Zéro fois trois

Le programme Prudence sur toute la ligne continue à prospérer, tandis que l’unité des soins intensifs du Neuro célèbre trois ans sans infections par cathéter veineux central

Le personnel de l’unité de soins intensifs (USI) de l’Hôpital neurologique de Montréal —Le Neuro—du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) a atteint un sommet en matière de soins aux patients et de contrôle des infections. L’équipe a amorcé la nouvelle année en battant son propre record dans le programme Prudence sur toute la ligne, soit en maintenant pour une troisième année consécutive son exploit de zéro infection par cathéter veineux central (CVC).

Il s’agit d’une réussite importante, car parmi les différents types d’infections nosocomiales (acquises à l’hôpital), les infections du sang liées aux cathéters centraux (ISLCC) comptent parmi les plus mortelles et les plus coûteuses. En effet, chaque infection est associée à un taux de mortalité de 15 % à 20 %, et à un coût de traitement de plus de 25 000 dollars. De nombreuses unités parmi les hôpitaux du CUSM y prennent part.

Les infirmières, la clé du succès

 

Les infirmières sont au cœur du succès du programme. Selon Carol Monette, infirmière au CUSM depuis 35 ans, le travail minutieux qu’elles effectuent avec chaque patient de même que la communication qui l’accompagne, sont des aspects importants des mécanismes qui favorisent l’absence d’infection à l’USI.

« Nous sommes tous sur la même longueur d’onde. Nous sommes tous formés de la même façon et nous utilisons tous les mêmes techniques éprouvées », dit-elle.

« Lorsque je repense à il y a 35 ans, je suis très fière du progrès et de l’innovation réalisés au sein des soins infirmiers à travers le CUSM », ajoute celle qui prendra sa retraite à la fin de l’année.

La recette gagnante du Neuro

 

Au Neuro, tous les membres du personnel infirmier et les médecins enregistrent chacune de leurs interventions sur une plateforme numérique gouvernementale, can.can.muhc.mcgill.ca, qu’ils utilisent depuis environ un an. Chaque fois qu’un pansement est changé ou qu’un port est vérifié, l’information est notée afin d’assurer que tous aient les mêmes détails concernant le type de cathéter, la solution et les pansements utilisés, l’emplacement choisi, les complications, etc. L’enregistrement de ces données simplifie les soins aux patients au quotidien.

L’information est également colligée quotidiennement par les infirmières sur des fiches d’indicateurs cliniques, tâche habituellement réservée à un vérificateur. Ces données sont précieuses pour étudier la qualité des soins à l’USI.

« Ces données sur l’utilisation du dispositif sont utilisées pour calculer les taux d’infection et d’utilisation, en vue de les comparer à ceux d’autres USI en Neurochirurgie. Si on y arrive à l’USI du Neuro, c’est parce que les infirmières ont la volonté de saisir ces informations et de souligner des indices cliniques tels que la fièvre, qui vont ensuite m’amener à passer en revue le tableau des infections nosocomiales », explique Sue Rachel, praticienne en prévention des infections.

Leadership et gestion

 

L’utilisation des cathéters centraux présente de nombreux avantages, notamment l’administration rapide et efficace des médicaments. Cependant, celle-ci n’est pas sans risques.

Épaulée par le soutien et le leadership de leur infirmier-chef, Siva Moonsamy, l’équipe est encouragée à utiliser les outils disponibles et à se fier à son expertise pour communiquer si quelque chose cloche. Une grande part de la réussite du programme tient au fait que la direction est proactive et donne l’exemple.

« Notre équipe est très attentive et dynamique », dit Siva.

Infirmière à l’USI, Rocio Ramirez explique que si quelqu’un a un doute au sujet d’un cathéter, même léger, la question est traitée et examinée rapidement.

« C’est cet engagement et cette continuité des soins d’un patient à l’autre, d’une infirmière à l’autre, qui nous permet de réussir en équipe, à l’aide des protocoles que nous avons adoptés. Nous travaillons fort et nous suivons beaucoup de règles, mais c’est satisfaisant de constater que ça donne des résultats », explique Rocio, une infirmière qui compte 16 ans d’expérience.

Rocio et Carol s’entendent pour dire qu’une telle réussite est non seulement encourageante pour l’équipe, mais inspire aussi la confiance des patients — une des motivations qui les ont menées à se consacrer aux soins infirmiers. Les patients de l’USI sont souvent dans un état fragile, et par conséquent ils sont plus vulnérables à l’infection. L’objectif premier de l’équipe est d’assurer les meilleurs soins possible à ceux qui en ont le plus besoin.

Félicitations et merci à toute l’équipe de l’USI du Neuro pour son engagement et son dévouement envers les soins aux patients!

More Articles