De la table de travail au marché

Nouvelles

McGill, John-Abbott et l'IRB élaborent un nouveau programme de formation.

Sans un investissement considérable en ressources humaines, le Canada risque de perdre sa position à titre de chef de file dans l'économie axée sur la biotechnologie. Le campus Macdonald de l'Université McGill, le Cégep John-Abbott et l'Institut de recherche en biotechnologie du Conseil national de recherches du Canada (IRB-CNRC) ont signé une entente afin de mettre sur pied un programme intégré en bioprocédés et biofabrication selon les bonnes pratiques de fabrication (BPF) visant à former ce futur personnel hautement qualifié.

Cette alliance novatrice, une première entre une université, un cégep et un centre fédéral de recherches, permettra de simplifier la formation à l'égard des bioprocédés et de la biofabrication, à l'échelle locale, à l'intention des techniciens au niveau collégial, des ingénieurs au niveau universitaire et des professionnels de l'industrie.

« L'industrie des bioprocédés et de la biofabrication représente la prochaine étape de la révolution des sciences de la vie génératrice de richesse pour la société canadienne », a indiqué Mme Deborah Buszard, doyenne de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'environnement de l'Université McGill. « L'expertise de l'Université McGill et du Cégep John-Abbott dans ces domaines ainsi que le partenariat conclu avec l'IRB-CRNC permettront d'offrir une formation pratique à l'échelle industrielle afin de répondre aux besoins de l'industrie. Des investissements futurs, sur le plan de nos ressources humaines et de nos installations liées aux sciences biologiques, nous permettront d'occuper une place prépondérante pour offrir de tels programmes. »

Les bioprocédés regroupent une vaste gamme de techniques utilisées dans la mise au point et la fabrication de médicaments fondés sur les sciences biologiques, qu'il s'agisse de produits biopharmaceutiques, biologiques ou agroalimentaires et de fertilisants. Le Canada, qui compte 470 entreprises dans ce secteur, occupe le deuxième rang mondial à ce titre. Un nombre considérable de ces entreprises devront bientôt combler leurs besoins de production à l'égard des essais précliniques et de phase I, II et III. En effet, les entreprises viendront ajouter de nouveaux produits biologiques au portefeuille qui en compte déjà au-delà de 300. Les protéines recombinantes et les anticorps monoclonaux représentent des ventes de 34 milliards de dollars à l'échelle mondiale. Seule une main-d'œuvre compétente et ultraspécialisée permettra au Canada de bénéficier pleinement des retombées de cette industrie.

« L'élaboration d'un programme intégré de formation par le biais de cette alliance est une première canadienne et se rattache à la stratégie du Grand Montréal en appui à l'industrie des sciences de la vie. Nous sommes prêts à jouer le rôle de chef de file dans la création de programmes d'éducation uniques dans les domaines des sciences biologiques et des technologies, ce qui permettra d'allier étroitement les systèmes existants des cégeps et des universités », a précisé M. Keith W. Henderson, directeur général du Cégep John-Abbott.

« Ce programme d'envergure nationale tire avantage de la richesse de l'expertise de Montréal », a mentionné M. Michel Desrochers, directeur général de l'IRB-CNRC. « C'est le début d'une synergie de collaboration entre John-Abbott et McGill, fondée sur des valeurs et des priorités communes. Ce partenariat offre de nombreuses occasions de satisfaire les besoins locaux et nationaux en recherche, en formation et en transfert du savoir-faire dans les sciences biologiques. L'IRB-CNRC et ses partenaires industriels locaux en bioprocédés sont bien placés pour définir les besoins de l'industrie et collaborer à la conception d'un programme qui formera notre main-d'œuvre future. »

L'on prévoit mettre la dernière main aux détails de ce programme de calibre international et à la fine pointe de la technologie au printemps 2005, qui pourront alors être présentés au ministère de l'Éducation du Québec.

À propos de l'IRB-CNRC

L'Institut de recherche en biotechnologie du Conseil national de recherches du Canada (IRB-CNRC), institution fédérale qui compte plus de 900 employés, travailleurs invités et étudiants, est le plus grand institut de recherche en biotechnologie non industriel au Canada. Situé à Montréal, l'IRB-CNRC effectue des travaux de recherche dans les secteurs de la santé, de l'environnement et des bioprocédés. Le secteur des bioprocédés consacre ses activités à la production préBPF et à la mise à l'échelle d'agents thérapeutiques et d'autres composés biologiques. Son personnel est composé d'experts ayant plus de quinze années d'expérience dans les systèmes d'expression microbienne et de cellules mammifères. De plus, l'IRB-CNRC est un chef de file dans le développement d'outils analytiques et de méthodologies d'évaluation de produits pour l'atteinte d'un niveau idéal de contrôle et d'optimisation. L'IRB-CNRC a également offert un programme de formation pratique dans le domaine de la biofabrication de 1992 à 1998.

À propos du campus Macdonald de l'Université McGill

Le campus Macdonald de l'Université McGill, situé au cœur de la grappe des sciences de la vie de Montréal, est le siège de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'environnement. L'expertise première de la Faculté réside dans le domaine des biosciences visant l'amélioration de la qualité de la vie. La Faculté offre une gamme de programmes universitaires, allant du premier cycle au niveau postdoctoral, et ce, dans le domaine des sciences appliquées liées à l'environnement, à l'agriculture, à la biotechnologie, aux bioprocédés, aux sciences alimentaires, à la nutrition et à la parasitologie. Le campus héberge une usine pilote en bioprocédés et fermentation, laquelle est essentielle aux programmes de recherche et d'enseignement. Au cours des trois dernières années, la Faculté a recueilli 45 millions de dollars en fonds de recherche en plus de maintenir des collaborations avec plus de 30 industries et instituts. Enfin, la Faculté abrite quatre centres de recherche et de nombreux réseaux.

À propos du Cégep John-Abbott

Le Cégep John-Abbott offre des programmes d'éducation préuniversitaire et technique, une formation à temps partiel par le biais de cours de soir ainsi que des programmes menant à l'obtention d'Attestations d'études collégiales. Présentement, le Cégep compte plus de 5 500 étudiants inscrits à ses programmes de jour et 3 000 à ses programmes formation continue. Au-delà de 900 étudiants sont inscrits aux programmes de sciences et plusieurs autres aux programmes de technologies complémentaires au domaine en pleine croissance qu'est la biotechnologie. Ces programmes comprennent les sciences informatiques, la technologie physique avec un accent sur la photonique et les sciences infirmières. Au sein de la plus vaste concentration d'industries pharmaceutiques et biotechnologiques au Québec, le Cégep John-Abbott a toujours su s'adapter aux besoins changeants de son environnement. Il y a quatre ans, le Cégep a mis sur pied un programme d'une année conduisant à une attestation d'études collègiales dans le secteur bioindustriel et qui connaît une grande popularité. Ce programme a été conçu en collaboration étroite avec des partenaires industriels tels que DSM Biologics, l'Université McGill et l'Institut de recherche en biotechnologie du CNRC.

Source :
christine.zeindler [at] mcgill.ca (Christine Zeindler)
Relationniste
Service des affaires universitaires
514-398-6754