants et leur comportement.

victoria.talwar [at] mcgill.ca (anglais)

Exercice et activité physique

Gordon Bloom, professeur titulaire, Département de kinésiologie et d'éducation physique

« Nombreux sont ceux qui perdent leur motivation à faire de l'exercice, car les programmes sportifs et les centres de sport restent fermés en raison de la COVID-19. Bien qu'il y ait moins de choix quant à ce que nous pouvons faire et où nous pouvons le faire, nous pouvons surmonter certains de ces obstacles grâce à une réflexion créative. Par exemple, nous pouvons renforcer notre corps en nous concentrant sur la flexibilité ou l'entraînement cardiovasculaire à domicile. Nous pouvons également faire ces entraînements avec des amis, des coéquipiers ou des proches via des plateformes en ligne, telles que Skype ou Zoom. Mettons-nous au défi de surmonter ces obstacles et de continuer à faire de l'exercice et à rester en forme ».

Gordon Bloom est professeur titulaire au Département de kinésiologie et d'éducation physique. Ses recherches portent sur la psychologie du sport, la pédagogie, les connaissances et les comportements des entraîneurs, la consolidation d'équipe et la psychologie des blessures sportives telles que les commotions cérébrales.

gordon.bloom [at] mcgill.ca (anglais)

Steven Grover, professeur titulaire, Département de médecine, Division de la médecine interne

« Pendant l'isolement social qui entoure la pandémie, on constate de plus en plus de signes de stress, d'anxiété, de dépression, de mauvaise qualité de sommeil, de prise de poids et de sédentarité. L'exercice régulier s'est avéré être une thérapie très efficace pour prévenir et traiter ces problèmes de santé. En conséquence, l'exercice quotidien est sans doute l'un des traitements les plus importants disponibles pour améliorer notre santé physique et mentale pendant la pandémie, et tout au long de l'année ».

Steven Grover est professeur titulaire au Département de médecine et chercheur principal à l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill. Ses recherches portent sur l'importance de l'exercice physique, d'une alimentation saine et d'autres interventions liées au mode de vie pour améliorer la santé, ainsi que sur les interventions digitales et de santé en ligne utilisant des plateformes en ligne.

steven.grover [at] mcgill.ca (anglais, français)

Isolement et solitude

Joe Flanders, professeur adjoint, Département de psychologie

« Les Fêtes sont un moment important pour nous permettre de faire une pause dans le quotidien, de nous connecter avec les autres et de nous ressourcer. Pour certains, l'espoir que tout cela puisse être réalisé dans une période pleine d'événements et de réunions familiales est irréaliste et beaucoup risquent de se sentir déçus, voire pire. Nous nous sentons tous un peu isolés et démunis ces jours-ci et une petite plage horaire pour se réunir et se connecter semble terriblement insuffisante. Cela dit, les restrictions vont probablement calmer le rythme effréné typique de la saison des Fêtes cette année, ce qui pourrait atténuer une partie du stress ».

Joe Flanders est professeur adjoint au Département de psychologie et le fondateur et directeur de la clinique MindSpace, une clinique basée à Montréal qui promeut le bien-être des individus, des organisations et des communautés. Il prodigue des thérapies de type cognitivo-comportementales de même que de l’entraînement en méditation pleine conscience.

joe.flanders [at] mcgill.ca (anglais, français)

Anna Weinberg, professeure adjointe, Département de psychologie

« Le stress est un facteur de risque pour toute une série de problèmes de santé, notamment une augmentation de l'anxiété et de la dépression. La pandémie de COVID-19 comporte de nombreux éléments qui en font un facteur de stress particulièrement puissant, notamment sa nature chronique, sa capacité à éroder les sources de confort, comme le soutien social, et l'incertitude durable qu'elle a injectée dans tant de secteurs de notre vie. Nous constatons déjà une aggravation des symptômes d'anxiété et de dépression dans le monde entier, et ces effets pourraient s'accentuer avec le temps, à mesure que les effets de la pandémie continuent à se faire sentir. Cependant, tout le monde ne vit pas la pandémie de la même façon, et les individus sont plus ou moins sensibles aux effets du stress. Il est essentiel de s'attaquer à la fois à la répartition inégale du stress lié à la pandémie et de promouvoir des stratégies que les individus peuvent utiliser pour se protéger des effets néfastes du stress ».

Anna Weinberg est professeure adjointe au Département de psychologie. Elle est titulaire de la chaire de recherche du Canada en neuroscience clinique. Ses recherches se concentrent sur l'identification des voies biologiques qui donnent lieu à une expérience émotionnelle déséquilibrée.

anna.weinberg [at] mcgill.ca (anglais)

Magasinage des Fêtes

Maxime Cohen, professeur agrégé, Faculté de gestion Desautels

« Le magasinage des Fêtes est un phénomène exceptionnel cet année. Les détaillants devront redoubler d'efforts créatifs pour attirer à la fois les clients locaux dans leurs magasins physiques et les clients internationaux dans leurs boutiques en ligne. Cette année plus que jamais, l'analyse des données peut être mise à profit pour proposer des offres personnalisées qui peuvent être gagnantes à la fois pour les détaillants et les consommateurs ».

Maxime Cohen est professeur agrégé de gestion de la vente au détail et de gestion des opérations à la Faculté de gestion Desautels et codirecteur du Laboratoire d'innovation en commerce de détail. Son expertise se situe à l'intersection de la science des données et de la gestion des opérations.

maxime.cohen [at] mcgill.ca (anglais, français)

Anwar White, chargé de cours, Faculté de gestion Desautels

« Les emplettes des Fêtes se déplacent de plus en plus vers le commerce en ligne au fil des ans - environ 20 % en 2019. Ces chiffres devraient maintenant se rapprocher d'un tiers. Tout comme les détaillants doivent transformer et faire évoluer leur façon de faire des affaires, les consommateurs changent également leurs habitudes d'achat. Vous remarquerez une plus grande participation avec l'offre de ramassage en magasin, les kiosques en magasin et les achats en ligne de la part de clients qui n'avaient jamais fait ces choses auparavant ».

Anwar White est chargé de cours à la Faculté de gestion Desautels. Un vétéran de l'industrie du commerce de détail, il a rejoint l'École Bensadoun de commerce au détail en tant que directeur du nouveau programme de maîtrise en gestion du même secteur en 2019.

anwar.white [at] mcgill.ca (anglais)

Résolutions

Anne Holding, boursière postdoctorale, Département de psychologie

« Lorsque vous choisissez vos objectifs, faites bien attention à la façon dont vous utilisez vos mots. Votre objectif est-il quelque chose que vous "devez faire", "devriez faire" ou quelque chose que vous "voulez faire"? Les recherches suggèrent que vous réussirez beaucoup mieux à atteindre les objectifs que vous souhaitez réellement atteindre plutôt que les objectifs que vous ressentez une pression et que vous vous sentez obligé de poursuivre. Si vous constatez que vous ne voulez vraiment pas travailler sur votre objectif ou que vous vous sentez tout simplement trop fatigué et épuisé, envisagez d'adapter l'objectif à quelque chose qui vous excite davantage ou de le laisser tomber en entier – peut-être que ce n'est pas le bon moment pour le réaliser ».

Anne Holding vient d'obtenir son doctorat au Département de psychologie, où elle travaille actuellement comme boursière postdoctorale au Laboratoire de motivation humaine de McGill. Ses recherches portent sur la motivation autonome, le désengagement des objectifs et les antécédents motivationnels.

anne.holding [at] mail.mcgill.ca (anglais)

Richard Koestner, professeur titulaire, Département de psychologie

« Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'année 2020 a été une année à nulle autre pareille. Comme elle touche à sa fin, nous pourrions être enclins à prendre des résolutions plus ambitieuses pour le Nouvel An afin de rattraper ce qui pourrait être considéré comme du temps "perdu". En temps normal, 80 % des gens se concentrent sur des objectifs de réussite personnelle, comme perdre du poids ou améliorer leur condition physique. À la lumière des effets isolants de la pandémie de COVID-19, il pourrait être plus bénéfique pour notre bien-être de se concentrer plutôt sur des objectifs sociaux en 2021, tels que renouer avec de vieux amis - virtuellement au début, mais en personne après nos vaccinations ».

Richard Koestner est professeur titulaire au Département de psychologie et directeur du Laboratoire de motivation humaine de l'Université McGill. Depuis plus de 30 ans, il mène des recherches sur les processus de fixation d'objectifs, d'autorégulation et d'internalisation.

richard.koestner [at] mcgill.ca (anglais)

Visites à l'hôpital et urgences

Zachary Levine, professeur agrégé, Département de médecine d'urgence

« Pour les problèmes de santé mineurs, les gens doivent se demander s'il existe d'autres bonnes options, comme les cliniques locales, avant de se rendre aux urgences. Toutefois, ils ne doivent pas hésiter à se rendre aux urgences s'ils ressentent des symptômes inquiétants ou potentiellement mortels. Pendant cette phase de la pandémie de COVID-19, les personnes présentant des symptômes légers doivent se faire tester et s'isoler à domicile. Si elles ressentent des symptômes inquiétants tels que l'essoufflement, elles doivent se rendre aux urgences. Si elles ne sont pas sûres, elles peuvent appeler le 811 pour déterminer si elles doivent se rendre à l'hôpital ainsi que pour savoir lequel, car tous les hôpitaux n'admettent pas de patients atteints de la COVID-19 ».

Zachary Levine est professeur agrégé au Département de médecine d'urgence et médecin au Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Ses domaines d'expertise comprennent la sensibilisation de la communauté, la médecine d'urgence gériatrique et la prévention des erreurs médicales.

zachary.levine [at] mcgill.ca (anglais)

Voyager durant les Fêtes

John Gradek, chargé de cours, École d’éducation permanente

« L'industrie aéronautique canadienne n'est pas la seule à se positionner pour tenter d'attirer les voyages aériens durant la période des Fêtes. D'importants efforts de marketing ont été déployés pour promouvoir l'hygiène de l'expérience aérienne, ainsi que le nombre d'initiatives visant à tester utiliser des tests de dépistage pour la COVID-19 à l'arrivée dans les aéroports de Toronto et de Calgary à titre d'essai. Les responsables canadiens de la santé publique restent fidèles à leur recommandation de n'entreprendre que les voyages essentiels, et que les arrivants au Canada doivent se soumettre à une quarantaine de 14 jours. La décision de voyager pendant cette période de vacances nécessite une évaluation des risques très personnelle de toute l'expérience et de l'état de santé du voyageur ».

John Gradek est chargé de cours dans le programme de diplôme en gestion intégrée de l'aviation ainsi que dans les programmes de certificat et de diplôme en logistique et gestion de la chaîne d'approvisionnement. Il a occupé des postes de haute direction chez Air Canada dans les domaines du marketing et de la planification et a travaillé à l’élaboration et à la prestation de programmes de gestion des lignes aériennes commerciales pour l’Institut international de formation en gestion aéronautique civile.

john.gradek [at] mcgill.ca (anglais, français)

Vincent Poirier, professeur adjoint, Département de médecine d'urgence

« En voyage, la transmission du SRAS-CoV-2 est un risque réel, qui peut être minimisé en combinant plusieurs stratégies d'atténuation. Celles-ci comprennent le port obligatoire d'un masque à bord, la minimisation du temps passé sans masque à manger, l'activation d'un flux d'air plus important pendant le vol, la désinfection fréquente des mains, la désinfection des surfaces à contact élevé, la promotion de la distance lors de l'embarquement et du débarquement et la limitation des mouvements des passagers à bord. La mise en place d'un laissez-passer médical numérique standardisé pour la COVID-19 et un meilleur traçage des contacts peuvent être des facteurs clés pour permettre un retour progressif et sûr à un voyage durable et responsable ».

Vincent Poirier est professeur adjoint au Département de médecine d'urgence et médecin et spécialiste en médecine aéronautique au Centre universitaire de santé McGill. Il est également le co-fondateur et le directeur du cours sur les urgences médicales à bord qui enseigne aux professionnels de la santé comment gérer les urgences médicales en vol. Son expertise est sollicitée par de grandes compagnies aériennes, comme Air Canada et Air Transat, où il agit à titre de consultant médical sur la santé des passagers.

vincent.poirier [at] mcgill.ca (anglais, français)

Coordonnées

Contact: 
Frederique Mazerolle
Organisation: 
Université McGill
Courriel: 
frederique.mazerolle [at] mcgill.ca
Téléphone au bureau: 
(514) 398-6693
Téléphone cellulaire: 
(514) 617-8615
Back to top