La Dre Anne Andermann, une médecin de famille qui regarde la réalité dans son contexte global

Nouvelles

Publié: 30sep2020

Par Yasmine Elmir

La Dre Anne Andermann a rejoint le Département de médecine de famille de l’Université McGill en 2008 en tant que médecin traitante au Centre hospitalier de St. Mary. Elle a fait ses études de premier cycle et sa formation médicale à l’Université McGill, où elle a obtenu un baccalauréat spécialisé en biologie moléculaire en 1994 et son MDCM en 2002. La Dre Andermann a également obtenu un certificat en médecine de famille en 2004 et un autre en santé publique et en médecine préventive en 2006. « Je me suis souvent aventurée hors du droit chemin », dit la Dre Andermann. « Au cours de mon baccalauréat, j’ai suivi des cours d’anthropologie médicale, de littérature et d’éthique biomédicale. Avant d’entrer à l’école de médecine, j’ai obtenu une maîtrise en histoire et philosophie des sciences à l’Université de Cambridge. » Pendant ses études de médecine, la Dre Andermann a obtenu une bourse Rhodes et a passé trois ans à l’Université d’Oxford pour y obtenir un doctorat en santé publique. Elle a appris à connaître les attentes des patients et la communication des risques dans les soins de santé primaires. Pendant sa résidence, elle a obtenu un certificat en administration de la santé à l’Université de Montréal. « Ces détours m’ont permis d’élargir ma perspective et d’acquérir l’expérience nécessaire pour mieux apprécier la situation dans son ensemble. »

Médecine de famille et soins primaires

« Les soins de santé primaires sont la base du système de santé qui assure des soins complets et continus, à proximité des lieux où les gens vivent et travaillent. Ils favorisent une meilleure santé et des résultats plus équitables pour les patients », explique la Dre Andermann. Tout au long de sa carrière, elle s’est principalement consacrée à soutenir les populations marginalisées et mal desservies, qu’il s’agisse de patients et de familles atteints de maladies rares et orphelines, de la santé des autochtones, de la santé des femmes et des enfants ou de la santé des personnes vivant dans la pauvreté et l’itinérance. « Le point commun de mon travail a été de mieux comprendre ce que les travailleurs de la santé de première ligne peuvent faire pour promouvoir l’équité en matière de santé et améliorer les résultats sanitaires. » En tant que médecin de santé publique et médecin de famille, elle supervisait souvent des résidents en santé publique qui passaient par le Centre hospitalier de St. Mary en rotation pendant leurs années cliniques. Elle les soutenait notamment dans leurs projets de recherche scientifique. « Chaque année, il y a quelque chose de nouveau, et cela a été une véritable courbe d’apprentissage et une excellente façon de combiner mon intérêt pour la médecine de famille et la pratique clinique avec mes recherches sur l’équité en matière de santé et l’action sur les déterminants sociaux de la santé. »

Collaboration CLEAR

La Dre Andermann est la directrice fondatrice de la Collaboration CLEAR, une plateforme de recherche en santé mondiale qui a attiré et engagé des étudiants de deuxième et troisième cycles, des stagiaires en médecine et des partenariats de recherche. « Il y a plus de dix ans, j’étais professeure invitée à l’École de Princeton pour les affaires publiques et internationales lorsque j’ai été approchée par un collègue chercheur du Pakistan qui s’intéressait à la recherche sur la violence sexiste et le travail des enfants », se souvient la Dre Andermann. « Nous nous sommes lancés dans une initiative de recherche en santé mondiale qui visait à remédier aux inégalités intergénérationnelles en matière de santé en recourant à la prévention du travail des enfants comme point d’entrée initial. » Ceux qui rejoignent la Collaboration CLEAR souhaitent explorer comment les travailleurs de première ligne en soins de santé primaires peuvent mieux soutenir les populations mal desservies, tout en créant les changements structurels nécessaires pour prévenir les inégalités en premier lieu. « Au fil des ans, de nouveaux projets et partenariats de recherche ont vu le jour et la Collaboration CLEAR a évolué, toujours dans le but d’équiper les travailleurs de première ligne en soins de santé primaires comme agents de changement pour promouvoir l’équité en matière de santé, qui est un élément fondamental des soins de santé primaires », ajoute la Dre Andermann. Les divers sujets et axes de recherche se sont élargis, s’adaptant toujours aux intérêts spécifiques des nombreux étudiants de deuxième et troisième cycles du Département de médecine de famille.

La Collaboration CLEAR a développé la trousse d’outils CLEAR, disponible gratuitement et dans près de 20 langues, qui guide les cliniciens de première ligne très occupés à traiter le problème clinique présenté, à poser des questions sur les défis sociaux sous-jacents, à se référer aux ressources de soutien locales et à plaider pour un changement structurel plus large. La Dre Andermann accueille volontiers les demandes de traduction, sachant que cet outil est de plus en plus demandé au niveau international.

L’itinérance et le rôle des médecins de famille

En tant que membre du Réseau canadien de recherche sur la santé des sans-abris (RCRSA) et du Conseil consultatif national sur la pauvreté (CCNP), la Dre Andermann concentre ses efforts sur la prise en charge des patients sans abris. « Au fil des ans, le travail de la Collaboration CLEAR s’est fait connaître et j’ai également appris à connaître un petit nombre de médecins de famille à travers le pays qui partageaient les mêmes intérêts pour équiper les travailleurs de première ligne en soins de santé primaires afin de s’attaquer aux déterminants sociaux de la santé », partage-t-elle. « Un groupe de médecins de famille de l’hôpital St Michael’s, à Toronto, avait mis au point la trousse d’outils sur la pauvreté et l’approche « IF IT HELPS » de la prise en compte de l’histoire sociale. À ce moment-là, nous avons commencé à travailler de manière plus collaborative. »

« Les médecins de famille font déjà un travail aussi important — ils sont très occupés dans leurs cliniques, ou travaillent dans les salles d’urgence et les services hospitaliers », explique la Dre Andermann. « Cependant, mon voyage de recherche en co-découverte avec mes étudiants de troisième cycle et mes résidents, mes patients et mes partenaires des organisations communautaires, m’a ouvert les yeux. Il a montré que ce que nous voyons à la clinique n’est qu’une partie du tableau, et que ce qui est consigné et documenté lors d’une rencontre clinique peut manquer beaucoup de couches juste sous la surface ». Lorsque la Dre Andermann et son équipe ont commencé à faire des recherches sur l’itinérance à Côte-des-Neiges, elles ont remarqué que le dénombrement officiel des sans-abris à Montréal n’avait identifié que six personnes sans abris dans le quartier. En revanche, la police locale avait connaissance de 47 personnes sans abris qui vivaient dans la rue. « Les médecins de famille doivent être sensibilisés et s’engager dans la recherche active de cas, pour relever les indices et apprendre à connaître la personne dans son contexte. »

Les travaux à venir

Depuis que la pandémie de COVID-19 a frappé la province de Québec en mars, la Dre Andermann a été très occupée à être sur appel pour la santé publique, tout en essayant de maintenir ses engagements en matière de recherche et d’enseignement. Elle a récemment rejoint un groupe de travail au Centre Steinberg pour la simulation et l’apprentissage interactif (McGill SIM Centre), qui se concentre sur la façon d’utiliser les nouvelles technologies et approches pour enseigner aux étudiants. Au début de l’année prochaine, la Dre Andermann enseignera un cours de courte durée sur les inégalités sociales et la santé pour la nouvelle École politiques publiques Max Bell de McGill. « Je souhaite également porter mon attention sur la question de la gouvernance mondiale, qui me préoccupe depuis longtemps et que l’impact inégal de la récente pandémie a rendu plus urgente », elle déclare. « Aujourd’hui, c’est la COVID-19, mais ce n’est qu’un avertissement — avec la menace du changement climatique et l’injustice mondiale croissante, nous devons penser à plusieurs étapes à venir. Tout est interconnecté, du niveau clinique local aux niveaux national et mondial, nous devons jongler avec les progrès sur plusieurs fronts pour réussir à promouvoir l’équité et à améliorer les résultats pour les patients. »

Back to top