Prix et distinctions

Prix et distinctions remportés par les membres du groupe

Les historiens publient leurs résultats de recherche sous plusieurs formes, notamment sous forme d’articles dans des revues scientifiques, de chapitres dans des ouvrages collectifs et de monographies. Par leurs recherches partiellement ou entièrement financées grâce aux subventions obtenues par le Groupe d’histoire de Montréal, ses membres passés et actuels ont contribué de manière significative à la compréhension du passé canadien. Ces contributions incluent des interprétations originales en histoire de la famille, du temps et des institutions hospitalières ; au sujet de la conception du risque et des questions relatives à la santé publique — notamment la mortalité infantile, le tabagisme, la pollution automobile ou les organismes charitables catholiques ; en histoire de la race, des réfugiés et des groupes humanitaires à Montréal ; ou encore en ce qui concerne l’histoire de la prostitution et du féminisme.

L’importance de ces recherches a été régulièrement reconnue par les grands organismes subventionnaires canadien (CRSH) et québécois (FRQSC) qui leur ont octroyé des subventions d’envergure, par les pairs qui leur ont réservé un excellent accueil et par les jurys nationaux et internationaux qui décernent prix et distinctions. Parmi les prix remportés par nos membres pour des travaux découlant en partie des subventions obtenues par le groupe depuis plus de vingt ans, signalons, au premier chef, la Médaille François-Xavier-Garneau, attribuée tous les cinq ans par la Société historique du Canada (SHC) pour honorer une contribution remarquable à la recherche historique, décernée en 2015 à notre collègue Bettina Bradbury pour son ouvrage Wife to Widow: Lives, Laws, and Politics in Nineteenth-Century Montreal (University of British-Columbia Press, 2011). En 1994, Bettina Bradbury a aussi remporté le prix Sir John A. Macdonald, décerné annuellement par la Société historique du Canada, pour Working Families: Age, Gender, and Daily Survival in Industrializing Montreal (McClelland and Stewart, 1993). Au fil des ans, huit autres membres du groupe ont figuré parmi les finalistes pour ce prix, pour neuf ouvrages au total, remportant dans certains cas une mention honorable :

  • 2004, Mention honorable : Suzanne Morton, At Odds : Gambling and Canadians, 1919-1969 (University of Toronto Press, 2003).
  • 2004 : Mary Anne Poutanen (avec Rod Macloed), A Meeting of the People. : School Boards and Prostestant Communities in Quebec, 1810-1998 (McGill-Queen's University Press, 2005).
  • 2005 : Denyse Baillargeon, Un Québec en mal d’enfants. La médicalisation de la maternité, 1910-1970 (Éditions du remue-ménage, 2004).
  • 2006 : Magda Fahrni, Household Politics: Montreal Families and Postwar Reconstruction (University of Toronto Press, 2005).
  • 2007, Mention honorable : Donald Fyson, Magistrates, Police, and People. Everyday Criminal Justice in Quebec and Lower Canada, 1764-1837 (University of Toronto Press/The Osgoode Society for Canadian Legal History, 2006).
  • 2011, Mention honorable : Sean MillsThe Empire Within; Postcolonial Thought and Political Activism in Sixties Montreal (McGill-Queen's University Press, 2010).
  • 2015 : Nicolas Kenny, The Feel of the City: Experiences of Urban Transformation (University of Toronto Press, 2014).
  • 2015 : Brian Young, Patrician Families and the Making of Quebec The Taschereaus and McCords (McGill-Queen’s University Press, 2014).
  • 2017 : Sean Mills, A Place in the Sun : Haiti, Haitians, and the Remaking of Quebec  (McGill-Queen's University Press, 2016).

 

Chaque année, la Société historique du Canada remet également une série de prix, baptisés Prix Clio, pour récompenser les meilleurs ouvrages portant sur chacune des régions ou provinces du Canada. Le prix Clio-Québec a été remporté par sept membres du groupe :

  • 2005 : Denyse Baillargeon, Un Québec en mal d’enfants. La médicalisation de la maternité, 1910-1970 (Éditions du remue-ménage, 2004).
  • 2006 : Magda Fahrni, Household Politics: Montreal Families and Postwar Reconstruction (University of Toronto Press, 2005).
  • 2007 : Donald Fyson, Magistrates, Police, and People: Everyday Criminal Justice in Quebec and Lower Canada, 1764-1837 (University of Toronto Press/The Osgoode Society for Canadian Legal History, 2006).
  • 2011 : Andrée Lévesque, Éva Circé-Côté : libre-penseuse, 1871-1949 (Éditions du remue-ménage, 2010).
  • 2012 : Bettina Bradbury, Wife to Widow: Lives, Laws, and Politics in Nineteenth-Century Montreal (University of British-Columbia Press, 2011).
  • 2016 : Amélie Bourbeau, Techniciens de l'organisation sociale. La réorganisation de l’assistance catholique privée à Montréal (1930-1974) (McGill-Queen's University Press, 2015).
  • 2017 : Sean Mills, A Place in the Sun : Haiti, Haitians, and the Remaking of Quebec (McGill-Queen's University Press, 2016).

 

Quatre membres du groupe ont reçu des prix décernés par la Fédération des sciences humaines qui veut ainsi récompenser le meilleur ouvrage paru chaque année, en français et en anglais, dans les domaines des sciences humaines et sociales:

  • Bettina Bradbury a remporté le prix Harold Adams Innis 1994 pour le meilleur ouvrage en sciences sociales publié en anglais au Canada pour Working Families: Age, Gender, and Daily Survival in Industrializing Montreal (McClelland and Stewart, 1993).
  • En 2006, Denyse Baillargeon a reçu le prix Jean-Charles Falardeau attribué au meilleur ouvrage en sciences sociales publié en français au Canada pour Un Québec en mal d’enfants. La médicalisation de la maternité, 1910-1970 (Éditions du remue-ménage, 2004).
  • Brian Young a pour sa part reçu le prix du Canada 2016 pour le meilleur ouvrage en sciences humaines publié en anglais pour Patrician Families and the Making of Quebec The Taschereaus and McCords (McGill-Queen’s University Press, 2014).
  • Enfin, en 2017, Sean Mills a été finaliste pour le prix du Canada pour le meilleur ouvrage en sciences humaines et sociales publié en anglais pour A Place in the Sun Haiti, Haitians, and the Remaking of Quebec (McGill-Queen's University Press, 2016).

 

Les monographies de trois de nos membres ont aussi remporté des prix décernés par diverses associations canadiennes dans des domaines particuliers. Ainsi, en 2006, Mary-Anne Poutanen a remporté le prix du meilleur livre remis par l’Association canadienne pour l’étude des fondements de l’éducation de même que le prix des fondateurs de l’Association canadienne de l’histoire de l’éducation avec Rod MacLoed pour A Meeting of the People: School Boards and Protestant Communities in Quebec, 1801-1998 (McGill-Queen's University Press, 2005). En 2007, Donald Fyson s’est vu décerné le prix du meilleur livre de l’Association canadienne Droit et Société pour Magistrates, Police, and People: Everyday Criminal Justice in Quebec and Lower Canada, 1764-1837 (University of Toronto Press/The Osgoode Society for Canadian Legal History, 2006), tandis qu’Andrée Lévesque  a obtenu le prix Robert S. Kenny 2008, établit à la mémoire de ce militant communiste pour reconnaître les écrits traitant du mouvement ouvrier pour son ouvrage  Red Travellers. Jeanne Corbin and her Comrades. Trad. Y. Klein. (McGill-Queen’s University Press, 2006; Traduction de Scènes de la vie en rouge. L’époque de Jeanne Corbin (1906-1944)

Deux membres du groupe, Denyse Baillargeon et Tamara Myers, ont remporté le prix Marion Dewar en histoire des femmes du Canada décerné annuellement par le Comité de la capitale nationale sur la recherche, la préservation et la dissémination de l’histoire des femmes, respectivement en 2005 et 2008.

À l’échelle du Québec, Brian Young a remporté, en 2003, le prix Gérard-Parizeau qui récompense alternativement un chercheur universitaire en histoire et en sciences économiques pour l’ensemble de son œuvre.

En 2010, le prix du meilleur premier livre (First Book Prize) , toutes catégories confondues (essais, fiction, poésie), remis par la Quebec Writers’ Federation pour reconnaître les ouvrages publiés en anglais au Québec, a été remporté par Sean Mills pour son ouvrage The Empire Within: Postcolonial Thought and Political Activism in Sixties Montreal (McGill-Queen’s University Press (Studies in the History of Quebec Series), 2010). Sean a aussi gagné le prix de la présidence de l’Assemblée nationale du Québec (2017) pour A Place in the Sun Haiti, Haitians, and the Remaking of Quebec (McGill-Queen's University Press, 2016).

Le prix Lionel-Groulx, attribué chaque année par l’Institut d’histoire de l’Amérique française pour le meilleur ouvrage paru sur l’histoire de l’Amérique française a aussi été remporté par cinq de nos membres, dont l’un, Brian Young, à deux reprises:

  • 1987 : Brian Young, In its Corporate Capacity: The Seminary of Montreal as a Business Institution, 1816-1876 (McGill-Queen!s University Press, 1986).
  • 2005 : Denyse Baillargeon, Un Québec en mal d'enfants. La médicalisation de la maternité, 1910-1970 (Éditions du remue-ménage, 2004).
  • 2007 : Donald Fyson, Magistrates, Police and People. Everyday Criminal Justice in Quebec and Lower Canada, 1764-1837 (University of Toronto Press/The Osgoode Society for Canadian Legal History, 2006).
  • 2012 : Bettina Bradbury, Wife to Widow. Lives, Laws and Politics in 19th century Montreal (University of British-Columbia Press, 2011).
  • 2015 : Brian Young, Patrician Families and the Making of Quebec The Taschereaus and McCords (McGill-Queen’s University Press, 2014).
  • 2016 : Mary Anne Poutanen, Beyond Brutal Passions. Prostitution in Early Nineteenth-Century Montreal (McGill-Queen's University Press, 2015).

 

Plusieurs revues scientifiques généralistes qui publient des résultats de recherches en histoire du Canada et du Québec décernent chaque année un prix au meilleur article paru dans le volume courant. Le prix pour le meilleur article publié dans la Canadian Historical Review a été gagné deux fois par des membres du groupe :

  • 2012 : Jarrett Rudy, « Do You Have the Time? Modernity, Democracy, and the Beginnings of Daylight Saving Time in Montreal, 1907–1928 », Canadian Historical Review, 93, 4 (2012), p. 531-54.
  • 2013 : Sean Mills, « Quebec, Haiti, and the Deportation Crisis of 1974 », Canadian Historical Review, 94, 3, (2013), p. 405-435.

 

Trois autres de nos membres ont gagné le prix Guy-et-Lilianne Frégault remis par la Revue d’histoire de l’Amérique française:

  • 1997 : Denyse Baillargeon, « Fréquenter les Gouttes de lait. L'expérience des mères montréalaises, 1910-1965 », Revue d’histoire de l’Amérique française, 50, 1 (1996), p. 29-68.
  • 2006 : Sylvie Taschereau, « Échapper à Shylock : la Hebrew Free Loan Association of Montreal entre antisémitisme et intégration, 1911-1913 », Revue d’histoire de l’Amérique française, 59, 4 (2006), p. 451-80.
  • 2011 : Maude-Emmanuelle Lambert, « Québécoises et Ontariennes en voiture! L’expérience culturelle et spatiale de l’automobile au féminin (1910-1945) », Revue d’histoire de l’Amérique française, 63, 2-3 (2009-2010), p. 305-30.

En 2014, le prix décerné par la revue Histoire sociale/Social History a été remporté par Brian Gettler pour son article « Money and the Changing Nature of Colonial Space in Northern Quebec: Fur Trade Monopolies, the State, and Aboriginal Peoples during the Nineteenth Century », Histoire sociale/Social History, 46, 92 (2013), p. 271-293.

Plusieurs membres du groupe ont aussi gagné des prix décernés par diverses associations et revues spécialisées soulignant l’excellente qualité de leurs travaux. Ainsi, pour son article « Glimpsing Working-Class Childhood through the Laurier Palace Fire of 1927: The Ordinary, the Tragic, and the Historian's Gaze », Journal of the History of Childhood and Youth, 8, 3 (2015), p. 426-50, Magda Fahrni a gagné le prix biannuel Neil Sutherland du Groupe de l’histoire de l’enfance et de la Jeunesse, affilié à la Société historique du Canada, de même que le prix pour le meilleur article paru dans la revue History of Childhood and Youth (2016) ; ce même article a aussi remporté le prix du meilleur article du Comité canadien sur l’histoire du travail, également associé à la Société historique du Canada (2016).

Le prix du meilleur article décerné par le Groupe de l’histoire de l’enfance et de la jeunesse a été remporté par Tamara Myers, en 2007, pour son article « Embodying Delinquency: Boys’ Bodies, Sexuality, and Juvenile Justice History in Early Twentieth-Century Quebec», Journal of the History of Sexuality, 14: 4 (October 2005), 383-414. En 2008, ce même article remportait le prix du meilleur article attribué par le Comité canadien d’histoire de la sexualité.

Le Comité canadien d’histoire des femmes et du genre de la Société historique du Canada a accordé son Prix Hilda-Neatby à Denyse Baillargeon pour son article écrit en collaboration avec Josette Brun et Estelle Lebel pour leur article « J’vois pas pourquoi j’travaillerais pas » : le travail salarié des femmes mariées à l’émission télévisée Femme d’aujourd’hui (Société Radio-Canada, 1965-1982), Recherches féministes 30, 2 (2018): 39-57 et pour « Fréquenter les gouttes de lait. L'expérience des mères montréalaises, 1910-1965 », Revue d’histoire de l’Amérique française, 50, 1 (1996), 29-68 (1998). Maude-Emmanuelle Lambert a obtenu ce prix pour « Québécoises et Ontariennes en voiture ! L’expérience culturelle et spatiale de l’automobile au féminin (1910-1945) », Revue d’histoire de l’Amérique française, 63, 2-3 (2009-2010), p. 305-30 (2011).

En 2019, Paul-Étienne Rainville a remporté le prix du meilleur article décerné par le Groupe d’histoire politique pour son article « Au nom de l'ordre ou de la liberté ? Le Congrès juif canadien face à la répression des libertés civiles et des droits des minorités religieuses au Québec (1945-1954) », Canadian Historical Review 99, 2 (2018) : 196-224.

Pour son article « Quebec, Haiti, and the Deportation Crisis of 1974 », Canadian Historical Review, 94, 3, (2013), p. 405-435, Sean Mills a aussi remporté le prix du meilleur article décerné par le Groupe d’histoire politique (2014), et celui du Comité canadien sur la migration, l’ethnicité et les transnationalismes (2014), deux groupes affiliés à la Société historique du Canada.

En 2015, Nicolas Kenny a remporté le Prix Arnold Hirsch du meilleur article remis par la Urban History Association, un regroupement associé à l’American Historical Association, pour son texte « City Glow: Streetlights, Emotions and Nocturnal Life, 1880s-1910s », Journal of Urban History 43, 1 (2017), p. 91-114.

En 2018, Laura Madokoro a remporté le prix pour le meilleur livre en sciences sociales décerné par la l'Association for Asian American Studies (AAAS) pour son livre Elusive Refuge: Chinese Migrants and the Cold War (Cambridge MA: Harvard University Press, 2016)

Enfin, trois de nos membres ont remporté le prix John-Bullen décerné annuellement par la Société historique du Canada à la meilleure thèse de doctorat en histoire:

  • Sean Mills, « The Empire Within: Montreal, the Sixties, and the Forging of a Radical Imagination » (2009).
  • Amélie Bourbeau, « La réorganisation de l’assistance chez les catholiques montréalais: la Fédération des Œuvres de charité canadiennes-françaises et la Federation of Catholic Charities, 1930-1972 » (2010).
  • Isabelle Bouchard,« Des systèmes politiques en quête de légitimité : terres "seigneuriales", pouvoirs et enjeux locaux dans les communautés autochtones de la vallée du Saint-Laurent (1760-1860).» (2017).

La thèse de Sean Mills a aussi été récompensée par le prix Eugene Forsey du Comité canadien d’histoire ouvrière (2008). 

La thèse d'Isabelle Bouchard a également remporté le prix de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant.

La thèse de Paul-Étienne Rainville « De l’universel au particulier : les luttes en faveur des droits humains au Québec, de l’après-guerre à la Révolution tranquille », a été finaliste de l'édition 2019 du Prix du livre politique de l'Assemblée nationale.

Back to top