Quick Links

Robert Leckey: Suivre les progrès

Robert Leckey

« ...l’apprentissage ne se réduit pas seulement aux notes. »

Robert Leckey enseigne le droit de la famille et le droit constitutionnel – ses principaux domaines de recherche – depuis son arrivée à McGill en 2006. Il a également enseigné le cours transsystémique de première année sur les obligations contractuelles. Au-delà de l'enseignement de premier cycle et de la supervision d'étudiants aux cycles supérieurs, il a été co-animateur d'ateliers de perfectionnement professionnel sur la conception des cours, la supervision des cycles supérieurs et l'instauration d'un climat d'acceptation pour les discussions en classe.

Parmi les accolades qu'il a reçues pour son travail, Robert a été nommé à deux reprises et reçu en 2009 le Prix John W. Durnford d'excellence en enseignement de l'Association des étudiants et étudiantes en droit et il a également été le lauréat 2010, dans la catégorie professeur adjoint, de la plus haute distinction de l'Université McGill pour l'enseignement, le Principal’s Prize for Excellence in Teaching.

Comment évaluez-vous vos étudiants et quelles techniques ou stratégies d’évaluation utilisez­-vous?

J’ai recours à différentes méthodes pour évaluer mes étudiants. Pour les travaux écrits, certains sont notés, d’autres pas. J’offre aux étudiants de première année de présenter des travaux qui ne sont pas notés, mais sur lesquels je ferai des commentaires. Je rédige également un résumé à l’intention des étudiants, leur expliquant comment le groupe s’en est tiré de manière globale. Je passe en revue les bons coups des meilleurs travaux, point par point. Je soulève aussi certains problèmes des travaux plus faibles, car je pense que nous n’en parlons pas suffisamment. Par conséquent, les travaux facultatifs et les résumés me donnent l’occasion de signaler que l’apprentissage ne se réduit pas seulement aux notes. Ces travaux donnent l’occasion aux étudiants de mettre leurs connaissances en pratique et de recevoir mes commentaires sans que cela ne pose de risque pour leur note.

J’utilise aussi les examens éclairs en classe, une méthode d’évaluation que j’ai adoptée il y a quelques années parce que j’avais l’impression que mes étudiants ne portaient pas suffisamment d’attention à leurs lectures. Peut-être donnions-nous trop de lectures, et dans plusieurs cas, nous donnions l'impression que parcourir les textes en diagonale pour en tirer l’idée principale était suffisant. Toutefois, la profession d’avocat exige d’être capable de lire avec attention. Donc, avec les examens éclairs – qui sont prévus et non donnés au hasard – j'assigne un texte et je pose des questions précises. Je pense que cette méthode fonctionne bien. À mesure que la session avance, je constate un changement dans la nature des questions en classe et dans la teneur des discussions : les résultats d’une lecture plus attentive.

Avec mes étudiants de première année, j’utilise une autre stratégie d’évaluation : je tiens seulement compte des trois meilleurs examens éclairs, ce qui écarte la plus faible note. Ainsi, s’il y a une hécatombe au premier examen et que quelques étudiants ont royalement échoué, c’est bien de pouvoir leur dire : « Je sais que vous n’avez peut-être pas l’habitude de ce genre de questions; cet examen sera probablement le pire. Pour la prochaine fois, pensez à ce que vous pouvez changer dans votre préparation. Cette note ne comptera pas. » Le format de ces petits examens reste le même pendant toute la session. Je peux donc contaster l’évolution de l’apprentissage, car les étudiants s’améliorent d’un examen à l’autre.

Follow us on: