Conférence publique Muriel V. Roscoe

Nouvelles

La conférence Muriel V. Roscoe est parrainée par le Centre McGill de recherche et d'enseignement sur les femmes et l'Association des femmes diplômées de McGill.

Sally Armstrong
Envoyée spéciale de Chatelaine et collaboratrice de rédaction au Maclean's
"Who in the World is Responsible for What Happened to the Women in Afghanistan?" Le mercredi 30 octobre, 2002
à 18 heures
Amphithéâtre 232 du pavillon Leacock
855 ouest, rue Sherbrooke
à l'angle des rues McTavish du docteur Penfield
Le public est le bienvenu. Entrée libre

Lauryn Oates, une étudiante de McGill membre du groupe bénévole canadien Women for Women in Afghanistan, prépare une exposition qui sera à l'entrée de l'amphithéâtre . On y verra des photos et une burqa ainsi que des cartes postales à adresser au gouvernement canadien pour qu'il augmente les effectifs des forces de la paix autour de Kaboul. Il y aura aussi des livres sur les projets des femmes en Afghanistan. Pour en savoir plus sur «les femmes pour les femmes» faites le www.w4wafghan.ca ou bien adressez-vous à Lauryn Oates par Courriel: lauryn.oates [at] mail.mcgill.ca ou par téléphone (514) 346-3151. Le soir de la conférence Muriel V.Roscoe, la librairie de McGill vendra Veiled Threat , le dernier livre de Sally Armstrong, avec un rabais de 25%.

Sally Wishart Armstrong, C.M.

Une prof d'éducation physique qui devient grand reporter? Ce n'est pas évident mais c'est arrivé. C'est justement ce qu'est devenue Sally Armstrong avec un diplôme d'enseignante du collège Macdonald et un baccalauréat en éducation physique de McGill qui lui ont été décernés en 1966. Aucun sujet de reportage n'a rebuté cette journaliste à qui l'on a décerné de nombreux prix. Qu'il s'agisse de décrire le malheur des enfants voués à la prostitution à Toronto et au Bengladesh, ou la pratique du viol tactique durant les guerres de Bosnie et du Rwanda, les articles de Sally Armstrong reflètent les réalités plus dures. L'Université McGill lui décernera un doctorat honoris causa lors de la collation des grades d'automne, ce jeudi 31 octobre 2002.

Les reportages de Sally Armstrong sur la vie quotidienne des femmes afghanes sous la férule des talibans ont été très remarqués. Chronique de ses recherches des cinq dernières années, Veiled Threat: The Hidden Power of the Women of Afghanistan, décrit comment la docteure Sima Samar, maintenant vice-première ministre de l'Afghanistan , s'y est prise pour fonder des écoles illégales pour les filles et fournir des services médicaux aux femmes. Sally Armstrong a débuté dans la carrière journalistique lorsqu'on l'a invité dans les années 70, à collaborer au nouveau magazine Canadian Living, en écrivant des articles sur le conditionnement physique. Un peu plus tard, Sally Armstrong s'attaquait à des sujets passionnants. Elle a débuté par exemple dans le journalisme quotidien avec un article à la une du Globe and Mail sur l'expédition réussie d'une équipe d'alpinistes canadiens à l'assaut du Mont Everest.

En 1988, Sally Armstrong quitte le poste d'éditeur adjoint de Canadian Living, pour devenir rédactrice en chef du magazine Homemaker's. Convaincue que les femmes voulaient «plus de viande sur les os de la nouvelle» Armstrong a publié des articles percutants. Elle a décrit les femmes des forces armées canadiennes se préparant à un long voyage outremer durant la guerre du Golfe persique; elle a passé des journées de 12 heures dans le pénitencier de Kingston pour les femmes pour décrire la vie derrière les barreaux et elle a débuté sa série d'articles sur les femmes d'Afghanistan.

À l'heure actuelle, Sally Armstrong est envoyée spéciale de Chatelaine et collaboratrice de rédaction au Maclean's. Elle a été nommée en novembre dernier représentante spéciale de l'Unicef en Afghanistan, pour vérifier l'état de la situation des femmes et des enfants dans ce pays en pleine guerre contre Osama ben Laden et les talibans.

Sally Wishart Armstrong a reçu la Media Award d'Amnesty International, elle est lauréate du Women of Distinction Award in Communications du YWCA, et en1988, elle est devenue membre de l'Ordre du Canada.