Descriptions détaillées

Automne 2015

FREN 609 — Atelier de création littéraire

Prof. O. Dyens
mardi / 15h30-17h30

Description détaillée

Préalables

Aucun préalable.

Contenu

Cet atelier cherchera à développer la compréhension du processus créateur par le biais à la fois d'une réflexion critique, de nombreux exercices d'écriture et de lecture et de réflexions critiques collectives. Il posera aussi la question du pourquoi de l’œuvre et du processus artistique et tentera d’en dégager les structures fondamentales.

Formule pédagogique

Cours magistraux, ateliers, débats, rencontres individuelles.

Lectures obligatoires

[à venir]

Évaluation

Exposés [à venir]
Quatre textes narratifs à produire [à venir]
Participation et présence [à venir]

FREN 612 — Littératures et cinémas francophones
Prof. M. Diouf
mercredi / 15h30-17h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable.

Contenu

Le Séminaire de recherche 1 – Littératures et cinémas francophones étudie les esthétiques narratives et discursives des récits et des films de l’espace francophone. Il montre en quoi le contexte historique d’émergence et d’évolution des produits artistiques de cet espace constitue le lieu d’élaboration d’un nouveau champ littéraire et cinématographique postcolonial qui articule autrement les rapports de domination géopolitiques, réaffirme les velléités d’affirmation des individus au sein de leurs sociétés traditionnelles et met en scène des expériences inattendues ou perverses de la mondialisation. À travers les textes et les films d’auteurs et de réalisateurs originaires d’Afrique subsaharienne, des Antilles et du Maghreb, le séminaire examinera la différence de procédés de l’écrit à l’écran ainsi que la diversité des langages et des pratiques artistiques francophones. Dans une démarche inclusive et interactive avec les étudiant.e.s, il compte amener ces derniers à mieux s’approprier les éléments sociohistoriques, les enjeux institutionnels et les concepts théoriques nécessaires à la compréhension et à l’analyse du texte et du film francophones.

Formule pédagogique

- Cours magistraux 
- Analyses d’œuvres intégrales et d’extraits de textes critiques et théoriques
- Visionnements et commentaires de films et de documents audiovisuels
- Présentations orales individuelles des étudiant.e.s
- Invitation d’intervenants spécialisés

Lectures et visionnements obligatoires

Films
(1) Pièces d’identité, Dieudonné Ngangura Mweze, 1998.
(2) 30° couleur, Lucien Jean-Baptiste et Philippe Larue, 2012.
(3) Timbuktu, Abderrahmane Sissako, 2014.  

Romans 
(1) Léopold Sédar Senghor, Œuvre poétique, Paris, Seuil, 2006.   
(2) Kateb Yacine, Nejma, Paris, Seuil, 1996 [1956].   
(3) Patrick Chamoiseau, Solibo Magnifique, Paris, Gallimard, 1991.
(4) Recueil de textes (« Course pack ») FREN 612 Séminaire de recherche 1-Littératures et cinémas francophones, Automne 2015, DLLF, disponible à la Librairie de McGill. 

Lectures recommandées

(1) Christiane Ndiaye (dir.), Introduction aux littératures francophones, Montréal. Presses de l’Université de Montréal, 2004.
(2) Michel Beniamino, La francophonie littéraire. Essai pour une théorie, Paris, L’Harmattan, 1999. 
(3) Sada Niang, Littérature et cinéma en Afrique francophone, Paris, L’Harmattan, 1996.

Revues spécialisées      
Cultures Sud (n°150), Présence francophone (n°57), Études littéraires africaines (n°30)

Évaluation

Présence et participation active au cours : 15%
Travail maison : 25%
Présentation orale individuelle : 25%
Take Home Exam : 35%

FREN 616 — Les écrivains québécois et la langue
Prof. Chantal Bouchard
Lundi / 14h30-16h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable.

Contenu

Dans l’histoire de la littérature au Québec, la question linguistique a toujours joué un rôle central et névralgique. L’insécurité linguistique des auteurs et des critiques, reflet de celle qui affectait l’ensemble de la société québécoise, a rendu difficile la naissance d’une véritable institution littéraire. La question de savoir quelle langue écrire n’a cessé de susciter des débats. Dans ce séminaire, on verra comment s’inscrit le rapport des écrivains à la langue dans le cadre plus large de la société et de son évolution.

Formule pédagogique

Exposés magistraux suivis des exposés des étudiants.

Lectures obligatoires

Une liste de lectures sera distribuée au début du cours

Évaluation

Travail écrit : 35%
Exposé : 25%
Examen final : 30%
Présence/participation : 10%

FREN 710 — Séminaire de doctorat 1
Prof. D. Desrosiers
Mardi / 8h30-10h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Séminaire obligatoire pour les étudiants inscrits au programme de doctorat du Département de langue et littérature françaises.

Contenu

Obligatoire dès la première année de scolarité pour les étudiants de doctorat, le séminaire FREN 710 porte sur les aspects théoriques et méthodologiques du projet de thèse des candidats. Il se veut un lieu privilégié d’échanges et de réflexion, où l’on discutera des problématiques soulevées par les textes choisis comme objets d’étude et des enjeux théoriques susceptibles d’intéresser les étudiants dans leur démarche de recherche. Les participants seront invités à réfléchir sur les modalités de leur pratique littéraire, à mettre en forme et à affiner leurs hypothèses de travail, tout en précisant – en dialogue avec les diverses approches critiques modernes – les méthodes et concepts auxquels ils recourent.

Formule pédagogique

Exposés du professeur et des étudiants. Une forte participation est attendue de la part des doctorants. Les rencontres auront lieu toutes les deux semaines. Un calendrier des séances sera distribué au début de la session

Lectures obligatoires

Textes distribués en classe.

Lectures recommandées

(1) BEAUD, Michel, en collaboration avec Magali Gravier et Alain de Tolédo. L’Art de la thèse. Comment préparer et rédiger un mémoire de Master, une thèse de doctorat ou tout autre travail universitaire à l’ère du net, édition revue, mise à jour et élargie, Paris, La Découverte, 2006. (Bibliothèque McLennan Réf. LB2369 B334 2006). 
(2) CHEVREL, Yves. L’Étudiant-chercheur en littérature. Guide pratique, Paris, Hachette, coll. « Hachette Supérieur », 1992. (Bibliothèque McLennan Réf. PN73 C44 1992). 
 

Évaluation

Présence et participation  15%
Présentation orale du sujet de la thèse  15%
Présentation orale d’une approche critique  30%
Première version écrite du projet de thèse  40%

FREN 725 — Réécrire au Moyen Âge (et réécrire le Moyen Âge)
Prof. I. Arseneau
Jeudi / 9h30-11h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable

Contenu

Se proposant de réécrire inlassablement les œuvres passées (et parfois contemporaines), la littérature du Moyen Âge est une littérature au « second degré » où tout ce qui se donne à lire semble avoir déjà été écrit, ailleurs. Par exemple, pour les premiers romanciers (XIIe siècle), il s’agit d’abord de mettre en roman — c’est-à-dire de traduire du latin vers le « français » — les grands textes de l’Antiquité, en ne se contentant cependant jamais d’une traduction littérale et en faisant plutôt subir de nombreuses modifications à la source classique (en la « réécrivant »). Cette technique de réécriture acquiert très vite la dimension d’une esthétique, de sorte qu’il s’agit avant tout, pour l’auteur médiéval, de « faire du neuf avec du vieux », c’est-à-dire de reprendre une matière déjà existante en y apposant le sceau de sa singularité. C’est d’ailleurs le plus souvent ce caractère itératif des œuvres médiévales qui rebute le lecteur d’aujourd’hui, avide de nouveauté et d’originalité.

Nous espérons donc mener, de concert avec les étudiants médiévistes et non-médiévistes, une enquête sur le rôle de la réécriture dans la constitution du genre romanesque. Une question générale orientera notre enquête : à une époque où l’écriture mimétique est élevée au rang de méthode et dans un monde qui semble indifférent à la propriété intellectuelle, comment penser les différentes pratiques « transtextuelles » (Gérard Genette) que suppose la réécriture (traduction, copie, adaptation, allusion, citation, pastiche, parodie, plagiat, forgerie...) ? Notre réflexion s’appuiera évidemment sur l’analyse détaillée de cas de figure précis qui s’étendent du XIIe au XVe siècle :
(1) la réécriture en roman, au XIIe siècle, de trois Métamorphoses d’Ovide : Pyrame et Thisbé, Narcisse et Philomena ;
(2) la réécriture amusée des lieux communs de la littérature narrative en langue romane dans le Roman de la Violette de Gerbert de Montreuil (XIIIe siècle) ;
(3) Le Livre de Gérard de Nevers, réécriture en prose (XVe siècle) du Roman de la Violette en vers.
Tout au long du trimestre, nous porterons une attention particulière au sort que réservent ces réécritures aux motifs merveilleux des textes sources de façon à mieux mesurer et à mieux décrire les modulations subies par l’écriture romanesque en trois siècles.
Ce séminaire pourra aussi être l’occasion de nous intéresser, à travers les exposés oraux des étudiants, au revival des thématiques médiévales aux XIXe, XXe et XXIe siècles. Les étudiants pourront ainsi choisir d’approfondir une question abordée dans le cadre du cours à partir d’un corpus de réécritures d’œuvres médiévales de leur choix. On consultera avec profit le site Web de l’association Modernités médiévales (www.modernitesmedievales.org).

Formule pédagogique et échéancier

[à venir]

Lectures obligatoires

1. Pyrame et Thisbé, Narcisse, Philomena. Trois contes du XIIe siècle français imités d'Ovide, édition et traduction Emmanuèle Baumgartner, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 2000.

2. Gerbert de Montreuil, Le Roman de la Violette, traduction Mireille Demaules, Paris, Stock, coll. « Moyen Âge », 1992.
Les étudiants qui désirent travailler à partir de l’original en ancien français consulteront : Gerbert de Montreuil, Le Roman de la Violette ou de Gérard de Nevers, édition Douglas Labaree Buffum, Paris, Honoré Champion, coll. « SATF », 1928.

3. Histoire de Gérard de Nevers. Mise en prose du Roman de la Violette de Gerbert de Montreuil, édition critique de Matthieu Marchal, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2013 (extraits).

Évaluation

Exposé court 25 %
Exposé long 30 %
Travail final 45 %

FREN 761 — Lettres inédites de Saint-Denys Garneau
Prof. M. Biron
Mardi / 11h30-13h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable.

Contenu

Le séminaire a pour point de départ un ensemble de lettres partiellement ou entièrement inédites à Claude Hurtubise (Bibliothèque et Archives Canada, Fonds Claude Hurtubise, R644) et à Gertrude Le Moyne (BAC, Fonds Jean Le Moyne, MG30D358). À partir de ce « laboratoire », il s’agira de montrer comment Saint-Denys Garneau se sert de certaines correspondances pour élaborer ses idées littéraires et pour se construire une certaine figure d’écrivain au sein du groupe de La Relève.

Le séminaire vise ainsi à dégager une poétique de l’épistolaire chez Garneau tout en ayant un objectif plus concret : rendre publiable le manuscrit des lettres inédites en établissant de façon rigoureuse le texte et en situant cette correspondance par rapport aux lettres déjà publiées de Garneau et rapport à son œuvre de poète.

Formule pédagogique

Le séminaire comprendra dans un premier temps des cours magistraux et des discussions sur l’ensemble de l’œuvre de Saint-Denys Garneau, sur les principales interprétations qui en ont été faites et sur la notion d’équivoque épistolaire empruntée à Vincent Kaufmann; dans un deuxième temps, chaque étudiant devra présenter un exposé d’une trentaine de minutes qui portera sur une problématique au choix, liée à l’art épistolaire de Saint-Denys Garneau.

Lectures obligatoires

(1) Saint-Denys Garneau, Lettres à ses amis, Montréal, HMH, 1967. (disponible à la réserve de la Bibliothèque McLennan)
(2) Vincent Kaufmann, L’Équivoque épistolaire, Paris, Minuit, 1990. (disponible à la réserve de la Bibliothèque McLennan)

Recueil de textes photocopiés (« Course pack ») en vente à la librairie de McGill.

Lectures recommandées

À déterminer.

Évaluation

À déterminer.

 


 

Hiver 2016

FREN 595 — Séminaire avancé de lettres françaises
Prof. Isabelle Arseneau
Vendredi / 8h30-11h30

Description détaillée

Préalables

Cours réservé aux étudiants de U3 en spécialisation et aux étudiants de maîtrise.

Contenu

[à venir]

Formule pédagogique

[à venir]

Lectures obligatoires

(1) [à venir]
(2) [à venir]
(3) [à venir]

Évaluation

[à venir]


FREN 621 — Les usages de la mémoire: le roman, l'autobiographie (17e-20e siècles)
Prof. F. Charbonneau
Mercredi / 9h30-11h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable.

Contenu

Le séminaire prendra pour objet d’étude et de réflexion les usages littéraires de la mémoire chez quelques grandes figures d’écrivains ayant oeuvré à la fois dans le domaine du témoignage (mémoires, autobiographie) et dans celui du roman : Marie-Madeleine de Lafayette au XVIIe siècle, François-René de Chateaubriand au tournant des XVIIIe et XIXe siècles et Marguerite Yourcenar au XXe siècle. De l’un à l’autre et à l’enfourchure de cette double pratique, nous nous intéresserons à l’inscription du roman dans la mémoire individuelle ou collective et à l’affleurement de la fiction dans le témoignage ; à ce que ces genres littéraires permettent d’expression mémorielle ; aux rapports qu’entretient la mémoire avec l’identité et avec la temporalité (celles de l’auteur, du narrateur, du personnage) ; aux phénomènes d’appropriation et de désappropriation ou d’oblitération dont la mémoire est le lieu — nous penchant en somme sur les différents « régimes de mémoire » que ces oeuvres nous donnent à lire et à penser.

Formule pédagogique

Cours magistraux et ateliers animés par le professeur ; exposés d'étudiants suivis de périodes de discussion.

Lectures obligatoires

(1) LAFAYETTE, La Princesse de Montpensier et Histoire de Madame Henriette d’Angleterre.
(2) CHATEAUBRIAND, René et Mémoires d’Outre-Tombe, livre I.
(3) YOURCENAR, Mémoires d’Hadrien et Souvenirs pieux.

Évaluation

Travail écrit : 50%
Présentation orale : 30%
Participation aux discussions : 20%

FREN 624 — Montréal et ses poètes en voix
Prof. P. Brissette
Lundi / 14h30-16h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable.

Contenu

À côté de la poésie officielle, publiée en recueil chez des éditeurs reconnus et accédant parfois aux honneurs de l’histoire littéraire, il existe une poésie qui prend le corps et la voix du poète comme tremplins et qui vise à rejoindre, dans l’ici-maintenant de la performance, des hommes et des femmes parfois issus de milieux et de communautés très variés. C’est à ces poètes en voix, lisant, déclamant ou chantant leurs poèmes dans des bars, des cafés, des bibliothèques, des théâtres, des parcs, que s’intéressera ce séminaire. On travaillera à comprendre la fonction propre des événements de poésie, leur signification pour les poètes et les communautés concernés, et leur inscription dans l’espace urbain, depuis les Soirées du château de Ramezay (1898-1899) jusqu’aux plus récentes Nuits et festivals de poésie. Qu’appelle-t-on « poésie en voix » et qu’est-ce qui distingue ce type de poésie de ce qu’on a appelé « poésie orale », « poésie vocale », « poésie vivante » ou encore « poésie performée »? Toute poésie en voix relève-t-elle de ce que Predrag Matvejevich appelait la « poésie de circonstance »? Quels sont les lieux précis où cette poésie en voix s’est déployée à Montréal? Les événements tenus par les poètes anglo-montréalais, haïtiens et québécois donnent-ils lieu à des pratiques différentes? Une histoire de la poésie québécoise qui tiendrait compte de ces événements multiples et pour la plupart oubliés reposerait sur quelles bases et choisirait quels jalons?

Le séminaire s’inscrit dans un projet pilote du CRIEM* et de SEDE**. Dans la perspective du « Living Knowledge » et du « Service Learning », il vise à favoriser l’expérience de terrain et les interactions entre les chercheurs, les étudiants et les membres de la communauté. Dans cet esprit, certains cours seront donnés hors du campus, dans les lieux et au contact de personnes qui ont été ou qui sont au cœur de l’activité poétique orale, et les étudiants seront invités à faire des recherches qui mettent à profit, outre les études savantes ou des documents d’archives, des témoignages oraux et divers matériaux (photographie, document vidéo ou sonore, affiches, documents promotionnels, etc.) qui puissent servir à reconstituer la mémoire d’événements poétiques passés.

*CRIEM : Centre de recherches interdisciplinaires en études montréalaises

**SEDE : Social Equity and Diversity Education (McGill)

Langue

Le séminaire sera donné en français, mais il sera ouvert aux étudiants de langue anglaise de McGill et certaines présentations (de conférenciers ou d’étudiants) pourraient être faits dans cette langue.

Formule pédagogique

Cours magistraux, conférences, visites de lieux, visionnement et commentaires de documents audiovisuels, présentations d’étudiants

Lectures recommandées

  • Paul Zumthor, Introduction à la poésie orale, Paris, Seuil, 1983. (En anglais : Oral Poetry : an Introduction, Minneapolis, U. of Minnesota Press, 1990.)
  • Voix et images, « Poètes et poésie en voix au Québec », dossier sous la dir. de Pascal Brissette et Will Straw, vol. 40, no 2, hiver 2015, p. 7-103. (En ligne dans Érudit)
  • Victoria Stanton, Impure : Reinventing the Word : Theory and Practice of Spoken Word in Montreal, Montreal, Conundrum Press, 2001.

Évaluation

Présentation orale de la recherche 10%
Dossier de recherche 30%
Travail final 40%
Participation en classe 10%
Participation hors de la classe 10%

FREN 697 — Séminaire de maîtrise
Prof. M. Biron
Lundi / 8h30-10h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable.

Contenu

L’objectif de ce séminaire est de fournir aux étudiants de maîtrise les notions et instruments dont ils ont besoin pour élaborer un projet de recherche. On y discutera de questions théoriques et méthodologiques susceptibles d’intéresser les étudiants dans leur démarche, ainsi que des aspects plus terre-à-terre de la recherche en littérature (documentation, référencement et bibliographie, prise de notes, outils informatiques, financement).

Formule pédagogique

Exposés magistraux, rencontres, conférences, discussions, exposés oraux des étudiants.

Lectures obligatoires

(1) Beaud, Michel, en collaboration avec Magali Gravier et Alain de Tolédo. L’Art de la thèse. Comment préparer et rédiger un mémoire de Master, une thèse de doctorat ou tout autre travail universitaire à l’ère du net, édition revue, mise à jour et élargie, Paris, La Découverte, 2006. (Bibliothèque McLennan Réf. LB2369 B334 2006).
(2) Chevrel, Yves. L’Étudiant-chercheur en littérature. Guide pratique, Paris, Hachette, coll. « Hachette Supérieur », 1992. (Bibliothèque McLennan Réf. PN73 C44 1992).
(3) Malo, Marie. Guide de la communication écrite au cégep, à l’université et en entreprise, Montréal, Québec/Amérique, 2006, 322 p.

Un recueil de textes sera disponible à la librairie de l’université au début du trimestre.

Évaluation

Les modalités d'évaluation seront précisées au début du trimestre.

FREN 711 — Séminaire de doctorat 2
Prof. D. Desrosiers
Jeudi / 8h30-10h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Séminaire obligatoire pour les étudiants inscrits au programme de doctorat du Département de langue et littérature françaises.

Contenu

Obligatoire dès la première année de scolarité pour les étudiants de doctorat, le séminaire FREN 711 constitue la suite du séminaire FREN 710. Il porte sur les aspects théoriques et méthodologiques du projet de thèse des candidats. Il se veut un lieu privilégié d’échanges et de réflexion, où l’on discutera des problématiques soulevées par les textes choisis comme objets d’étude et des enjeux théoriques susceptibles d’intéresser les étudiants dans leur démarche de recherche. Les participants seront invités à réfléchir sur les modalités de leur pratique littéraire, à mettre en forme et à affiner leurs hypothèses de travail, tout en précisant – en dialogue – avec les diverses approches critiques modernes – les méthodes et concepts auxquels ils recourent.

Formule pédagogique et échéancier

Exposés du professeur et des étudiants. Une forte participation est attendue de la part des doctorants. Les rencontres auront lieu toutes les deux semaines. Un calendrier des séances sera distribué au début de la session.

Lectures obligatoires

Textes distribués en classe.

Lectures recommandées

(1) BEAUD, Michel, en collaboration avec Magali Gravier et Alain de Tolédo. L’Art de la thèse. Comment préparer et rédiger un mémoire de Master, une thèse de doctorat ou ou tout autre travail universitaire à l’ère du net, édition revue, mise à jour et élargie, Paris, La Découverte, 2006. (Bibliothèque McLennan Réf. LB2369 B334 2006) 
(2) CHEVREL, Yves. L’Étudiant-chercheur en littérature. Guide pratique, Paris, Hachette, coll. « Hachette Supérieur », 1992. (Bibliothèque McLennan Réf. PN73 C44 1992)

 

Évaluation

Présence et participation 15%
Commenataires écrits des projets de thèse 25%
Exposé oral 35%
Travail écrit du projet de thèse doctorale révisée 25%

FREN 713 — Poétique du récit de voyage
Prof. N. Doiron
mardi / 11h30-13h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable.

Contenu

Le récit de voyage est un genre littéraire qui apparaît à la Renaissance, qui périclite au XIXe siècle, qui change de sens au XXe siècle. Il se définit par un certain nombre de lieux communs : la notion d'épreuve, la naïveté du style, le discours de l'Autre.
   Mais l’on oublie souvent que le déplacement, tel que le représentent les récits, est une construction de l’esprit. Le voyage est la manière « classique » de concevoir et de représenter le déplacement. Elle n'a pas toujours existé, elle ne sera pas éternelle. Elle naît dans le milieu de l'érudition humaniste. C'est d'abord une théorie pédagogique.
    Il existe d'autres manières de concevoir le déplacement. Nous étudierons le voyage moderne, en le confrontant à l'« errance » médiévale et à la « méthode » (meta hodos) de la Grèce classique. Celui qui se déplace lit l'espace, la représentation qu'il en donne n'est jamais l'expérience objective de l'étendue et du mouvement, mais le résultat d'une interprétation. Chaque culture élabore une conception qui lui est propre de l'espace et du mouvement. Chacune s'invente une manière idéale de se déplacer qui corrobore ses préjugés et correspond à sa vision du monde. Une herméneutique du déplacement peut seule la déchiffrer.
   Nous tenterons de révéler le caractère profondément historique du voyage, en tant que conception moderne du déplacement dans l'espace.

Formule pédagogique

Cours magistraux. Forte incitation à la participation.

Lectures obligatoires

(1) Un cahier de cours, réunissant les textes à l’étude, disponible au Bookstore de l’Université.
(2) N. Doiron, Errance et méthode. Interpréter le déplacement d'Ulysse à Socrate, Québec-Paris, Presses de l'Université Laval-Vrin, 2011, 146 p.

Lectures recommandées

N. Doiron, L'art de voyager. Le déplacement à l'époque classique, Québec-Paris, Les Presses de l'Université Laval-Klincksieck, 1995.

Évaluation

Examen sur table: 30%
Bref exposé: 20%
Présentation du travail écrit = 1 page + bibliographie : 10%
Travail écrit: 40%

FREN 759 — Littératures plurilingues
Prof. C. Leclerc
Mercredi / 14h30-16h30

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Aucun préalable, aucune restriction, aucun cours conjoint.

Contenu

De plus en plus, la multiplicité des langues se situe au cœur de la production littéraire. Les théories littéraires modernes et contemporaines la valorisent d’ailleurs et lui attribuent un important potentiel d’innovation. En même temps, les conventions littéraires n’en continuent pas moins de loger le plurilinguisme à l’enseigne d’une langue principale qui, l’orchestrant, le limite également.
            Le présent séminaire a un double objectif. Il propose, d’une part, un tour d’horizon de théories littéraires variées sur le plurilinguisme, dans le but de discerner les conceptions des langues et de leur cohabitation qui s’en dégagent. D’autre part, à partir de l’étude de textes présentant diverses formes de cohabitation et d’interaction linguistiques, il vise à recenser un certain nombre de stratégies d’introduction du plurilinguisme en littérature contemporaine.
            Ce séminaire s’adresse aux étudiantes et étudiants tant de traduction que de lettres. Sans s’y restreindre entièrement, il se concentrera sur la cohabitation du français et de l’anglais dans les textes de prose, en particulier dans les littératures francophones, et surtout (mais non exclusivement) dans les littératures québécoise et canadiennes dont la langue principale est le français.

Formule pédagogique

Cours magistraux et discussions. Exposés oraux.

Lectures obligatoires

Possibilités de corpus

(1) Blodgett, E.D. Jacques Brault, Transfiguration, Saint-Lambert et Toronto, Noroît et Buscheck Books, 1999.
(2) Brossard, Nicole Le désert mauve, Montréal, l’Hexagone, 1987.
(3) Confiant, Raphaël, Trilogie tropicale, Montréal, Mémoire d’encrier, 2006.
(4) Daigle, France, Petites difficultés d’existence, Montréal, Boréal, 19
(5) Desbiens, Patrice, L’homme invisible/The Invisible Man, Sudbury, Prise de parole, 2008 [1981].
(6) Kourouma, Ahmadou, Les soleils des indépendances, Paris, Seuil, coll. « Points », 1995 [1970].
(7) Poulin, Jacques, Volkswagen blues, Montréal, Leméac, 1998 [1984].
(8) Tremblay, Larry, The Dragonfly of Chicoutimi, Montréal, Les Herbes rouges, 2005 [1995].

Un recueil (course pack) composés de textes théoriques et critiques et d’extraits d’autres textes de fiction sera rendu disponible à la librairie de l’Université.

Évaluation

Exposé oral et version écrite, 30 % (15 %  pour l’oral et 15 % pour l’écrit)
Travail final 60%
Participation 10%

 

 

Stages et travaux dirigés

FREN 599 — Stage en milieu de travail

Description détaillée

Conditions d'admission

1) Être inscrit à temps complet dans le programme de maîtrise ou de doctorat du Département;

2) Obtenir l'approbation de la Direction des études de 2e et 3e cycles.

Contenu

Activité visant à offrir aux étudiants la possibilité d'acquérir une expérience pratique en effectuant un stage, rémunéré ou non, dans une institution ou une entreprise.

Exigences

1) Le stage doit correspondre à 150 heures de travail, réparties sur un trimestre (12 semaines);

2) L'étudiant doit faire la preuve, en soumettant son "Projet de stage", que le travail qu'il compte accomplir a un lien direct avec ses études et l'aide à parfaire sa formation;

3) Pour obtenir ses crédits, l'étudiant stagiaire doit présenter un "Rapport de stage" qui doit ensuite être approuvé par la Direction des études de 2e et 3e cycles.

Fonctionnement

1) C'est à l'étudiant lui-même que revient la responsabilité d'organiser son stage et d'obtenir l'accord de l'institution ou de l'entreprise qui l'accueillera et qui lui attribuera un superviseur.

2) Une fois cet accord obtenu, l'étudiant prépare un « Projet de stage » (maximum: 5 pages à double interligne) où sont précisés:

a. Les modalités du stage prévu (lieu, durée, nature du travail, nom et qualités du superviseur, etc.);

b. L'apport escompté du stage à la formation universitaire de l'étudiant;

c. La nature du travail écrit de recherche ou de réflexion que l'étudiant compte préparer pendant son stage.

Ce document doit porter la signature et les commentaires de la personne qui agira comme superviseur de l'étudiant stagiaire.
c) Vers la fin du trimestre universitaire précédant le début du stage, l'étudiant soumet son « Projet de stage » à la Direction des études de 2e et 3e cycles.

3) C'est seulement après que le « Projet de stage » a été approuvé par la Direction des études de 2e et 3e cycles, que l'étudiant peut entreprendre son stage comme prévu.

4) Au plus tard un mois après la fin du stage, l'étudiant soumet à la Direction des études de 2e et 3e cycles un « Rapport de stage » comprenant deux grandes parties:

a. Le compte rendu détaillé de ses activités pendant le stage (maximum: 5 pages à double interligne), compte rendu qui doit porter la signature et les commentaires de son superviseur;

b. Un travail écrit de recherche ou de réflexion de nature universitaire, d'une vingtaine de pages, portant sur une question reliée au stage.

Évaluation

L'étudiant reçoit une mention de « Réussite » ou d'« Échec » (Pass ou Fail). La mention « Réussite » lui est accordée si

(a) la Direction des études de 2e et 3e cycles juge que son rapport de stage est acceptable (c.-à-d. qu'il démontre que les activités et les apprentissages annoncés dans le projet de stage ont été réalisés de manière satisfaisante et ont reçu l'approbation du superviseur de l'étudiant stagiaire); et

(b) le travail écrit de l'étudiant reçoit une évaluation positive de la part du professeur à qui la Direction des études a demandé de l'évaluer.

Si l'une de ces deux conditions n'est pas remplie, l'étudiant reçoit une mention d'« Échec », auquel cas il n'a pas droit à une reprise.

Les 3 crédits associés à cette activité ne peuvent pas compter comme des crédits de programme; ils sont comptés en sus des crédits de cours requis par le programme.


FREN 600 — Travaux dirigés 1 et

FREN 601 - Travaux dirigés 2

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Activité obligatoire pour les étudiants inscrits à la maîtrise sans mémoire du Département. Cependant tous les étudiants inscrits aux divers programmes d'études supérieures du DLLF peuvent suivre ce cours donnant droit à 3 crédits de Travaux dirigés.

Contenu

Cette activité, dirigée par un professeur du Département, a pour but de permettre aux étudiants de combler des lacunes dans leur formation ou dans l'offre des cours, et d'amorcer des recherches dans un domaine d'intérêt ou de spécialisation. 

Le contenu des travaux dirigés ne doit en aucun cas faire double emploi avec un cours que l'étudiant suit ou a déjà suivi.

L'étudiant qui s'inscrit à cette activité doit déposer, avant la fin de la période de changement de cours, le formulaire « Travaux dirigés » rempli dans toutes ses parties et signé par le professeur qui a accepté de diriger le travail.

Les projets de « Travaux dirigés » doivent être approuvés par la Direction des études de 2e et 3e cycles et de la recherche.

Évaluation

Elle est fondée sur les travaux écrits et sur les discussions qui ont lieu lors des rencontres entre étudiant et professeur au cours du trimestre.


FREN 696 — Élaboration du projet de mémoire

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Activité obligatoire réservée aux étudiants du Département préparant la maîtrise avec mémoire.

Contenu

Dès le début de sa scolarité de maîtrise, l'étudiant doit choisir un professeur et entreprendre sous sa direction l'élaboration de son projet de mémoire. L'inscription au FREN 696 exige le dépôt du formulaire «Élaboration du projet de mémoire» au plus tard six semaines après le début des cours. L'étudiant doit simplement indiquer le titre provisoire de son projet et obtenir la signature du professeur qui accepte de le diriger. Ce professeur est normalement, mais non nécessairement, celui qui deviendra ensuite le directeur du mémoire.

Ce cours sous tutorat, qui se déroule en M.A. I, doit permettre à l'étudiant de préciser son projet de mémoire en critique ou en écriture littéraire : description et justification du sujet, établissement d'un corpus et d'une bibliographie, construction d'une problématique, choix d'une méthode, énoncé d'un plan provisoire. Ce travail débouche sur la présentation du projet de mémoire, pour lequel l'étudiant doit remplir le formulaire «Projet de mémoire», et le faire signer par son directeur de mémoire. Le dépôt de ce projet doit avoir lieu au plus tard 18 mois après l'entrée dans le programme pour les étudiants à temps plein, deux ans pour les étudiants à temps partiel.

Le « Projet de mémoire », que l'étudiant déposera au bureau Arts 155c, comporte 4 ou 5 pages (7 au maximum pour les projets de création littéraire) à double interligne, sans compter la bibliographie. Il sera soumis au Comité des études de 2e et 3e cycles et de la recherche pour que ce dernier puisse en prendre connaissance, s'assurer que le formulaire a été dûment signé et en recommander l'approbation ou, si nécessaire, en demander le remaniement; le projet amendé doit alors être soumis dans un délai de trois mois.  Le Comité transmet au directeur de recherche, le cas échéant, les motifs de sa décision, les avis ou les suggestions qui lui paraissent utiles.  Une fois que le Comité a donné son aval au projet, le professeur l'approuve alors officiellement et confère à l'étudiant les 6 crédits attachés à cette activité.

Évaluation

Admis (A) ou Refusé (R) / Pass (P) or Fail (F)

Nombre de crédits: 6 (que l'étudiant obtient normalement en deux trimestres consécutifs, et exceptionnellement en un seul).

Formulaire

Le formulaire « FREN 696 - Élaboration du projet de mémoire » se trouve sous l'onglet « Formulaires » de ce site, en version pdf. L'étudiant doit le remettre au Secrétariat des études de 2e et 3e cycles (bureau 155c) une fois rempli et signé.


FREN 698 — Séminaire de maîtrise

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Réservé aux étudiants de M.A. du Département qui sont inscrits à la maîtrise sans mémoire et pour lesquels ce séminaire est obligatoire. L'inscription à ce séminaire a lieu au troisième trimestre.

Contenu

Rédaction de trois travaux dont la longueur est fixée par entente entre les professeurs et l'étudiant. Chacun de ces travaux est relié aux cours suivis pendant la scolarité, et dirigé par un professeur du Département.
Ces sujets de travaux, qui sont différents de ceux déjà traités dans les séminaires sous forme orale ou écrite, doivent être approuvés par les professeurs concernés et soumis au Comité des études de 2e et 3e cycles et de la recherche.
Chacun des trois travaux doit recevoir l'approbation du professeur qui le dirige.

Évaluation

Admis (A) ou Refusé (R) / Pass (P) ou Fail (F)

Nombre de crédits: 18 (que l'étudiant obtient normalement en deux trimestres consécutifs, et exceptionnellement en un seul).

Formulaire

Le formulaire « FREN 698 - Séminaire de maîtrise » se trouve sous l'onglet « Formulaires » de ce site, en version pdf. L'étudiant doit le remettre au Secrétariat des études de 2e et 3e cycles (bureau 155c) une fois rempli et signé.


FREN 706 — Élaboration du projet de thèse

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Activité obligatoire réservée aux étudiants du Département préparant le Ph.D.

Objectifs du cours

En Ph.D. II (dans le cadre des Séminaires de doctorat 1 et 2: FREN 710 et 711) ou au début de Ph.D. III, l'étudiant doit entreprendre, sous la supervision de son directeur de recherche, l'élaboration de son projet de thèse. L'inscription au FREN 706 exige le dépôt du formulaire « Élaboration du projet de thèse » au plus tard six semaines après le début des cours; l'étudiant doit simplement indiquer le titre provisoire de son projet et obtenir la signature du professeur qui accepte de le diriger.

Ce cours sous tutorat doit permettre à l'étudiant de préciser son projet de recherche doctorale: description du sujet et justification de sa nouveauté, établissement d'un corpus et d'une bibliographie, construction d'une problématique, choix d'une méthode, énoncé d'un plan provisoire. Ce travail débouche sur la présentation du projet de thèse, pour lequel l'étudiant doit remplir le formulaire « Projet de thèse » et le faire signer par son directeur de thèse. Toutes les parties du formulaire doivent être présentées sous forme dactylographiée.

Le « Projet de thèse », que l'étudiant déposera au Secrétariat (bureau Arts 155c) au plus tard 18 mois après son année dans le programme s'il est à temps plein, le double s'il est à temps partiel, comporte 10 ou 12 pages (au maximum une quinzaine, à l'exclusion de la bibliographie). Il sera soumis au Comité des études de 2e et 3e cycles et de la recherche pour que ce dernier puisse en prendre connaissance, s'assurer que le formulaire a été dûment rempli et signé, et en recommander l'approbation ou, si nécessaire, en demander le remaniement; le projet amendé doit alors être soumis dans un délai de trois mois.  Le Comité transmet au directeur de recherche, le cas échéant, les motifs de sa décision, les avis ou les suggestions qui lui paraissent utiles.  Une fois que le comité a donné son aval au projet, le professeur l'approuve alors officiellement pour que l'étudiant puisse entreprendre la préparation du cours FREN 707 (Examen préliminaire) et la rédaction de sa thèse (Ph.D. IV).

Évaluation

Admis (A) ou Refusé (R) / Pass (P) or Fail (F)

Formulaire

Le formulaire « FREN 706 - Élaboration du projet de thèse » se trouve sous l'onglet « Formulaires » de ce site, en version pdf. L'étudiant doit le remettre au Secrétariat des études de 2e et 3e cycles (bureau 155c) une fois rempli et signé.


FREN 707 — Examen préliminaire

Description détaillée

Préalables, restrictions et cours conjoints

Activité obligatoire réservée aux étudiants du Département préparant le Ph.D.

Description

Une fois que son projet de thèse a été accepté, c'est-à-dire que le FREN 706 (Élaboration du projet de thèse) est terminé et que la mention « Réussite » lui a été attribuée, l'étudiant en consultation avec son directeur de recherche doit remplir et signer le formulaire FREN 707 qu'il déposera au secrétariat des études de 2e et 3e cycles et de la recherche (Arts 155C). L'étudiant prépare alors son examen de projet de thèse, qui a toujours lieu au plus tard douze mois après l'acceptation de son projet de thèse.

À cette fin, en plus du projet de thèse déjà accepté, l'étudiant rédige sous la supervision de son directeur un autre texte d'une cinquantaine de pages qui constitue la première étape de son travail de thèse. Il revient au directeur de thèse et à l'étudiant de s'entendre sur la nature exacte et la portée de ce texte, qui devra être lié directement au sujet de thèse de l'étudiant. Le texte pourra consister soit en un état présent des recherches, soit en une réflexion théorique ou méthodologique, soit en un échantillon d'analyse ou d'interprétation, soit encore en la mise au point d'un premier état de ce qui deviendra l'introduction ou un chapitre significatif de la thèse. Le document, une fois prêt, doit être remis en version électronique (pdf) et en version imprimée (3 copies) au secrétariat des études de 2e et 3e cycles et de la recherche (Arts 155C). Le dépôt de ces documents doit se faire au moins un mois avant la tenue de l'examen doctoral.

Le jury est constitué du directeur de thèse (et du codirecteur, s'il y a lieu) et de deux autres professeurs du Département choisis par le Directeur des études de 2e et 3e cycles et de la recherche à partir des suggestions soumises par le directeur de thèse et l'étudiant. L'un de ces professeurs (codirecteur ou autre) peut provenir de l'extérieur du Département. Pour respecter les règlements du Décanat des études supérieures, seulement deux des trois professeurs formant ce jury, dont le directeur de thèse, pourront faire partie du jury lors de la soutenance de thèse.

L'examen, qui se déroule à huis clos, consiste en la présentation de son texte par l'étudiant, suivie d'une interrogation par le jury. Au cours de l'examen, l'étudiant doit démontrer au jury qu'il possède les compétences et les connaissances nécessaires à la rédaction d'une bonne thèse, c'est-à-dire qu'il maîtrise bien ses corpus (primaire, secondaire et théorique), qu'il conçoit clairement la problématique et l'hypothèse centrale de sa recherche, qu'il peut identifier l'apport novateur de sa thèse et qu'il a une bonne idée de la méthode qu'il devra suivre pour arriver aux résultats recherchés. Il doit aussi faire preuve de compétence dans la communication et la discussion de ses idées.

Au terme de l'examen, l'étudiant est soit admis (auquel cas il peut poursuivre la rédaction de sa thèse), soit invité à se présenter à un nouvel examen; dans ce dernier cas, le jury doit motiver sa décision par écrit en indiquant précisément à l'étudiant le travail qu'il doit accomplir. La décision résulte d'un consensus entre les membres du jury. Dans le cas peu probable d'une absence de consensus, le comité des études de 2e et 3e cycles et de la recherche est saisi du dossier. Le second examen a lieu devant le même jury, au bout d'un délai maximum de six mois; si l'étudiant ne satisfait pas aux exigences de cet examen, il doit se retirer du programme.

Évaluation

Admis (A) ou Refusé (R) / Pass (P) or Fail (F)