Michel Tremblay, PhD

Titre(s) académique(s): 

Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman
Département de biochimie
Université McGill

Michel Tremblay, PhD
Coordonnées
Adresse: 

Centre de recherche sur le cancer Rosalind et Morris Goodman
Bureau : salle 612; Laboratoire : salle 603
1160, avenue des Pins Ouest
Montréal (Québec) H3A 1A3

Téléphone: 
514-398-7290
514-398-8480 (labo)
Numéro de fax: 
514-398-6769
Adresse de courriel: 
michel.tremblay [at] mcgill.ca
Prix et distinctions: 

À tous les stades de sa carrière scientifique, le Pr Tremblay a reçu des prix et des bourses salariales qui témoignent de son excellence en recherche sur le cancer.

Chercheur-boursier Junior 2, FRSQ, 1994-1998

Chercheur-boursier – Senior, FRSQ, 1998-2002

Bourse de scientifique, Conseil de recherches médicales du Canada, 2000-2005

Ambassadeur, Université de Sherbrooke, Québec, 2002

Ambassadeur en médecine, Université McGill, 2003

Chaire professorale James McGill, Université McGill, 2004-2010

Chercheur national, FRSQ, 2005-2010

Chaire de recherche sur le cancer Jeanne et J.-Louis Lévesque, 2005

Membre de la Société royale du Canada, 2006

Prix Michel Sarrazin 2012 du Club de recherche clinique du Québec, 2012

Prix Robert L. Noble de la Société canadienne du cancer, 2013

Chevalier de l’Ordre national du Québec, 2015

Publications (sélection): 
Recherches en cours: 

Le laboratoire du professeur Tremblay examine les fonctions de certains membres de la famille des protéines à activité tyrosine phosphatase (PTP) selon ces trois thèmes :

1)    Caractérisation de 5 membres de la famille des PTP par l’invalidation génique (méthode du knock-out) et d’autres techniques de biologie moléculaire – Les PTP forment une grande famille comprenant plus de 100 gènes. Puisqu’elles se gèrent entre elles, le Pr Tremblay a choisi de travailler de front sur plusieurs de ces enzymes. Ces cinq protéines sont : PTP-PEST (PTPN13), PTP1B (PTP-N1), TC-PTP (PTPN2), la sous-famille des LAR-PTP dont particulièrement PTP-sigma (RPTPS) et enfin PRL2 (PTP4A2), aux propriétés oncogéniques.

Ces enzymes enlèvent le groupement phosphate d’une tyrosine phosphorylée et furent considérées comme suppresseurs de tumeurs, contrebalançant la famille des protéines à activité tyrosine kinases dont 70 % présentent des propriétés oncogéniques. Cependant, notre laboratoire et d’autres ont clairement démontré que plusieurs PTP sont tout aussi oncogéniques que les suppresseurs de tumeurs. En effet, nous nous penchons sur l’activité oncogénique de PTP1B et de PRL2 dans le cancer du sein et d’autres cancers.
Par délétion génique et d’autres techniques de biologie moléculaire, nous avons généré des souris knock-out et dosé toutes ces enzymes. Ainsi, nous avons pu démonter leurs fonctions dans le cancer et d’autres pathologies humaines :

• PTP1B est une cible de choix pour le diabète de type II, pour l’obésité et pour la dyslipidémie.
• TC-PTP est impliquée dans la prolifération des cellules souches hématopoïétiques, dans la réponse aux dommages de l’ADN et dans la colite et dans la maladie inflammatoire de l’intestin (MII).
• PTP-PEST interagit avec plusieurs protéines influentes dans les syndromes inflammatoires et dans l’arthrite.
• PTP-sigma joue un rôle dans la croissance axonale durant le développement, la régénération axonale après une lésion à la moelle épinière et dans l’urétérocèle chez les animaux.

2)    Collaboration avec des chimistes du monde entier – En plus d’utiliser des modèles animaux, nous collaborons avec des chimistes de l’Université McGill et du monde entier pour élaborer des stratégies d’inhibition ou de régulation des protéines à activité tyrosine phosphatase. Par essais in vitro, nous passons au crible de petites molécules à la recherche de produits spécifiques et efficaces pour l’inhibition de plus de 35 membres différents de la famille des PTP. Nous avons mis sur pied des modèles cellulaires et d’autres réactifs (anticorps, pARNi, etc.) qui nous permettent de caractériser leur fonction et mécanisme d’action. 

3)    Le rôle des PTP dans les cancers humains – Nous examinons le rôle des PTP directement chez les cancéreux et particulièrement ceux atteint de leucémie ou de cancer du sein, de la prostate ou du pancréas. Nous sondons leur rôle dans la cachexie (syndrome de dépérissement) qui afflige près de 40 % des cancéreux et représente une des causes principales de morbidité chez eux.

Back to top