Conférence sur le cancer du côlon

Nouvelles

Le Centre de recherche sur le cancer de McGill présente une conférence et des ateliers sur le cancer du côlon du 10 au 13 mai, Hôtel Delta Montréal (475, avenue du Président-Kennedy). Le public est cordialement invité à l’atelier sur «Le cancer du côlon du point de vue du patient» le jeudi 11 mai à 19 h 30. Entrée libre.

Près de 200 sommités mondiales de la recherche sur le cancer colorectal (cliniciens et fondamen-talistes) participeront à une conférence de trois jours, organisée par le docteur Clifford Stanners, directeur du Centre de recherche sur le cancer de McGill, en vue de faire progresser le diagnostic, le traitement et la prévention du cancer du côlon.

Les membres du public sont par ailleurs cordialement invités à assister à l’atelier sur Le cancer du côlon du point de vue du patient organisé par l’avocat montréalais Barry Stein, lui-même atteint d’un cancer du côlon, qui aura lieu le jeudi 11mai, de 17h30 à 22h30, à l’Hôtel Delta Montréal, 475, avenue du Président-Kennedy. L’atelier permettra à tous de poser des questions à d’autres patients, à une représentante des groupes d’entraide, à un spécialiste de la chirurgie colorectale ainsi qu’à un oncologue. Les experts qui participeront à cet atelier sont les docteurs Gerald Batist, Jean Latreille, Jean Maroun ainsi que Mme Pat Kelly et des représentants de différents organismes de soutien.

Selon les statistiques 2000 sur le cancer, publiées en avril dernier par la Société canadienne du cancer, 132 100 Canadiens devraient faire l’objet d’un diagnostic de cancer cette année. Si le cancer du poumon reste le cancer le plus mortel, il est suivi de près par les cancers du côlon, du sein et de la prostate. Même si l’incidence du cancer du côlon a diminué, il n’en sera pas moins diagnostiqué chez 17 000 Canadiens cette année et l’on s’attend à ce que 6 500 d’entre eux en meurent. D’où l’importance d’une réunion internationale de spécialistes comme celle qui est prévue du 10 au 13 mai. Comme l’indique le docteur Stanners: «Le cancer du côlon mérite une attention beaucoup plus soutenue de la part des professionnels et du public que celle qui lui est réservée actuellement. Même si les connaissances sur les fondements génético-moléculaires de cette maladie se sont étoffées, les causes sous-jacentes des différentes réponses des patients souffrant de cancer du côlon restent mystérieuses.» L’inventeur d’un marqueur génétique de détection de la récurrence du cancer colorectal, le docteur Phil Gold, président honoraire de la conférence, reste pour sa part optimiste :«Nous vivons une époque extrêmement féconde et les réponses à ces questions essentielles, de même que la mise au point des traitements correspondants voient régulièrement le jour.» Pour le docteur Gerald Batist, qui présidera la séance plénière consacrée aux traitements novateurs, le samedi 13 mai, il est vrai que «notre principal souci est de transformer ces résultats en traitements curatifs efficaces.»