Quick Links

Jonas-Sébastien Beaudry: Apprécier la valeur des choses

"… Tout le monde réagit à l’injustice : le mal nous indigne et le bien nous enchante; nous sommes épris de solidarité et de justice sociale."

Récipiendaire d’une bourse Boulton en recherche et en enseignement de la Faculté de droit en 2013-2014, Jonas-Sébastien Beaudry s’intéresse à la justice sociale, à l’étude de la condition des personnes handicapées et aux droits de la personne. Il a obtenu un doctorat en philosophie de l’Université d’Oxford, où il a donné deux cours : « Human Rights in Latin America » et « Human Rights and Global Justice ». À titre de professeur auxiliaire invité au Département de philosophie de l’Université d’État de San Francisco, il a poursuivi son travail sur l’éthique liée à la déficience. Son enseignement à l’Université McGill porte sur ce sujet.

Comment rendez-vous les étudiants sensibles à votre enseignement?

Je crois que le secret pour rendre son enseignement significatif est de montrer aux étudiants que ce qui leur est enseigné, que les connaissances et les compétences qu’ils acquièrent ont de la valeur. Voilà pourquoi je m’intéresse particulièrement à l’éthique. Tout le monde réagit à l’injustice : le mal nous indigne et le bien nous enchante; nous sommes épris de solidarité et de justice sociale. En d’autres mots, nous sommes sensibles à la valeur. Pour cette raison, j’essaie de rendre mon enseignement captivant et passionnant afin que mes étudiants y réagissent de façon rationnelle et émotive; je veux les amener à réfléchir profondément à leurs convictions et à leurs principes moraux. Si je capte leur attention, j’établis le contact avec eux et je peux les rendre sensibles à mon enseignement.

Comme sujets stimulants à traiter, on peut penser à des discussions animées sur l’importance de l’attention accordée aux autres ou de celle que l’on nous porte, la nature des droits de la personne sous une dictature, les droits des personnes déficientes intellectuelles ou le devoir que nous avons, ou non, de témoigner autant de respect aux autres espèces qu’aux humains. En favorisant la discussion sur des thèmes aussi sérieux, je veux montrer aux étudiants toute l’importance de s’explorer soi-même en profondeur. En effet, je crois qu’une grande part du processus d’apprentissage se réalise lorsque les étudiants intériorisent des questions comme celles-là, embrassent ces causes et poursuivent leur réflexion.

Quand je prépare mes cours, mon matériel pédagogique et mes évaluations (sujets de rédaction, questionnaires ou activités en classe, par exemple), j’essaie de créer un environnement qui suscitera l’intérêt des étudiants. Je les amène ensuite à faire le genre de travail qui leur permettra de tirer profit de mon enseignement. Je crois que c’est l’un des plus hauts niveaux qu’un enseignant peut aspirer à atteindre : faire découvrir aux étudiants ce qui a de la valeur et leur donner l’occasion de se faire leur propre opinion, de proposer leurs propres idées. Lorsqu’ils prennent position, articulent leurs points de vue et communiquent leurs idées en classe, un dialogue fructueux s’établit. Leurs opinions seront certainement remises en question, mais ils auront largement l’occasion de les défendre, ce qui contribue de manière importante au processus d’apprentissage.